Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Economie

Comment Barack Obama compte faire payer davantage les riches

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/09/2011

Le président américain doit présenter ce lundi un plan d'économies reposant, en partie, sur une augmentation d'impôts pour les plus riches. Revue de détail des mesures auxquelles devraient s'opposer les républicains.

Le président des États-Unis, Barack Obama, veut que les Américains les plus fortunés et les grandes entreprises du pays contribuent, pour moitié, à son plan de réduction du déficit budgétaire. Les mesures qu’il doit présenter lors d'un discours à la Maison Blanche ce lundi doivent permettre d'économiser plus de 3 000 milliards de dollars sur 10 ans, selon les premières informations fournies par l’administration Obama à la presse, dimanche soir.

De fait, le chef de l'exécutif américain compte récupérer 1 500 milliards de dollars grâce à des augmentations d’impôts sur les revenus des plus riches et l’abolition de certaines niches fiscales.

Par comparaison, l’effort demandé aux classes moyennes et aux contribuables les moins riches s’élèverait à 580 milliards de dollars, notamment au travers d’ajustements apportés aux programmes d’aides sociales comme le Medicare et le Medicaid (qui forment le système américain d’assurance santé).

La contribution que le président des États-Unis veut demander aux plus riches risque de faire l'objet d'une passe d'armes avec les républicains. Leur chef de file à la Chambre des représentants, John Boehner, a averti vendredi qu’il s’opposerait à toute augmentation d'impôts pour réduire le déficit.

Une "taxe Buffet" ? Barack Obama semble avoir entendu l’appel lancé, il y a un mois, par le milliardaire américain Warren Buffet qui avait noté qu’il n’était soumis qu’à un taux d’imposition de 17,4 % bien plus bas que celui de ses employés (36 %).

Dimanche, le New York Times affirmait ainsi que l’administration américaine prévoyait d’augmenter le taux d’imposition des 450 000 Américains les plus riches afin qu'il soit au moins égal à celui de la moyenne des Américains.

Peu de temps après, le ton avait cependant changé à la Maison Blanche qui n’envisageait plus, selon le magazine économique américain Forbes, une “taxe Buffet”, mais d’inscrire, dans une réforme plus vaste du code fiscal américain, le principe selon lequel il ne puisse pas y avoir un écart d'imposition aussi important que celui dénoncé par le milliardaire américain.

Une manière pour le président de tenter de déminer le terrain sur une question politiquement sensible. Les républicains se sont en effet empressés, dès dimanche, de dénoncer une telle mesure qui serait “une déclaration de guerre des classes”, selon Paul Ryan, le président républicain du Comité du budget à la Chambre des représentants.

La fin des réductions d’impôts de George W. Bush. L’ancien président américain George W. Bush avait fait adopter par le Congrès en 2003, une réduction des impôts pour les foyers dont les revenus étaient supérieurs à 250 000 dollars par an.

Barack Obama devrait proposer de ne pas reconduire ce cadeau fiscal qui expire fin 2012. Au 1er janvier 2013, le taux d’imposition de ces familles aisées devrait alors remonter de 34 % à 39 % des revenus. Selon l’administration Obama, cette mesure devrait permettre à l’État de récupérer 800 milliards de dollars en 10 ans.

Assaut sur les niches fiscales. Le président des États-Unis veut également mener une réforme du code fiscal afin d’en éliminer les niches fiscales qui bénéficient exclusivement aux riches et aux grandes entreprises américaines. Il estime que cette chasse aux privilèges rapporterait 700 milliards de dollars sur 10 ans.

La Maison Blanche vise ainsi particulièrement les groupes pétroliers - qui peuvent, par exemple, déduire les achats d’avions d’affaires de leurs impôts - et les professionnels de la finance. Le président américain veut notamment mettre fin à la possibilité offerte à un trader ou à un gérant de fonds d’investissements de ne pas intégrer une partie de ses profits dans le calcul de ses revenus imposables.

Première publication : 19/09/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Obama veut réduire le déficit américain de 3000 milliards de dollars

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama pourra-t-il relancer l’emploi ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le chômage, principal adversaire de Barack Obama

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)