Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord signé en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Afrique

Rajoelina signe un accord de sortie de crise avec l'opposition

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2011

À la tête de la Grande Île depuis 2009, Andry Rajoelina (photo) a signé une feuille de route de sortie de crise qui autorise notamment le retour à Madagascar de l'ex-président Marc Ravalomanana, exilé en Afrique du Sud depuis près de deux ans.

AFP - Les groupements politiques malgaches ont de façon inattendue signé à Antananarivo dans la nuit de vendredi à samedi une feuille de route de sortie de crise élaborée par la SADC, document qui permet théoriquement le retour du président évincé Marc Ravalomanana, en exil en Afrique du Sud, a constaté l'AFP.
              
Les mouvances des anciens présidents Ravalomanana et Zafy ont signé ce document, ce qu'elles avaient refusé de faire en mars dernier quand huit groupes politiques avaient paraphé une première version de cette feuille de route.
              
La mouvance Ratsiraka a quant à elle réservé sa réponse.
              
Alors que la Troïka de la SADC (Communauté des Etats d'Afrique australe) était dans la capitale malgache depuis mercredi, la situation a pu être débloquée grâce à un accord sur le sort de M. Ravalomanana.
              
Après un amendement pris en juin par le sommet des chefs d'Etat de la SADC, prévoyant le retour "sans conditions" des exilés politiques, dont M. Ravalomanana, les explications du secrétaire exécutif de l'organisation Tomasz Salomao avaient créé le trouble.
              
Dans une lettre aux leaders politiques malgaches que l'AFP s'est procuré, M. Salomao a finalement reconnu qu'il n'avait pas donné une "interprétation précise" de la décision prise à Sandton (Afrique du Sud).
              
Après de longues tractations, le régime de transition d'Andry Rajoelina a ainsi accepté de se plier à cette exigence, alors qu'il avait affiché sa détermination à ne pas laisser revenir M. Ravalomanana dans l'immédiat.
              
Ce dernier est toutefois sous le coup de trois condamnations par la justice malgache depuis qu'il a quitté le pouvoir, notamment à une peine aux travaux forcés pour la tuerie qui s'était déroulé devant le palais présidentiel en février 2009, faisant 36 morts.
              
Le retour de M. Ravalomanana reste donc encore incertain, même si son représentant Mamy Rakotoarivelo a affirmé à l'AFP penser "raisonnablement qu'il pourra revenir dès lors que les nouvelles institutions de la transition seront mises en place."
              
Cette feuille de route prévoit une partage du pouvoir jusqu'à l'organisation d'élections législatives et présidentielle, M. Rajoelina demeurant président de la transition.
              
"C'est le début du processus, et non la fin", a déclaré dans son discours de clôture le vice-ministre sud-africain des Affaires étrangères Marius Fransman, qui dirigeait la Troïka de la SADC.

Première publication : 17/09/2011

  • MADAGASCAR

    Retour d'exil compromis pour Marc Ravalomanana

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    La Grande Île s’éloigne des élections de la saison sèche

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)