Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord signé en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Moyen-orient

Mobilisation en Cisjordanie pour la reconnaissance d'un État palestinien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/09/2011

Des milliers de Palestiniens ont manifesté ce mercredi dans les villes de Cisjordanie afin de soutenir l'initiative du président Mahmoud Abbas qui compte demander, vendredi, la reconnaissance d'un État palestinien à l'ONU.

AFP - Des dizaines de milliers de Palestiniens ont manifesté mercredi dans une ambiance festive dans les villes autonomes de Cisjordanie pour soutenir la demande d'adhésion d'un Etat de Palestine à l'ONU.

Ces rassemblements, à l'appel de la direction palestinienne, sont les plus importantes en Cisjordanie occupée depuis la fin de la deuxième Intifada, le soulèvement palestinien, en 2005.

"Les masses palestiniennes sont sorties en nombre dans les Territoires palestiniens pour soutenir la démarche palestinienne et la position politique déterminée, malgré toutes les pressions pour nous dissuader de demander l'adhésion d'un Etat de Palestine", a déclaré à l'AFP à New York Nabil Abou Roudeina, le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

Les cortèges et rassemblements, encadrés par des milliers de policiers, se sont déroulés à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne, et dans le reste de la Cisjordanie, à Naplouse, Hébron, Bethléem ou encore Jéricho.

Il y avait 15.000 manifestants, dont beaucoup d'écoliers et étudiants, à Ramallah, à Naplouse et à Hébron, et 10.000 à Bethléem, selon des correspondants de l'AFP.

"Des dizaines de milliers de Palestiniens prennent part aux rassemblements", a déclaré à l'AFP le porte-parole des services de sécurité, Adnane Damiri, en faisant état de la mobilisation de 8.000 policiers pour "maintenir le calme et assurer la protection des participants".

En revanche, seules quelques dizaines de femmes se sont rassemblées dans la bande de Gaza, où le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans cette enclave, et le Fatah de M. Abbas avaient décidé de renoncer aux manifestations pour ne pas envenimer leurs divisions.

A Ramallah, la foule s'est massée sur la place historique de Manara, dans le centre-ville, sous une immense banderole "Campagne nationale pour la Palestine: Le 194e Etat". L'ONU compte 193 pays membres.

"Le peuple veut la libération de la Palestine", ont scandé les participants.

Sur une estrade trônait une monumentale chaise bleu ciel, aux couleurs de l'ONU, symbolisant le siège que les Palestiniens espèrent obtenir.

"Nous exigeons que le monde reconnaisse notre Etat car c'est une promesse qu'il nous a faite il y a plus de 60 ans", a proclamé le gouverneur de Ramallah, Leila Ghanan, en référence à la résolution du 29 novembre 1947 de l'ONU sur le partage de la Palestine entre un Etat juif et un Etat arabe.

A Naplouse, les manifestants brandissaient une mer de drapeaux nationaux et de la "Campagne Palestine 194", des fanions jaunes du Fatah et des portraits du défunt chef historique palestinien Yasser Arafat.

Des cheikhs musulmans, des prêtres chrétiens ainsi qu'une vingtaine de juifs ultra-orthodoxes du mouvement Naturei Karta, un groupuscule farouchement antisioniste, se trouvaient dans la foule.

M. Abbas, qui dirige l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a l'intention de remettre vendredi une demande d'adhésion d'un Etat de Palestine au patron de l'ONU Ban Ki-moon. Israël et les Etats-Unis y sont hostiles, et Washington a promis d'y opposer son veto au Conseil de sécurité.

Selon un sondage, 83% des Palestiniens soutiennent cette démarche contre seulement 34% d'Israéliens.

Les dirigeants palestiniens avaient assuré que les manifestations seraient "non violentes" et se dérouleraient à l'intérieur des villes pour éviter des heurts avec l'armée israélienne déployée en force à l'extérieur.

Des affrontements sporadiques ont néanmoins eu lieu au barrage de Kalandia, entre Jérusalem et Ramallah, et à Hébron. L'armée a tiré des grenades lacrymogènes pour disperser des jeunes qui jetaient des pierres. Un adolescent de 13 ans (bien 13 ans) a perdu un oeil après avoir été touché par une cartouche de gaz, selon des sources médicales palestiniennes.

Première publication : 21/09/2011

  • ONU

    Reconnaissance d'un État palestinien : "Paris mène une diplomatie d’équilibriste"

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    "Abbas sait pertinemment que sa demande ne peut aboutir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)