Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

FRANCE

Les ONG dénoncent la réduction de l'aide alimentaire européenne

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/09/2011

Alors que les ministres européens de l'Agriculture doivent se rencontrer ce mardi, les responsables de quatre ONG françaises d'aide alimentaire ont poussé hier "un cri d'alerte", dénonçant la réduction du budget européen consacré aux plus pauvres.

AFP - A la veille d'une réunion cruciale des ministres de l'Agriculture, les associations françaises d'aide alimentaire se sont alarmées lundi d'une réduction drastique du budget européen consacré aux plus pauvres, qui met en danger leur activité.
              
Lors d'un point de presse, les responsables des Restos du Coeur, de la Croix-Rouge française, du Secours populaire et du réseau des banques alimentaires ont poussé "un cri d'alerte".
              
Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire, a prédit "un tsunami alimentaire" si les ministres n'agissent pas; Olivier Berthe, le président des Restos du Coeur, "une crise humanitaire et alimentaire".
              
Les ministres européens de l'Agriculture, réunis en Conseil à Bruxelles, doivent se pencher mardi sur l'avenir pour 2012 du Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD), mis en place en 1987, en réponse à un appel de l'humoriste Coluche, fondateur des Restos du Coeur.
              
Une réunion de "la dernière chance", selon un diplomate européen, pour éviter que son budget ne soit réduit drastiquement: la Commission européenne a annoncé en juin qu'il serait ramené de 480 à 113,5 millions d'euros (-76%), dont 15 millions (-80%) pour la France.
              
Et pour 2013, les associations craignent sa disparition pure et simple.
              
Utilisé dans 19 des 27 Etats membres, le PEAD permet de financer l'aide alimentaire de 13 millions d'Européens pauvres, dont 4 millions de Français.
              
Si l'argent européen s'envole, les associations craignent le pire.
              
En France, elles ont suffisamment collecté pour maintenir le niveau actuel des distributions de repas aux plus démunis jusqu'au début 2012. Mais après? 130 millions des 440 millions de repas actuellement distribués ne pourraient plus l'être sur l'ensemble de l'année, répond Didier Piard, responsable de l'action sociale à la Croix-Rouge.
              
Car le PEAD représente 23 à 55% des denrées collectées par les associations françaises.           
                  
Le dispositif a dérivé           
              
"En Espagne, c'est 50% des approvisionnements des banques alimentaires, en Italie les deux tiers, en Pologne et en Hongrie 90%", souligne Alain Seugé, président du réseau français de ces banques alimentaires et vice-président de la Fédération européenne. "Imaginez les dégâts sur les bénéficiaires, et sur le tissu associatif."
              
Les "menaces" qui pèsent sur le PEAD sont d'autant plus inquiétantes qu'elles interviennent en pleine période de crise économique et de progression de la pauvreté, soulignent les associations.
              
M. Lauprêtre évoque "15 à 20% de demande en plus en un an" et déjà autant de personnes accueillies sur les huit premiers mois de 2011 que sur toute l'année 2010 (2,4 millions).
              
Créé sous l'impulsion de Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, le PEAD a été conçu comme outil de régulation des stocks dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC).
              
La réduction de son budget est la conséquence d'un arrêt rendu en avril par la Cour européenne de Justice (CEJ) qui a jugé que le dispositif a dérivé: faute de stocks agricoles suffisants, l'UE, qui devait initialement puiser dedans pour assurer le programme, a acheté de plus en plus de produits sur les marchés.
              
Un front de sept pays, emmenés par l'Allemagne, considère donc que le système ne doit plus relever de la PAC, mais de budgets sociaux, gérés par chaque Etat.
              
Les associations, soutenues par le gouvernement français, espèrent que le Conseil des ministres de mardi "enclenchera le travail pour faire sauter ce verrou dans les deux-trois semaines", car "le temps presse", l'hiver approche.
              

 

Première publication : 20/09/2011

  • ALIMENTATION

    L'Union européenne ferme ses frigos aux plus démunis

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La pauvreté touche de plus en plus de Français

    En savoir plus

  • FRANCE

    Près de 10 millions de Français sont mal logés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)