Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

Economie

Kweku Adoboli, le Jerôme Kerviel d’UBS ?

Vidéo par France 2

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/09/2011

La police de Londres a arrêté jeudi Kweku Adoboli, un trader d'UBS, soupçonné d'être l'auteur d’une fraude qui a fait perdre environ deux milliards de dollars à la banque suisse. Premières informations sur ce nouveau Jérôme Kerviel présumé.

Son nom : Kweku Adoboli. Son travail : trader pour la banque UBS à Londres. Son fait d’arme présumé : il aurait fait perdre environ deux milliards de dollars à son employeur.

Jeudi, la police de Londres a reconnu auprès de l’agence de presse américaine Associated Press avoir arrêté ce jeune homme de 31 ans en lien avec une supposée fraude boursière massive. Le géant bancaire suisse a refusé, pour sa part, de confirmer l’identité de celui qui apparaît comme un nouveau Jérôme Kerviel, ce trader français de la Société Générale dont les frasques sur les marchés, révélées en janvier 2008, avaient coûté 4,82 milliards d’euros à la banque française.

Étonnement, la similitude entre les deux hommes ne se limite pas aux pertes financières qui leur sont imputées.

Kweku Adoboli occupait en effet le même poste au sein d’UBS que Jérôme Kerviel auprès de la Société Générale. L’employé de la banque suisse, tout comme son homologue français, appartenait aux cercles des traders "Delta One". Au sein d’une banque d’investissement, il s’agit de petites équipes qui achètent et vendent en grande quantité des produits financiers sur lesquels ils ne sont pas censés prendre beaucoup de risques. "C’est de l’usinage, un travail très automatisé qui ne demande pas une grande intelligence", explique à France 24 Éric Valatini, un trader. Il précise que des pertes telles que celles imputées à Kweku Adoboli sont nécessairement causées par une fraude.

Démission de son supérieur

Kweku Adoboli travaillait comme trader chez UBS depuis 2006 selon son profil LinkedIn, le plus célèbre des réseaux sociaux professionnels. Auparavant, ce fils d’un employé des Nations Unies avait beaucoup voyagé pendant sa jeunesse en fonction des affectations de son père. Il a ensuite décroché, en 2003, un diplôme en informatique et en management décerné par l’université de Nottingham (centre de l'Angleterre). Kweku Adoboli intègre alors directement la banque suisse où il occupe pendant trois ans un poste d’assistant analyste boursier avant d’intégrer une équipe de traders “Delta One”. Il possédait par ailleurs une page Facebook avec 417 "amis" qui a été fermée quelques heures après son arrestation.

La banque UBS a déclaré jeudi être en train d’enquêter sur les circonstances qui ont permis à l’un de ses traders de perdre 2 milliards de dollars. Elle a cependant déjà prévenu que ces pertes risquaient de faire passer ses comptes dans le rouge sur l’ensemble du troisième trimestre. L’arrestation de Kweku Adoboli aurait, par ailleurs, déjà fait une première victime au sein d’UBS. Le supérieur direct du jeune trader, John Hugues, aurait démissionné selon le site du quotidien britannique Financial Times.

Première publication : 15/09/2011

  • FINANCE

    Une fraude pourrait coûter 2 milliards de dollars à UBS

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)