Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

Moyen-orient

Les Palestiniens dans les rues acclament Mahmoud Abbas à l'ONU

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2011

Les Palestiniens ont ovationné, vendredi, le discours de Mahmoud Abbas en faveur de l'adhésion de la Palestine à l'ONU. Plus tôt dans la journée, un Palestinien a été tué au cours d'affrontements qui ont opposé l'armée israélienne aux manifestants.

AFP - Des foules joyeuses de Palestiniens ont célébré, dans les grandes villes de Cisjordanie, la demande d'adhésion historique d'un Etat de Palestine présentée vendredi à l'ONU par le président Mahmoud Abbas.

"Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés dans le centre de Ramallah, Hébron et Naplouse", a déclaré à l'AFP le porte-parole des forces de sécurité palestiniennes, le général Adnane Damiri.

Ils ont acclamé le dirigeant palestinien lorsqu'il a annoncé qu'il avait remis "la demande d'adhésion de la Palestine sur la base des lignes du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale" au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.


"Abbas, nous sommes ton peuple, tu nous a fait relever la tête", ont-ils crié à la fin du discours retransmis sur des écrans géants dans toutes les villes autonomes de Cisjordanie.

"Par notre âme, par notre sang, nous te défendrons, Palestine", ont-ils scandé, reprenant un célèbre slogan, beaucoup brandissant des portraits du président de l'Autorité palestinienne et de l'OLP, héritier de Yasser Arafat, chef historique du mouvement national palestinien.

A Ramallah, capitale historique de la Cisjordanie, les participants, massés sur la place Al-Manara et square Arafat, chantaient "Palestine 194" (l'ONU compte aujourd'hui 193 Etats: ndlr).

"C'est comme un mariage palestinien", a témoigné Omayma Abdel Halim, venu avec son fils de trois ans assister à la retransmission du discours "historique".
À Gaza, le Hamas interdit la retransmission du discours d'Abbas

"Dignité retrouvée"


"Aujourd'hui, nous avons retrouvé notre dignité. Obama et les Américains (opposés à la démarche palestinienne à l'ONU), nous n'avons pas besoin de leur argent, nous avons besoin de notre dignité", a expliqué Majed Hussein, un fonctionnaire de Naplouse.

Les rassemblements se sont déroulés sans violences, dans une ambiance de fête --accompagnés de danses folkloriques, de chansons patriotiques et d'assourdissants concerts de klaxons-- et le calme a largement prévalu dans les Territoires palestiniens.

Au moment du discours à l'ONU, des feux d'artifice ont éclaté au-dessus de Jérusalem-Est, secteur à majorité palestinienne, et du quartier musulman de la Vielle ville.

Mais à Gaza, le Hamas, au pouvoir dans l'enclave palestinienne, a disqualifié le discours du président Abbas le jugeant "sans substance".

"Le discours d'Abbas a été un discours émotif qui, s'il est parvenu à présenter la souffrance des Palestiniens, n'a pas montré les moyens de faire face à l'occupation (israélienne)", a déclaré à l'AFP le porte-parole du mouvement islamiste palestinien, Sami Abou Zouhri.

Le Hamas et le Fatah de M. Abbas avaient décidé d'un commun accord de renoncer aux manifestations publiques pour ne pas envenimer leurs divisions.

L'humeur festive et pacifique de la journée n'a cependant pas empêché des des heurts, sporadiques --comme chaque vendredi-- entre jeunes manifestants palestiniens et leurs sympathisants israéliens et étrangers, d'une part, et forces de sécurité israéliennes, de l'autre, en Cisjordanie.

Un homme de 37 ans, Issam Badrane, a été tué par une balle réelle dans la nuque lors d'affrontements près du village de Kusra, dans le nord de la Cisjordanie, selon des médecins de l'hôpital Rafidia de Naplouse.

Les incidents ont éclaté lorsqu'une cinquantaine de colons juifs ont attaqué ce village, théâtre de violences similaires ces dernières semaines. Quelque 300 villageois ont riposté à coup de pierres.

L'armée israélienne a confirmé qu'elle avait eu recours à des tirs à balles réelles "au cours de l'émeute".

Trois autres Palestiniens du même village près de Naplouse, ont été légèrement blessés par des balles caoutchoutées, d'après des témoins.

Des heurts ont aussi été signalés dans des zones de friction habituelles comme le checkpoint militaire de Kalandia, entre Jérusalem et Ramallah, les villages palestiniens de Nabi Saleh, Bilin et Niilin, théâtre de manifestations hebdomadaires, à Jérusalem-Est et à proximité des colonies voisines d'Hébron (sud) et de Naplouse.

Les autorités israéliennes ont déployé 22.000 policiers le long de la "ligne verte", qui sépare Israël de la Cisjordanie, près des localités arabes israéliennes ainsi qu'à Jérusalem-Est annexée.

Première publication : 23/09/2011

  • PROCHE-ORIENT

    Le Quartette pousse à une reprise des négociations de paix

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Mahmoud Abbas demande l'adhésion d'un État de Palestine à l'ONU

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Mobilisation en Cisjordanie pour la reconnaissance d'un État palestinien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)