Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa : histoire d'une photo

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

UE : la tension monte sur les budgets

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

Moyen-orient

20 septembre : la journée de tous les dangers ?

Texte par Willy BRACCIANO

Dernière modification : 21/09/2011

Alors que le président de l'Autorité palestinienne souhaite demander l'adhésion de la Palestine comme État à l'ONU, notre envoyé spécial Willy Bracciano est parti à la rencontre de Palestiniens et d'Israéliens. Carnet de route.

Ce devait être la journée de tous les dangers. Les différentes marches organisées par des colons israéliens vers les territoires palestiniens faisaient craindre le pire. Finalement, il n'en fut rien.

Avec mon équipe, nous avions décidé de suivre la marche des colons de Bet El, une colonie située juste aux portes de Ramallah.

Rendez-vous pris à 17h. Surprise : il y a autant de journalistes que de colons ! Disons qu'une cinquantaine de manifestants côtoit une bonne vingtaine de journalistes.

Dans la foule, des jeunes, et des moins jeunes, tous rassemblés autour du député d'extrême droite, Michael Ben Ari. "Je suis pour un État palestinien. Pas ici, mais en France", a-t-il lancé.

Le ton est vite donné : slogans et drapeaux à la gloire d'Israël tout au long du défilé.

En moins d'une heure, ils sont arrivés au checkpoint de Bet El. Mais là, une centaine de militaires avait pris position. L'objectif : les empêcher d'entrer à Ramallah et éviter toute provocation, voire confrontation.

En face, coté palestinien, aucun contre-manifestant. Le message de l'Autorité palestinienne a visiblement été entendu : éviter tout ce qui peut faire capoter leur démarche à l'ONU.

Le cordon de sécurité mis en place par les militaires israéliens a aussi porté ses fruits. Une heure plus tard, les colons se sont dispersés dans le calme... et nous avec.

© Willy Bracciano

Première publication : 21/09/2011

  • PROCHE-ORIENT

    19 septembre : Des Palestiniens entre exaspération et fatalisme

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    "Abbas sait pertinemment que sa demande ne peut aboutir"

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Abbas va demander la reconnaissance d'un État palestinien à l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)