Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

Moyen-orient

Malgré Obama, Abbas reste déterminé à faire reconnaître l'État palestinien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/09/2011

Malgré les tentatives de dissuasion de Barack Obama, le président Mahmoud Abbas est déterminé à demander l'adhésion d'un État de Palestine à l'ONU. Mercredi, les Palestiniens sont déclarés prêts à attendre la décision du Conseil de sécurité.

AFP - Barack Obama a rencontré mercredi soir pendant plus d'une heure le président palestinien Mahmoud Abbas à New York, quelques heures après avoir rejeté à la tribune de l'ONU la demande d'adhésion d'un Etat de Palestine, a constaté un photographe de l'AFP.

"Le président Obama a fait part au président Abbas de son opposition au projet palestinien d'aller au Conseil de sécurité", habilité à statuer sur les demandes d'adhésion à l'ONU, à déclaré à des journalistes Nabil Abou Roudeina, porte-parole de M. Abbas.

"Le président Abbas a expliqué au président Obama la position palestinienne sur la démarche au Conseil de sécurité et sur le communiqué du Quartette sur le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, ONU et UE)" en discussion pour un retour aux négociations de paix avec Israël, a ajouté le porte-parole.

Dans la matinée, le président américain s'était entretenu avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Les Palestiniens se sont dits mercredi prêts à attendre que le Conseil de sécurité statue sur

la demande d'adhésion mais être disposés à étudier ensuite des alternatives, comme la proposition du président français Nicolas Sarkozy d'accorder à la Palestine le statut d'Etat observateur non membre de l'ONU, parallèlement à des négociations pour un accord de paix "définitif" d'ici un an.

Mercredi matin, M. Obama avait affirmé qu'il n'existait pas de "raccourci" pour parvenir à la paix. "La paix ne viendra pas de déclarations et de résolutions à l'ONU. Si c'était aussi facile, cela aurait déjà eu lieu", a-t-il dit devant l'Assemblée générale de l'ONU.

Les Etats-Unis, proches alliés d'Israël, ont averti qu'ils opposeraient leur veto au Conseil de sécurité à toute demande d'admission à l'ONU d'un Etat de Palestine. M. Abbas a indiqué qu'il soumettrait une telle demande vendredi.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a souligné qu'un vote au Conseil de sécurité n'interviendrait pas avant "plusieurs semaines", estimant que ce délai pourrait être "mis à profit pour développer une stratégie" de compromis.

 

Première publication : 22/09/2011

  • NATIONS UNIES

    Mobilisation en Cisjordanie pour la reconnaissance d'un État palestinien

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    20 septembre : la journée de tous les dangers ?

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    État palestinien : Juppé met en garde contre une "explosion de violence" au Proche-Orient

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)