Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Amériques

Troy Davis a été exécuté

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/09/2011

Condamné à mort pour le meurtre d'un policier en 1989, Troy Davis a été exécuté mercredi soir dans une prison de Jackson en Géorgie, malgré la mobilisation en sa faveur. Il était devenu le symbole de la lutte contre la peine capitale.

REUTERS - Troy Davis, condamné à mort pour le meurtre d'un policier en 1989, a été exécuté par injection mercredi soir dans une prison de Jackson en Géorgie, peu de temps après le rejet d'un ultime recours par la Cour suprême des Etats-Unis.

La Cour suprême a refusé en dernière minute d'annuler l'exécution du condamné, qui devait initialement avoir lieu mercredi à 19h00 locales (23h00 GMT), à la prison de Jackson en Géorgie. Il a fallu à la Cour suprême plus de quatre heures pour rendre son avis, un délai inhabituellement long pour ce genre de cas, et le condamné a été exécuté à 23:08 locales (jeudi 03h08 GMT).

Condamné à mort pour le meurtre du policier Mark MacPhail en 1989 à Savannah, en Géorgie, Troy Davis était devenu un symbole de la lutte contre la peine capitale. Sept des neuf témoins de l'accusation se sont rétractés depuis son procès et les partisans de l'abolition estiment que la justice américaine est sur le point d'exécuter un homme dont la culpabilité n'est pas certaine.

Aux abords de la prison, à Jackson, plusieurs centaines de manifestants s'étaient rassemblés mercredi en espérant que la sentence ne serait pas exécutée. Ils scandaient "S'il vous plaît, ne laissez pas mourir Troy Davis" et "Je suis Troy Davis!". Les manifestations, qui ont commencé en début d'après-midi, ont eu lieu sur fond de forte présence policière et deux personnes au moins ont été appréhendées.

"C'est un moment tragique. Nous espérions un résultat différent mais nous sommes déterminés à lutter", a déclaré Rapahel Warnock, pasteur de l'Eglise baptiste Ebenezer, à Atlanta.

"Les gens assistent à cette exécution-là d'une façon qui n'a pas de précédent, et je pense qu'elle les conduit à porter un regard dur sur notre système pénal", a-t-il ajouté.

De nombreuses personnalités, dont le prix Nobel de la paix Desmond Tutu et la religieuse Helen Prejean, auteur de "Dead Man Walking" (La Dernière marche), ont milité depuis des années contre l'exécution de Troy Davis. La France avait joint sa voix à ces militants.

"La France regrette vivement le refus du comité des grâces de l'Etat de Géorgie de communer la peine de M. Troy Davis", avait déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères lors d'un point de presse électronique.

L'affaire Troy Davis avait donné lieu à de multiples recours et la Cour suprême des Etats-Unis avait demandé en août 2009 un autre procès pour examiner les nouveaux éléments et témoignages mis en avant par la défense. La justice de Géorgie avait
confirmé la culpabilité de l'accusé un an plus tard.

 

Première publication : 22/09/2011

  • ÉTATS-UNIS

    L'affaire Troy Davis, symbole d'une justice en noir et blanc ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Troy Davis voit sa grâce refusée, exécution prévue ce mercredi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)