Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

À Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La fin du calvaire pour Peter Theo Curtis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls : le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu à Gaza : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

  • Kiev dénonce une invasion russe et en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • Israël-Palestine, Libye, Russie... Ce que préconise François Hollande

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

  • Matignon dément toute intention de toucher aux 35 heures

    En savoir plus

  • Michel Platini renonce à briguer la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • Trafic présumé de bébés : le président du Parlement a quitté le Niger

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

Economie

Obama demande aux entreprises et aux plus riches de "payer leur juste part"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/09/2011

Le président américain a dévoilé son plan de réduction du déficit public, consistant notamment à augmenter les impôts des entreprises et à instaurer une taxe spéciale sur les revenus des contribuables les plus riches.

AFP - Le président Barack Obama a affirmé lundi que les Américains les plus riches et les entreprises devaient acquitter leur "juste part" d'impôts, en présentant un plan de réduction supplémentaire du déficit de 3.000 milliards de dollars.

"Nous ne pouvons pas sortir de ce gouffre en réduisant seulement les dépenses", a déclaré M. Obama lors d'une allocution dans la roseraie de la Maison Blanche. "Il est normal que nous demandions à tous de payer leur juste part", a ajouté le président, dont le plan serait financé pour moitié par une hausse de la fiscalité pour les plus aisés.
              
"Nous ne pouvons pas nous permettre ces taux d'imposition plus bas pour les riches. Nous ne pouvons pas nous les permettre alors que nous subissons de gros déficits", a remarqué M. Obama, qui ne souhaite pas prolonger au-delà de fin 2012 --leur date d'expiration-- les cadeaux fiscaux consentis aux plus aisés par l'administration de son prédécesseur républicain George W. Bush.
              
"Ce n'est pas de la lutte des classes, c'est mathématique", a ironisé un président très combatif, face aux critiques de ses adversaires républicains qui l'accusent de vouloir punir ceux qui ont réussi et de décourager les "créateurs d'emplois".
              
"Tout plan de réforme devra faire augmenter les recettes pour aider à réduire notre déficit. Cela doit faire partie de la formule", a plaidé M. Obama, en remarquant que "les contribuables de la classe moyenne ne devraient pas payer davantage d'impôts que les millionnaires et les milliardaires. C'est clair et net, et difficile à contredire".
              
Les propositions dévoilées lundi par M. Obama porteraient à 4.400 milliards de dollars les réductions du déficit dans les dix prochaines années, en prenant en compte les 1.200 milliards de coupes sur lesquelles la Maison Blanche et les républicains du Congrès se sont mis d'accord en août à l'issue d'un long affrontement sur le plafond de la dette.

 

Première publication : 19/09/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Comment Barack Obama compte faire payer davantage les riches

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama veut réduire le déficit américain de 3000 milliards de dollars

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le chômage, principal adversaire de Barack Obama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)