Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

Moyen-orient

Abbas va demander la reconnaissance d'un État palestinien à l'ONU

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2011

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé vendredi qu'il allait présenter une demande d'adhésion de l'État de Palestine à l'ONU la semaine prochaine, en dépit de l'hostilité d'Israël et des États-Unis.

AFP - Le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé vendredi qu'il présenterait la demande d'adhésion d'un Etat de Palestine à l'ONU pour qu'elle soit soumise au Conseil de sécurité, une option catégoriquement combattue par les Etats-Unis.

Israël a rejeté sans surprise cette annonce, le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu déclarant dans un bref communiqué que "la paix ne s'obtiendra pas par une démarche unilatérale à l'ONU".

"Nous allons au Conseil de sécurité", a déclaré M. Abbas lors d'un discours télévisé devant la direction palestinienne à Ramallah en Cisjordanie.

"Après mon discours (devant l'Assemblée générale le 23 septembre, NDLR), je présenterai la demande d'adhésion au secrétaire général afin qu'il la transmette au président du Conseil de sécurité", a-t-il indiqué.

"Notre option est le Conseil de sécurité", a insisté M. Abbas, adressant ainsi une fin de

"Selon Israël, la paix ne s'obtiendra pas par une démarche unilatérale"

non-recevoir aux demandes des émissaires américains, de l'Union européenne et du Quartette sur le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, UE, ONU) qui se sont succédé pour le dissuader d'emprunter cette voie, Washington ayant promis d'y opposer son veto.

"C'est notre droit légitime de demander l'adhésion à part entière de l'Etat de Palestine à l'ONU", a-t-il estimé, assurant vouloir ainsi "mettre fin à une injustice historique en accédant à la liberté et à l'indépendance comme tous les autres peuples de la Terre, dans un Etat palestinien sur les lignes du 4 juin 1967".

"Après cela, nous pourrons revenir aux négociations sur des bases claires approuvées par tous sur les questions de statut final: Jérusalem, les réfugiés, l'eau, la sécurité et les colonies et nos valeureux prisonniers", a expliqué M. Abbas.

"Nous n'allons pas à l'ONU pour isoler ou délégitimer Israël mais l'occupation israélienne", a-t-il assuré. "Il n'y pas de plus grand intérêt palestinien que l'unité nationale et la fin de la division", a-t-il estimé, en référence au processus de réconciliation avec le Hamas, qui contrôle Gaza.

Le Hamas a cependant critiqué cette démarche de M. Abbas, la qualifiant de "solitaire".

Elle "comporte de nombreux risques et peut constituer une violation des droits nationaux tels que le droit au retour, notre droit à la résistance et à l'autodétermination", a déclaré à l'AFP Sami Abou Zouhri, un porte-parole du Hamas à Gaza, en allusion aux craintes que l'avènement d'un Etat ne mette en péril les droits des réfugiés hors des territoires palestiniens.

Alors que se profile une confrontation à l'ONU dans une semaine, le président américain Barack Obama doit rencontrer le Premier ministre israélien la semaine prochaine à New York, a annoncé la Maison Blanche.

M. Netanyahu devrait s'adresser à l'Assemblée générale vendredi prochain, le même jour que M. Abbas, a indiqué à l'AFP un responsable gouvernemental.

Auparavant, une réunion du Quartette est prévue dimanche à New York, selon le département d'Etat.

Israël et les Etats-Unis s'opposent à la demande d'adhésion d'un Etat de Palestine, arguant que la paix ne peut être le résultat que d'un retour à des négociations directes totalement gelées depuis un an.

Les Palestiniens estiment au contraire que cette accession au statut d'Etat permettrait de refonder les négociations de paix sur de meilleures bases en corrigeant le déséquilibre des forces avec Israël.

Première publication : 16/09/2011

  • NATIONS UNIES

    Reconnaissance d'un État palestinien : Paris redoute un clash diplomatique

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Au Caire, Erdogan défend la reconnaissance d'un État palestinien

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    La finalisation du gouvernement d'union entre le Fatah et le Hamas reportée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)