Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

FRANCE

Robert Bourgi sera entendu jeudi par la brigade financière

Vidéo par Laure MANENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/09/2011

L'avocat Robert Bourgi, qui a notamment accusé l'ex-président Jacques Chirac d'avoir reçu des fonds occultes de chefs d’État africains, va être entendu jeudi par la brigade financière à la demande du parquet de Paris.

AFP - L'avocat Robert Bourgi, qui a accusé Jacques Chirac et Dominique de Villepin d'avoir reçu des fonds occultes provenant de dirigeants africains, sera entendu jeudi matin par la police parisienne, a-t-on appris de sources proches de l'enquête, confirmant une information de France Info.

Le parquet de Paris avait ouvert le 13 septembre une enquête préliminaire pour entendre Robert Bourgi après ses propos parus dans la presse accusant l'ancien président de la République et son ex-Premier ministre d'avoir reçu près de 20 millions de dollars de chefs d'Etat africains.

Il sera entendu "jeudi dans la matinée" dans les locaux de la brigade financière de la police judiciaire parisienne, qui a été chargée de l'enquête par le parquet, a assuré l'une des sources.

Robert Bourgi a porté ses accusations contre MM. Chirac et de Villepin dans un entretien au JDD le 11 septembre, confirmant ce qu'il a confié à Pierre Péan dans son ouvrage "La République des mallettes".

Cet ancien conseiller de l'ombre chargé des affaires africaines avait ensuite accusé Jean-Marie Le Pen d'avoir lui aussi reçu des fonds occultes de chefs d'Etats africains pour financer sa campagne présidentielle de 1988.

Jacques Chirac, Dominique de Villepin, Jean-Marie Le Pen et le président sénégalais Abdoulaye Wade ont annoncé leur intention de porter plainte pour diffamation.

L'un des avocats de M. Chirac, Me Jean Veil, avait jugé que M. Bourgi n'évoquait "que des faits qui sont prescrits", estimant "difficile de faire une enquête judiciaire".

Dans l'interview au JDD, Robert Bourgi disait avoir "participé à plusieurs remises de mallettes à Jacques Chirac, en personne, à la mairie de Paris". Selon lui, "il n'y avait jamais moins de 5 millions de francs. Cela pouvait aller jusqu'à 15 millions".

"Je me souviens de la première remise de fonds en présence de Villepin. L'argent venait du maréchal Mobutu, président du Zaïre. C'était en 1995. Il m'avait confié 10 millions de francs que Jacques Foccart est allé remettre à Chirac", poursuit-il.

"J'évalue à 20 millions de dollars ce que j'ai remis à M. Chirac et Dominique de Villepin" entre 1997 et 2005, a-t-il également dit sur Europe 1.

Bourgi se présente volontiers comme le successeur de Jacques Foccart, le "Monsieur Afrique" de l'Elysée des gaullistes.

Il raconte également qu'"à l'approche de la campagne présidentielle de 2002, Villepin m'a carrément demandé +la marche à suivre+".

"Par mon intermédiaire, et dans son bureau, cinq chefs d'Etat africains --Abdoulaye Wade (Sénégal), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Laurent Gbagbo (Côte d'Ivoire), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et, bien sûr, Omar Bongo (Gabon)-- ont versé environ 10 millions de dollars pour cette campagne de 2002", prétend l'avocat.

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a récemment dit qu'il voyait Robert Bourgi "tous les mois" quand il était secrétaire général de l'Elysée parce que l'avocat était "un bon connaisseur de l'Afrique".

"Il n'a jamais été autorisé à parler au nom du président de la République et du gouvernement français", insiste Claude Guéant.

Pierre Péan, auteur de "Les mallettes de la République"

Première publication : 20/09/2011

  • FRANÇAFRIQUE

    Le parquet de Paris ouvre une enquête après les déclarations de Bourgi

    En savoir plus

  • FRANÇAFRIQUE

    Robert Bourgi, l'homme du grand déballage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)