Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EUROPE

Le trader soupçonné de fraudes au sein d'UBS inculpé

Vidéo par Alice DARFEUILLE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/09/2011

Kweku Adoboli, le trader soupçonné de transactions illégales qui pourraient faire perdre 2 milliards de dollars à UBS, a été inculpé à Londres vendredi. Une nouvelle fraude qui suscite des interrogations sur la régulation du système financier.

AFP - Un trader de 31 ans soupçonné de transactions frauduleuses au sein de la banque suisse UBS a été inculpé vendredi à Londres, où cette nouvelle affaire relance les interrogations sur l'efficacité de la surveillance du secteur financier.

Le géant bancaire suisse a révélé avoir été victime de transactions illégales, qui pourraient lui faire perdre 2 milliards de dollars.

Le suspect, Kweku Adoboli, a été arrêté jeudi matin à son bureau par la police londonienne, qui avait été alertée par UBS, et a été inculpé vendredi.

Il est poursuivi pour "abus de position et fraude comptable" et devait être présenté dans l'après-midi à un tribunal, a précisé le police.

Le jeune homme d'origine ghanéenne travaillait sur des produits financiers complexes, au département ETF ("Exchange Traded Funds", montages financiers adossés à l'évolution d'un indice boursier) dans la branche actions européennes.

Son profil ressemble étrangement à celui de Jérôme Kerviel, le trader français qui avait fait perdre près de 5 milliards d'euros à la Société Générale en 2008 avec des transactions non autorisées.

Malgré le manque de détails à ce stade, cette nouvelle fraude suscite des interrogations sur la régulation du système financier britannique, qui avait justement été renforcée en théorie dans la foulée de l'affaire Kerviel.

Mais, après la révélation d'une nouvelle fraude géante, les experts pointaient surtout du doigt les défaillances du contrôle interne de la banque suisse plutôt que la régulation du secteur.

"Je ne crois pas que ce soit un échec du système financier dans son ensemble", a affirmé à l'AFP Manoj Ladwa, analyste chez ETX Capital à Londres.

Selon lui, les personnes chargée du contrôle des risques au sein d'UBS "ne se sont pas rendu compte assez rapidement que ce trader avait pris des positions énormes sur une très courte période".

Les grandes agences de notation envisagent de dégrader la note d'UBS, en s'interrogeant sur les faiblesses du contrôle du risque au sein de la banque.

L'affaire UBS remet aussi sur le devant de la scène le rôle de certains produits complexes.

Le Serious Fraud Office (SFO), l'office de lutte contre la délinquance financière au Royaume-Uni, a souligné avoir "mis en garde contre les dangers inhérents aux ETF", en raison notamment de leur "manque de transparence".

Ce nouvel épisode apporte des arguments supplémentaires aux partisans de la réforme du système bancaire britannique, qui doit permettre d'isoler d'ici à 2019 les opérations d'investissement du reste des activités des banques.

"Merci UBS", écrit ainsi dans le Financial Times Martin Wolf, l'un des membres de la commission indépendante qui a prôné cette séparation et dont les conclusions ont été endossées par le gouvernement.

"Je n'aurais pas pu rêver meilleure illustration des risques impossibles à réguler auxquels sont exposées les banques d'investissement", ironise-t-il.

A moyen terme, ces activités qualifiées de "casino" par leurs nombreux détracteurs, doivent être isolées afin de protéger la banque de détail dédiée aux particuliers ou aux prêts aux entreprises.

Autre réforme déjà engagée, le gouvernement a lancé une refonte des autorités chargées de surveiller l'ensemble du système et de veiller à la bonne application des règles, en renforçant les prérogatives de la Banque d'Angleterre.

En revanche, le gouvernement a renoncé à encadrer strictement ou à limiter les bonus individuels dans le secteur financier, pourtant accusés d'encourager la prise de risque.

Première publication : 16/09/2011

  • BANQUES

    Kweku Adoboli, le Jerôme Kerviel d’UBS ?

    En savoir plus

  • FINANCE

    Une fraude pourrait coûter 2 milliards de dollars à UBS

    En savoir plus

  • FRANCE

    Kerviel condamné à trois ans de prison ferme et à verser 4,9 milliards d'euros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)