Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ancien président Rabbani tué dans un attentat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/09/2011

L'ancien président afghan et résistant historique à l'invasion soviétique Burhanuddin Rabbani (à gauche) a été tué ce mardi dans un attentat-suicide dans le centre de Kaboul. Il était chargé par le gouvernement de négocier la paix avec les Taliban.

AFP - L'ancien président afghan Burhanuddin Rabbani, chargé par le gouvernement de négocier la paix avec les talibans, a été tué mardi par un faux émissaire taliban qui avait caché une bombe dans son turban, un meurtre dénoncé avec force par Kaboul et ses alliés occidentaux.

M. Rabbani est la plus haute personnalité politique afghane assassinée depuis l'invasion du pays par les Occidentaux à la fin 2001. Ce meurtre intervient deux mois après celui d'un autre allié de poids du président afghan Hamid Karzaï, son frère Ahmed Wali Karzaï, l'homme fort du sud.

Ancien leader de la résistance anti-soviétique puis chef de l'Etat entre 1992 et 1996, avant d'être chassé par les talibans, M. Rabbani était considéré comme le mentor du commandant moujahidine Ahmad Shah Massoud.

Coïncidence ou non, il aura été tué presque dix ans jour pour jour après Massoud, lui aussi victime d'un attentat suicide, le 9 septembre 2001.

Burhanuddin Rabbani, qui avait 71 ans, était revenu sur le devant de la scène il y a un an lorsqu'il avait été nommé à la tête du nouveau Haut conseil pour la paix (HPC), créé par le président Karzaï pour établir des contacts avec les insurgés en vue de mettre fin à la guerre.

Son assassinat risque de compliquer encore plus la mise en place d'un éventuel processus de paix afghan, pour l'heure toujours officiellement refusé par les talibans malgré les appels du pied de responsables occidentaux, qui affirment pour certains que des contacts préliminaires ont eu lieu.

Le président Karzaï, en visite aux Etats-Unis, a salué le sacrifice du "patriote" Burhanuddin Rabbani, tout en affirmant que son assassinat n'empêcherait pas son pays de progresser.

S'il a décidé d'écourter son séjour, M. Karzaï a maintenu un entretien prévu avec le président Barack Obama qu'il a rencontré dans un hôtel de New York peu après l'annonce de la mort de M. Rabbani. L'assassinat a été condamné par les alliés occidentaux de Kaboul, M. Obama en tête, qui ont toutefois assuré que cela n'entamerait pas leur détermination à pacifier le pays.

Le Pakistan, souvent accusé par les Etats-Unis de soutenir les talibans afghans, a également dénoncé ce meurtre.

Le président français Nicolas Sarkozy a condamné "cet acte terroriste d'une lâcheté insupportable" contre "un homme de paix, qui oeuvrait avec détermination à la réconciliation des Afghans".

Selon la police et son entourage, M. Rabbani a été tué par un faux émissaire taliban en fin d'après-midi à son domicile de Kaboul, situé dans le quartier diplomatique de la capitale afghane, déjà ensanglanté six jours plus tôt par une série d'attaque de kamikazes talibans qui avaient tué 14 personnes.

Selon un proche de M. Rabbani, le kamikaze et son complice sont arrivés en voiture en compagnie de Mohammad Massom Stanikzai, le chef adjoint du HPC.

Les deux hommes disaient porter des "messages spéciaux" de la part des talibans et étaient considérés comme des hommes "très sûrs" par M. Stanikzai, selon un membre du HPC, Fazel Karim Aymaq.

"Les deux hommes étaient venus négocier avec Rabbani au nom des talibans", a confirmé le chef de la section criminelle de la police de Kaboul, Mohammad Zaher.

Selon M. Aymaq, le kamikaze taliban "a posé sa tête sur l'épaule de M. Rabbani pour le saluer et a fait exploser sa bombe".

L'explosion a tué les deux hommes et blessé le complice du meurtrier, qui a été arrêté, a précisé un proche de M. Rabbani.

Au moins trois autres personnes, dont Mohammad Massom Stanikzai, ont été blessées par l'explosion, selon la police. "M. Stanikzai a été blessé mais son état s'améliore et nous espérons qu'il va s'en remettre", a indiqué le porte-parole du ministère de l'intérieur, Siddiq Siddiqui.

Les talibans, qui assassinent régulièrement des alliés du gouvernement, n'avaient fait aucune déclaration et n'étaient pas joignables mardi soir.

La rébellion a gagné du terrain ces dernières années malgré l'envoi régulier de renforts occidentaux. Les insurgés multiplient les attaques, y compris à Kaboul, alors que l'Otan prévoit de retirer d'ici la fin 2014 ses troupes de combat qui portent à bout de bras le gouvernement et de confier la sécurité du pays aux fragiles forces afghanes, une perspective qui fait craindre à certains observateurs une future guerre civile.

 

Première publication : 20/09/2011

  • AFGHANISTAN

    Les forces afghanes mettent fin aux attaques des Taliban à Kaboul

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'Afghanistan commémore les 10 ans de la mort du commandant Massoud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)