Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

À la recherche des migrants perdus en Méditerranée

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 22/09/2011

Les montres de luxe des dirigeants chinois pointées du doigt

Un internaute chinois se penche sur les montres portées par les hauts fonctionnaires dans le pays. De plus en plus de blogueurs se lancent dans la course électorale en Tunisie. Et un site propose d’apprendre des langues étrangères en discutant avec des inconnus en ligne.

Les montres de luxe des dirigeants chinois pointées du doigt

Pour dénoncer la corruption parmi les hauts fonctionnaires chinois, un blogueur a lancé une enquête sur les montres qu’ils portent au poignet. Cet internaute, qui se surnomme Daniel Wu, a mis en ligne ces dernières semaines de nombreuses photos de dirigeants en précisant la marque et la valeur de ces bijoux.

Zhou Wenzhang, vice-président de l’Ecole nationale d’administration, a ainsi été épinglé sur ce cliché avec ce qui semble être une Piaget estimée à 100 000 yuans, soit plus de 11 000 euros. En Chine, cela correspond à peu près au salaire annuel d’un fonctionnaire du rang de ministre.

Daniel Wu a commencé à s’intéresser aux montres-bracelets des dirigeants chinois en regardant un reportage sur la catastrophe ferroviaire de Wenzhou, en juillet dernier. Il avait alors repéré une luxueuse Rolex au poignet du ministre des chemins de fer Sheng Guangzu. Le cyberactiviste a ensuite découvert que l’officiel disposait de toute une collection de montres qu’il portait en fonction des événements auxquels il se présentait.

Pour mener son enquête, l’internaute a tout simplement utilisé un moteur de recherche d’images et tapé des mots-clefs comme « secrétaire du Parti », « gouverneur », ou « chef de département ». Chaque fois qu’une montre apparaissait sur un cliché, il tentait de l’identifier en menant des recherches approfondies sur Internet, mais aussi dans des boutiques.

Ses révélations ont eu un écho important sur la Toile, mais son compte Weibo, l’équivalent chinois de Twitter, n’a pas tardé à être fermé. Les autorités tentent actuellement de renforcer le contrôle sur cette plateforme de microblogging qui est de plus en plus utilisée par la société civile pour se mobiliser et dénoncer les abus de pouvoir.


Des blogueurs en campagne en Tunisie

Les internautes tunisiens se mobilisent à l’approche de l’élection de l’assemblée constituante prévue le 23 octobre prochain dans le pays. Un scrutin qui doit désigner les 218 députés qui seront chargés de rédiger une nouvelle Constitution pour la Tunisie et auquel les blogueurs semblent bien décidés à prendre part.

La liste « Sawt Mostakel », une « voix indépendante » en français, a ainsi été créée par Amira Yahyaoui, une blogueuse de 27 ans résidant en France qui s’est fait connaître pour avoir, entre autres, combattu la censure sous le régime de Ben Ali. Elle explique ainsi avoir longtemps agi dans l’opposition et que l’heure est désormais venue de s’impliquer dans la construction de la nouvelle Tunisie.

Une volonté d’agir dans la Tunisie post Ben Ali que l’on retrouve également chez Mehdi Lamloum, spécialiste d’Internet dont le blog Pink Lemon est une référence dans le domaine du webmarketing et de la communication. Le blogueur s’est ainsi engagé aux côtés de Youssef Seddik, éminent philosophe et anthropologue tunisien sur une liste indépendante présentée par ce dernier.

Riadh Guerfali, le co-fondateur du blog collectif Nawaat, très actif pendant le soulèvement populaire en Tunisie, a lui aussi décidé de se lancer dans la course électorale. Docteur en droit public, Guerfali a largement fait usage de son blog Astrubal pour dénoncer les violations du droit national et international de l’ancien régime. Un candidat considéré par beaucoup comme possédant le bagage juridique nécessaire à l’élaboration d’une nouvelle Constitution.

En attendant, la multiplication de ces candidatures issues du monde d’Internet montre bien que les Tunisiens, adeptes des nouvelles technologies, ne souhaitent pas que leur voix soit ignorée dans le processus de reconstruction du pays. Une envie résumée sur son blog par Yassine Ayari, un cyberactiviste très en vue en Tunisie, où il explique qu’il aspire à être un homme politique qui blogue et non pas uniquement un blogueur qui parle de politique !

 

Twitter atteint les 100 millions d’utilisateurs

Le site de microblogging Twitter a récemment annoncé avoir atteint les 100 millions d’utilisateurs actifs c’est-à-dire se connectant au moins une fois par mois, et ce à peine cinq ans après son lancement. A noter qu’environ 230 millions de messages seraient rédigés tous les jours sur la plate-forme de microblogging.

 

Verbling, un Chatroulette des langues étrangères

Discuter par webcam avec des inconnus pour se perfectionner en langues étrangères. C’est le créneau dans lequel s’est lancé Verbling, qui reprend ainsi le concept du très populaire Chatroulette. Ce service propose en effet de mettre en relation deux internautes souhaitant s’améliorer dans la langue de leur interlocuteur. En raison du faible nombre d’inscrits, seuls l’anglais et l’espagnol sont disponibles pour l’instant. Mais d’autres, comme le français ou l’arabe, ne devraient pas tarder à être proposés.

 

Vidéo du jour

Cette vidéo baptisée « Experience zero gravity » invite les internautes à découvrir ce que vivent les adeptes de base jumping, une pratique qui consiste à sauter dans le vide à partir d’une falaise de montagne ou du toit d’un immeuble. Un clip magnifique filmé en utilisant la technique du slow-motion qui permet d’admirer dans les moindre détails les performances de ces amateurs de sensations fortes…

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

16/09/2014 Réseaux sociaux

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

Au sommaire de cette édition : la Toile appelle les médias à censurer les vidéos de l’organisation de l’Etat islamique; la tendance du « Book Bucket Challenge » déferle sur le...

En savoir plus

13/09/2014 Réseaux sociaux

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

Et si l'avenir du journalisme d'investigation passait par le web ? "Enquête ouverte" est le premier site français qui utilise le "crowdsourcing" pour recueillir de nouvelles...

En savoir plus

15/09/2014 Réseaux sociaux

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

Au sommaire de cette édition : la Toile fait part de son émotion après l’exécution de David Haines; les responsables politiques philippins sont invités à prendre les transports...

En savoir plus

12/09/2014 Réseaux sociaux

La Toile réagit au discours de Barack Obama sur l'EI

Au sommaire de l'émission : la Toile américaine réagit au discours de Barack Obama sur l’Etat islamique; au Canada, des femmes amérindiennes se mobilisent contre l’insécurité; et...

En savoir plus

11/09/2014 Réseaux sociaux

Écosse : des dessins de Banksy détournés par les indépendantistes

Au sommaire de l'émission : en Écosse, des partisans de l’indépendance détournent des dessins de Banksy; une agression gratuite survenue à Memphis choque la Toile américaine; et...

En savoir plus