Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Economie

Washington s'inquiète des divisions européennes sur la gestion de la crise

©

Vidéo par Alexander TURNBULL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2011

Invité à la réunion des ministres européens des Finances en Pologne, le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner s'est dit inquiet des divisions existant entre les pays européens pour résoudre la crise de la dette.

AFP - Les Etats-Unis ont exhorté vendredi les Européens à mettre un terme à leurs divisions sur la gestion de la crise de la dette qui inquiète la planète entière, alors que la zone euro continue à se disputer sur le deuxième plan de sauvetage promis à la Grèce.

Convié exceptionnellement à une réunion des ministres européens des Finances à Wroclaw en Pologne, le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner s'est dit préoccupé par les divisions entre gouvernements et la Banque centrale européenne (BCE).

"Il est très dommage de constater qu'il existe non seulement des divisions dans le débat

"Les propositions de Geithner ont été sèchement refusées par les Européens"

sur la stratégie en Europe, mais aussi qu'un conflit existe entre les gouvernements et la BCE", a-t-il déclaré en marge de cette réunion, mettant en garde contre les "risques catastrophiques" de la désunion.

Récemment, le chef économiste de la BCE, l'Allemand Jürgen Stark, a démissionné de son poste pour protester contre l'aide indirecte qu'apporte l'institut monétaire aux banques des pays fragiles de la zone euro, estimant que ce rôle doit revenir aux Etats.

La présence de M. Geithner en Pologne a témoigné de l'inquiétude croissante des Etats-Unis face à la tournure prise par la crise de la dette et ses éventuelles répercussions sur l'économie mondiale.

Mais sa présence fait grincer les dents de certains responsables européens.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, tout comme son homologue belge, Didier Reynders, n'ont pas hésité vendredi matin à rappeler les Etats-Unis, qui ploient sous une énorme dette publique, à leurs propres devoirs en matière budgétaire.

Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, a été à peine plus aimable lorsque, à l'idée que les Etats-Unis aient pu demander à la zone euro d'augmenter les capacités de son Fonds de secours chargé notamment de l'ide à la Grèce (FESF), il a déclaré: "Nous ne discutons pas de l'élargissement ou de l'accroissement du FESF avec un pays non membre de la zone euro".

Problème: l'Europe continue à se distinguer par ses atermoiements. A Wroclaw, l'objectif de départ qui était de concrétiser le second plan de sauvetage promis en juillet à la Grèce, de près de 160 milliards d'euros, n'a pas été atteint alors qu'il est pourtant vital pour éviter la banqueroute au pays.

La zone euro bute encore et toujours sur les garanties demandées par la Finlande en échange de nouveaux prêts à Athènes, une question qui empoisonne les relations au sein de la zone euro.

"Des progrès ont été réalisés" mais aucun accord n'a été trouvé, a indiqué M. Juncker.

Plusieurs pistes ont jusqu'ici été évoquées: celle de garanties en liquide, que refuse fermement la zone euro, la mise en gage de terres grecques ou des participations dans des entreprises hellènes.

La difficulté est d'éviter d'affaiblir le plan de soutien à la Grèce et d'empêcher que trop d'Etats demandent ensuite le même traitement.

Un mécanisme à l'étude pourrait prévoir que la Finlande renonce au moins à une partie de ses bénéfices sur les prêts octroyés à la Grèce via le FESF, selon une source gouvernementale européenne.

"Si la Finlande souhaite des garanties, elle recevra évidemment un retour moins important des prêts octroyés", a d'ailleurs affirmé vendredi M. Reynders.

Quant à la ministre autrichienne des Finances, Maria Fekter, elle a affirmé qu'il fallait pour le moment tenir le cap du plan d'aide à la Grèce en échange d'efforts budgétaires. Mais elle n'a pas exclu qu'un défaut de paiement du pays puisse devenir à terme une éventualité si le sauvetage devient trop onéreux, ajoutant un peu plus à la cacophonie européenne.

Autre démonstration du manque d'avancées sur le sauvetage de la Grèce, la zone euro a décidé de reporter à octobre toute décision sur le versement d'une nouvelle tranche de prêts dont le pays a impérativement besoin.

"Nous prendrons notre décision sur la prochaine tranche d'aide en octobre, en nous fondant sur les déclarations de la troïka" (UE, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne), les bailleurs de fonds de la Grèce, a annoncé M. Juncker.

L'absence de progrès concret n'est pas de nature à rassurer les partenaires de la zone euro. Le ministre britannique des Finances George Osborne a exhorté juste avant la rencontre ses homologues européens à envoyer immédiatement "un signal clair" prouvant qu'ils ont pris conscience de la "gravité" de la crise dans la zone euro, assurant que "le temps est compté".

En dépit de leurs nombreux désaccords, les ministres européens devraient a priori montrer un front uni vendredi sur un autre volet, en acceptant de durcir leur discipline budgétaire via des sanctions financières aux pays trop laxistes. Une mesure que le Parlement européen soutient déjà sur le fond.
 

Première publication : 16/09/2011

  • ZONE EURO

    Réunis en Pologne, les ministres des Finances se penchent sur la Grèce

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L'Américain Geithner invité à la table des ministres européens des Finances

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La démission du chef économiste de la BCE révèle des dissenssions sur la gestion de la crise

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)