Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

FRANCE

Robert Bourgi entendu par la brigade financière

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/09/2011

Robert Bourgi est auditionné par la brigade financière à la demande du parquet de Paris. Le 11 septembre, cet homme de l'ombre des réseaux de la Françafrique confiait avoir remis des fonds africains occultes à Jacques Chirac et Dominique de Villepin.

AFP - L'avocat Robert Bourgi, qui a affirmé avoir remis des fonds africains occultes à Jacques Chirac et Dominique de Villepin, était entendu jeudi par les enquêteurs de la brigade financière de la police judiciaire parisienne, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

L'audition de Robert Bourgi, arrivé en début d'après-midi, se poursuivait à 17H00, a-t-on ajouté sans plus de détail. A la suite des accusations de Robert Bourgi, le parquet de Paris a diligenté le 13 septembre une enquête préliminaire. MM. Chirac et de Villepin ont dit leur intention de l'attaquer en diffamation.

Dans une interview au JDD le 11 septembre, l'avocat a chiffré à quelque 20 millions de dollars les sommes qu'il dit avoir remises à MM. Chirac et de Villepin.

Cet ancien conseiller de l'ombre chargé des affaires africaines avait ensuite accusé Jean-Marie Le Pen d'avoir lui aussi reçu des fonds occultes de chefs d'Etats africains pour financer sa campagne présidentielle de 1988.

Pierre Péan, auteur de "Les mallettes de la République"

Jean-Marie Le Pen a saisi la justice d'une citation directe pour diffamation à l'encontre de M. Bourgi.

Comme MM. Chirac et de Villepin, le président sénégalais Abdoulaye Wade a dit son intention de porter plainte. Mais le dépôt d'aucune de ces trois procédures n'a pour l'heure été confirmée.

L'un des avocats de M. Chirac, Me Jean Veil, a par ailleurs jugé que M. Bourgi n'évoquait "que des faits qui sont prescrits", estimant "difficile de faire une enquête judiciaire".

Dans l'interview au JDD, Robert Bourgi disait avoir "participé à plusieurs remises de mallettes à Jacques Chirac, en personne, à la mairie de Paris". Selon lui, "il n'y avait jamais moins de 5 millions de francs. Cela pouvait aller jusqu'à 15 millions".

Celui qui se présente volontiers comme le successeur de Jacques Foccart, le "Monsieur Afrique" de l'Elysée des gaullistes, avait expliqué avoir recueilli des fonds de cinq chefs d'Etat africains: Abdoulaye Wade (Sénégal), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Laurent Gbagbo (Côte d'Ivoire), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Omar Bongo (Gabon).

L'opposition au président Compaoré a demandé mardi l'ouverture d'une enquête de la justice burkinabè. Ouagadougou a rejeté des accusations "grotesques".

Première publication : 22/09/2011

  • FRANÇAFRIQUE

    Robert Bourgi sera entendu jeudi par la brigade financière

    En savoir plus

  • FRANÇAFRIQUE

    Robert Bourgi, l'homme du grand déballage

    En savoir plus

  • FONDS OCCULTES

    Après Chirac et Villepin, Le Pen mis en cause dans une affaire de fonds occultes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)