Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'accord de libre-échange transpacifique en danger

En savoir plus

FOCUS

En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux objets intelligents

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Valls prêt à lâcher du lest

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové et Guy Verhofstadt, candidats à la présidence de la Commission européenne

En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • Ligue des champions : à Madrid, Chelsea neutralise l'Atlético

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

  • France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • Les islamistes du Mujao annoncent la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

    En savoir plus

  • Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

  • Cette saison, les guides népalais ne graviront pas l'Everest

    En savoir plus

  • Fin de l'incendie de Valparaiso : près de mille hectares détruits

    En savoir plus

  • L'opposant russe Alexeï Navalny reconnu coupable de "diffamation"

    En savoir plus

  • Ryan Giggs joue les entraîneurs pour Manchester United

    En savoir plus

  • Washington lie la Russie aux séparatistes ukrainiens, photos à l’appui

    En savoir plus

Economie

Kweku Adoboli, le Jerôme Kerviel d’UBS ?

©

Vidéo par France 2

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/09/2011

La police de Londres a arrêté jeudi Kweku Adoboli, un trader d'UBS, soupçonné d'être l'auteur d’une fraude qui a fait perdre environ deux milliards de dollars à la banque suisse. Premières informations sur ce nouveau Jérôme Kerviel présumé.

Son nom : Kweku Adoboli. Son travail : trader pour la banque UBS à Londres. Son fait d’arme présumé : il aurait fait perdre environ deux milliards de dollars à son employeur.

Jeudi, la police de Londres a reconnu auprès de l’agence de presse américaine Associated Press avoir arrêté ce jeune homme de 31 ans en lien avec une supposée fraude boursière massive. Le géant bancaire suisse a refusé, pour sa part, de confirmer l’identité de celui qui apparaît comme un nouveau Jérôme Kerviel, ce trader français de la Société Générale dont les frasques sur les marchés, révélées en janvier 2008, avaient coûté 4,82 milliards d’euros à la banque française.

Étonnement, la similitude entre les deux hommes ne se limite pas aux pertes financières qui leur sont imputées.

Kweku Adoboli occupait en effet le même poste au sein d’UBS que Jérôme Kerviel auprès de la Société Générale. L’employé de la banque suisse, tout comme son homologue français, appartenait aux cercles des traders "Delta One". Au sein d’une banque d’investissement, il s’agit de petites équipes qui achètent et vendent en grande quantité des produits financiers sur lesquels ils ne sont pas censés prendre beaucoup de risques. "C’est de l’usinage, un travail très automatisé qui ne demande pas une grande intelligence", explique à France 24 Éric Valatini, un trader. Il précise que des pertes telles que celles imputées à Kweku Adoboli sont nécessairement causées par une fraude.

Démission de son supérieur

Kweku Adoboli travaillait comme trader chez UBS depuis 2006 selon son profil LinkedIn, le plus célèbre des réseaux sociaux professionnels. Auparavant, ce fils d’un employé des Nations Unies avait beaucoup voyagé pendant sa jeunesse en fonction des affectations de son père. Il a ensuite décroché, en 2003, un diplôme en informatique et en management décerné par l’université de Nottingham (centre de l'Angleterre). Kweku Adoboli intègre alors directement la banque suisse où il occupe pendant trois ans un poste d’assistant analyste boursier avant d’intégrer une équipe de traders “Delta One”. Il possédait par ailleurs une page Facebook avec 417 "amis" qui a été fermée quelques heures après son arrestation.

La banque UBS a déclaré jeudi être en train d’enquêter sur les circonstances qui ont permis à l’un de ses traders de perdre 2 milliards de dollars. Elle a cependant déjà prévenu que ces pertes risquaient de faire passer ses comptes dans le rouge sur l’ensemble du troisième trimestre. L’arrestation de Kweku Adoboli aurait, par ailleurs, déjà fait une première victime au sein d’UBS. Le supérieur direct du jeune trader, John Hugues, aurait démissionné selon le site du quotidien britannique Financial Times.

Première publication : 15/09/2011

  • FINANCE

    Une fraude pourrait coûter 2 milliards de dollars à UBS

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)