Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Carles Puigdemont : "La porte est ouverte pour dialoguer avec Madrid"

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

Moyen-orient

État palestinien : à New York, le Quartette tente d'éviter la passe d'armes diplomatique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/09/2011

Divisé sur la future demande d'adhésion de la Palestine comme membre à part entière de l'ONU, le Quartette (UE, États-Unis, Russie et Nations unies) se réunit dimanche à New York pour tenter de relancer les pourparlers de paix israélo-palestiniens.

Reuters - Les représentants du Quartet (Union européenne, Etats-Unis, Russie et Nations unies) se réuniront (demain) dimanche à New York pour tenter de relancer les pourparlers de paix israélo-palestiniens et éviter une épreuve de force lors de la prochaine Assemblée générale de l'Onu, a annoncé samedi un responsable de l'UE.

Vendredi, le président Mahmoud Abbas a confirmé son intention de déposer une demande d'adhésion de la Palestine comme membre à part entière de l'Onu à l'occasion, cette semaine, de l'Assemblée générale annuelle de l'organisation.

Cette initiative, à laquelle sont fermement opposés Israël et son allié américain, risque de provoquer de vives tensions diplomatiques dans les chancelleries.

Israéliens et Américains estiment que cette demande nuira aux efforts de paix en faisant valoir qu'un Etat ne peut voir le jour qu'à la suite d'un réglement entre les deux parties en
conflit.

Les Vingt-Sept n'ont pas arrêté pour le moment de position commune à ce sujet et risquent de voter à l'Onu en ordre dispersé entre le "oui", le "non", voire l'abstention.

"Les jours à venir seront cruciaux", a déclaré la porte-parole de Catherine Ashton, responsable de la diplomatie européenne.

"Il appartient aux Palestiniens de décider des prochaines mesures à prendre mais nous continuons de croire qu'une solution constructive susceptible de rassembler le soutien le plus large possible et permettant de déboucher sur une reprise des pourparlers constitue la seule et meilleure façon de parvenir à la paix et à la solution des deux Etats souhaitée par le peuple palestinien", a expliqué Maja Kocijancic.

Elle a ajouté: "Nous allons redoubler d'efforts avec nos partenaires du Quartet pour lancer le plus rapidement possible des pourparlers entre les parties. Cela reste la seule manière
de mettre un terme au conflit".

Première publication : 17/09/2011

  • PROCHE-ORIENT

    Abbas va demander la reconnaissance d'un État palestinien à l'ONU

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Au Caire, Erdogan défend la reconnaissance d'un État palestinien

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Regain de tension autour de la bande de Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)