Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

FRANCE

Affaire Karachi : ouverture d'une enquête pour "violation du secret professionnel"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/09/2011

À la suite de la publication des conversations entre Thierry Gaubert, mis en examen dans le volet financier du dossier de Karachi, et Brice Hortefeux, le parquet de Paris a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête préliminaire.

AFP - Le parquet de Paris a annoncé vendredi soir l'ouverture d'une enquête préliminaire pour "violation du secret professionnel et "recel" à la suite des révélations sur une conversation téléphonique entre Brice Hortefeux et Thierry Gaubert dans l'affaire Karachi.

Dans cette conversation du 14 septembre, Brice Hortefeux prévient Thierry Gaubert que sa femme "balançait beaucoup" au juge. Thierry Gaubert a été mis en examen le mercredi 21 septembre par le juge Renaud van Ruymbeke pour recel d'abus de biens sociaux dans le volet financier de l'afffaire de Karachi.

Le parquet explique sa décision d'ouvrir une enquête préliminaire "après avoir pris connaissance" des "comptes rendus d’écoutes téléphoniques réalisées sur le téléphone de l’un des mis en examen".

L'enquête préliminaire ouverte pour violation du secret professionnel et de recel de violation du secret professionnel a été confiée à la police judiciaire.

L'avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi (11 Français tués le 8 mai 2002), Me Olivier Morice, avait demandé dans la matinée au parquet d'ouvrir une enquête préliminaire "parce que les faits sont extrêmement graves et que nous voyons bien qu'il y a une panique manifeste à l'Elysée et qu'on veut tout faire pour étouffer ce scandale".

Première publication : 23/09/2011

  • FRANCE

    Affaire Karachi : Hortefeux mis en cause après un "échange téléphonique"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Deux proches de Nicolas Sarkozy mis en examen dans l'affaire Karachi

    En savoir plus

  • MULTIMÉDIA

    Affaire Karachi : les ingrédients d'un scandale à la française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)