Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Moyen-orient

Obama s'oppose fermement à la reconnaissance d'un État palestinien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2011

Les président des États-Unis a rejeté, mercredi à New York, la demande d'adhésion de la Palestine à l'ONU, affirmant que cela constituerait un "raccourci" dans le processus des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

AFP - Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé mercredi qu'il n'existait pas de "raccourci" pour parvenir à la paix au Proche-Orient, rejetant à la tribune de l'ONU à New York la démarche des Palestiniens pour y obtenir la reconnaissance de leur Etat.

"Il y a un an, j'ai souhaité une Palestine indépendante à cette tribune", a reconnu M. Obama. "Je croyais, et je le crois toujours, que les Palestiniens méritent leur propre Etat. Mais j'ai aussi dit qu'une paix véritable ne peut être obtenue qu'entre les Israéliens et les Palestiniens eux-mêmes", a-t-il affirmé.

"Un an plus tard, malgré des efforts intenses des Etats-Unis et d'autres (pays), les parties n'ont pas résolu leurs désaccords. Face à cette impasse, j'ai proposé une nouvelle base de négociations en mai", a rappelé M. Obama.

Il avait alors souligné que les frontières d'un futur Etat palestinien devraient prendre pour base les lignes d'armistice de 1967, "avec des échanges (de territoires) sur lesquels les deux parties seraient d'accord". Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait immédiatement qualifié ces lignes d'"indéfendables".

"Cette base est claire et nette, et tout le monde la connaît ici. Les Israéliens doivent être assurés que tout accord prendra en compte leur sécurité. Les Palestiniens méritent de connaître les bases territoriales de leur Etat", a remarqué mercredi le président des Etats-Unis.

Mais il s'est opposé avec force à toute tentative des Palestiniens d'obtenir la reconnaissance de leur Etat en s'adressant au Conseil de sécurité de l'ONU, comme le président palestinien Mahmoud Abbas en a exprimé l'intention.

"Je suis convaincu qu'il n'existe pas de raccourci à la fin d'un conflit qui persiste depuis des décennies. La paix ne viendra pas de déclarations et de résolutions à l'ONU. Si c'était aussi facile, cela aurait déjà eu lieu à l'heure actuelle", a déclaré M. Obama, qui doit rencontrer M. Abbas en tête-à-tête mercredi soir.

Il devait également s'entretenir avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en fin de matinée, à l'issue de son discours devant l'Assemblée générale.

Première publication : 21/09/2011

  • NATIONS UNIES

    Mobilisation en Cisjordanie pour la reconnaissance d'un État palestinien

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    "Abbas sait pertinemment que sa demande ne peut aboutir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)