Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Amériques

Les homosexuels officiellement admis dans l'armée américaine

©

Vidéo par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE , Philip CROWTHER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/09/2011

Lundi soir à minuit, le Pentagone a officiellement aboli le tabou gay dans l'armée. La loi "Don't ask, don't tell", qui obligeait les militaires à dissimuler leur homosexualité sous peine de renvoi, a été abrogée.

AFP - David Hall avait devant lui une carrière prometteuse dans l'armée de l'Air américaine lorsqu'un de ses collègues a dénoncé son homosexualité. Dix ans plus tard, il espère pouvoir retourner sous les drapeaux, avec l'abolition définitive mardi du tabou gay dans l'armée.
              
Ce changement historique entre en vigueur mardi à 00H01 (04H001 GMT). Le Pentagone se dit "prêt" à accueillir des militaires ouvertement homosexuels après 18 ans d'une législation controversée.
              
La loi de 1993, dite "Don't ask, don't tell" (ne rien demander, ne rien dire), qui obligeait les militaires gays et lesbiennes à dissimuler leur homosexualité sous peine de renvoi, a finalement été abrogée au terme d'un débat passionné.
              
La nouvelle loi entre en vigueur sans fanfare. Le secrétaire à la Défense Leon Panetta et le plus haut gradé américain, l'amiral Mike Mullen, doivent tenir une conférence de presse mardi après-midi mais aucune cérémonie officielle n'est prévue pour marquer l'événement.
              
De son côté, David Hall, n'a pas attendu son entrée en vigueur pour contacter les recruteurs de l'armée de l'Air, espérant retourner dans le rang, dix ans après son exclusion pour "comportement homosexuel".
              
Ce sergent était promis à un brillant avenir sous l'uniforme avant qu'un collègue ne le dénonce, lui et son petit ami, provoquant son renvoi de l'armée.
              
"A ce moment-là, j'étais major de ma promotion et j'étais sélectionné pour devenir pilote", explique-t-il à l'AFP.
              
"J'étais déçu. J'avais le sentiment d'avoir tout fait comme il fallait, je sais que j'avais tout bien fait", raconte-t-il.
              
Aujourd'hui âgé de 37 ans, il se félicite que "le pays dans son ensemble ait réalisé que c'était quelque chose dont on devait se débarrasser".
              
David Hall est désormais trop âgé pour espérer devenir pilote: "J'en ai conscience mais je suis simplement heureux de revenir dans l'armée, de porter l'uniforme et de servir mon pays".
              
Comme lui, les militaires homosexuels n'auront plus à "mentir sur ce qu'ils sont", selon l'amiral Mullen.
              
Depuis 1993, la loi "Don't ask, don't tell" a conduit au renvoi de quelque 14.000 soldats en raison de leur homosexualité, selon des sources associatives. Après des années d'activisme des associations, de procès pour discrimination et une promesse de campagne de Barack Obama, le Congrès l'a finalement abrogée en décembre.
              
Des personnalités telles que la chanteuse Lady Gaga sont montées au créneau tandis que certains élus, essentiellement républicains, et certains hauts gradés de l'armée comme le patron des Marines, le général James Amos, craignaient que cela nuise à l'efficacité des soldats au combat.
              
Pour ne rien brusquer, il a été convenu que la loi n'entrerait en vigueur qu'une fois l'armée prête à un tel changement.
              
Cela aura pris neuf mois. Entre-temps, la quasi-totalité des 2,3 millions de militaires d'active et de réserve, dont une majorité était favorable à l'abrogation du tabou gay, ont été "formés" à l'idée d'accueillir des personnes reconnaissant leur homosexualité.
              
Les associations espèrent voir dans l'abrogation du tabou gay un premier pas vers l'autorisation du mariage homosexuel, actuellement reconnu dans seulement six des 50 Etats et dans la capitale Washington.
              
"Aux Etats-Unis et peut-être dans le monde entier, les militaires ont tendance à être l'une des institutions les plus conservatrices de la société", estime Zeke Stokes, porte-parole d'une association de défense des droits des militaires.
              
Selon lui, "dans chaque pays où le mariage homosexuel est légal, la possibilité de servir dans l'armée sans avoir à cacher ses préférences sexuelles l'a précédé".

 

Première publication : 20/09/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Obama donne son accord à l'abrogation du tabou homosexuel dans l'armée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)