Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 19/09/2011

"L'insoutenable légèreté de DSK"

Presse française, Lundi 19 septembre. Au menu de la presse française ce matin, les réactions politiques et médiatiques à l’intervention télévisée de Dominique Strauss-Kahn hier soir, assez critiques dans leur ensemble.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse française avec le site du nouvel Observateur, qui revient sur les réactions politiques suite à l’explication télévisée de DSK dimanche soir.
Et l’une des réactions les plus critiques est venue d’une élue de gauche, Anne Mansouret, qui se trouve être aussi la mère de Tristane Banon. Selon elle, l’ex-patron du FMI «nous a raconté une très belle histoire sans donner les bases qui nous permettraient de savoir ce qui s'est réellement passé».
A gauche, toujours, Jack Lang a exprimé son indéfectible soutien: «Dominique a parlé la langue du coeur, de la vérité et de l'intelligence. Il a montré avec éclat à quel point il était un homme d'Etat (victime) de calomnie, d'injustice et de mensonge».
A droite, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, a évoqué un DSK «plus à l'aise pour afficher sa compétence que sa sincérité», pour en conclure que «la décence eût été le silence».
 
De son côté, le Figaro titre: «DSK reconnaît une faute morale», avec une  photo de Dominique Strauss-Kahn sur le plateau de TF1.
L’ancien patron du FMI a aussi parlé d’un «rendez-vous manqué avec les Français». C’est sur ce rendez-vous politique que revient justement le Figaro: «Dominique Strauss-Kahn (dit qu’il) ne souhaite pas s’immiscer dans la primaire socialiste et, si l’on comprend bien, dans la présidentielle à venir. Pour le PS, c’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Une bonne nouvelle parce que DSK, malgré son émission de dimanche soir, est légitimement devenu en raison de sa « faute morale» un personnage sujet à caution. Une mauvaise nouvelle car traînera toujours dans les têtes l’idée qu’il était le meilleur à gauche».
 
Dominique Strauss-Kahn qui n’a pas dit cependant qu’il renonçait définitivement à la politique, le rendez-vous télévisé n’a pas donné lieu à un «adieu aux urnes» analyse la Provence.
 
Dominique Strauss-Kahn qui fait amende honorable, mais qui a aussi contre-attaqué hier soir: Il a déclaré ne pas exclure la possibilité d’avoir été victime d’un complot: «Un piège? C’est possible» a-t-il déclaré, et c’est à la Une de Libération, qui regrette cette «insoutenable légèreté de l’être jusqu’à l’extrême limite. Sa contrition dominicale fut jouée (…) sans parvenir à éviter la maladresse, sinon le faux pas: «Un piège ? C’est possible. Un complot ? Nous verrons», a-t-il avancé, jetant le trouble, sans apporter l’once d’une preuve à cet invraisemblable scénario. Quant à la thèse du complot, elle est surtout abracadabrante. En éteignant son téléviseur hier soir, on avait une furieuse envie de passer à autre chose».
 
Le bilan de cette intervention, on l’entend, est à l’image des premières réactions à cette affaire, toujours aussi contrasté.
Voyez par exemple cet exercice auquel s’est livré le site de l’Express, dont les journalistes ont suivi la prestation de DSK, et lui ont donné chacun une note, de 8/20 à…17/20.
 
Même différence de points de vue, entre le spécialiste de la communication politique Dominique Wolton, qui explique dans le Parisien que DSK a «choisi les mots justes», et le psychiatre Serge Hefez qui s’interroge ce matin dans les colonnes de Libération: «DSK a commencé par nous dire qu’il n’y a eu «ni violence, ni contrainte, ni agression, ni relation tarifée». Puis il dit: j’ai commis une faute. Mais s’il n’y a eu aucune contrainte, où est la faute ? Personne ne croit à son exercice de contrition».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/04/2018 Immigration

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

Dans cette seconde revue de presse du vendredi 20 avril : le tollé suscité en Grande-Bretagne par l'arrêt des soins d'un immigré de la génération Windrush oubliée par le...

En savoir plus

20/04/2018 Manifestations

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

Dans cette première revue de presse du vendredi 20 avril : le bilan de la journée de mobilisation d'hier en France, le mécontentement sanglant au Nicaragua et la stratégie...

En savoir plus

19/04/2018 Rap

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

Dans cette seconde revue de presse du jeudi 19 avril, la diplomatie "sans but" de Donald Trump vis-à-vis de la Corée du Nord, l'annonce d'élections anticipées en Turquie, les...

En savoir plus

19/04/2018 Angela Merkel

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

Dans la presse, ce jeudi 19 avril, la rencontre entre Emmanuel Macron et Angela Merkel à Berlin, l'appel à la grève générale lancé en France par la CGT, la guerre du "free...

En savoir plus

18/04/2018 Journalisme

Forbidden Stories : "Pour que le travail de Daphne Caruana Galizia ne soit pas perdu"

Dans cette seconde revue de presse du mercredi 18 avril, le collectif Forbidden Stories reprend les enquêtes de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, tuée il y a six...

En savoir plus