Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

FRANCE

Les ONG dénoncent la réduction de l'aide alimentaire européenne

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/09/2011

Alors que les ministres européens de l'Agriculture doivent se rencontrer ce mardi, les responsables de quatre ONG françaises d'aide alimentaire ont poussé hier "un cri d'alerte", dénonçant la réduction du budget européen consacré aux plus pauvres.

AFP - A la veille d'une réunion cruciale des ministres de l'Agriculture, les associations françaises d'aide alimentaire se sont alarmées lundi d'une réduction drastique du budget européen consacré aux plus pauvres, qui met en danger leur activité.
              
Lors d'un point de presse, les responsables des Restos du Coeur, de la Croix-Rouge française, du Secours populaire et du réseau des banques alimentaires ont poussé "un cri d'alerte".
              
Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire, a prédit "un tsunami alimentaire" si les ministres n'agissent pas; Olivier Berthe, le président des Restos du Coeur, "une crise humanitaire et alimentaire".
              
Les ministres européens de l'Agriculture, réunis en Conseil à Bruxelles, doivent se pencher mardi sur l'avenir pour 2012 du Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD), mis en place en 1987, en réponse à un appel de l'humoriste Coluche, fondateur des Restos du Coeur.
              
Une réunion de "la dernière chance", selon un diplomate européen, pour éviter que son budget ne soit réduit drastiquement: la Commission européenne a annoncé en juin qu'il serait ramené de 480 à 113,5 millions d'euros (-76%), dont 15 millions (-80%) pour la France.
              
Et pour 2013, les associations craignent sa disparition pure et simple.
              
Utilisé dans 19 des 27 Etats membres, le PEAD permet de financer l'aide alimentaire de 13 millions d'Européens pauvres, dont 4 millions de Français.
              
Si l'argent européen s'envole, les associations craignent le pire.
              
En France, elles ont suffisamment collecté pour maintenir le niveau actuel des distributions de repas aux plus démunis jusqu'au début 2012. Mais après? 130 millions des 440 millions de repas actuellement distribués ne pourraient plus l'être sur l'ensemble de l'année, répond Didier Piard, responsable de l'action sociale à la Croix-Rouge.
              
Car le PEAD représente 23 à 55% des denrées collectées par les associations françaises.           
                  
Le dispositif a dérivé           
              
"En Espagne, c'est 50% des approvisionnements des banques alimentaires, en Italie les deux tiers, en Pologne et en Hongrie 90%", souligne Alain Seugé, président du réseau français de ces banques alimentaires et vice-président de la Fédération européenne. "Imaginez les dégâts sur les bénéficiaires, et sur le tissu associatif."
              
Les "menaces" qui pèsent sur le PEAD sont d'autant plus inquiétantes qu'elles interviennent en pleine période de crise économique et de progression de la pauvreté, soulignent les associations.
              
M. Lauprêtre évoque "15 à 20% de demande en plus en un an" et déjà autant de personnes accueillies sur les huit premiers mois de 2011 que sur toute l'année 2010 (2,4 millions).
              
Créé sous l'impulsion de Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, le PEAD a été conçu comme outil de régulation des stocks dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC).
              
La réduction de son budget est la conséquence d'un arrêt rendu en avril par la Cour européenne de Justice (CEJ) qui a jugé que le dispositif a dérivé: faute de stocks agricoles suffisants, l'UE, qui devait initialement puiser dedans pour assurer le programme, a acheté de plus en plus de produits sur les marchés.
              
Un front de sept pays, emmenés par l'Allemagne, considère donc que le système ne doit plus relever de la PAC, mais de budgets sociaux, gérés par chaque Etat.
              
Les associations, soutenues par le gouvernement français, espèrent que le Conseil des ministres de mardi "enclenchera le travail pour faire sauter ce verrou dans les deux-trois semaines", car "le temps presse", l'hiver approche.
              

 

Première publication : 20/09/2011

  • ALIMENTATION

    L'Union européenne ferme ses frigos aux plus démunis

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La pauvreté touche de plus en plus de Français

    En savoir plus

  • FRANCE

    Près de 10 millions de Français sont mal logés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)