Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Amériques

Washington accuse l'allié pakistanais de soutenir l'insurrection

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/09/2011

Devant la commission de la Défense, le chef d'état-major interarmées Mike Mullen, a accusé jeudi le Pakistan d'exporter la violence en Afghanistan. Selon lui, les insurgés afghans du réseau Haqqani sont le bras armé des services secrets pakistanais.

AFP - Le plus haut responsable militaire américain, l'amiral Mike Mullen, a brutalement accusé jeudi l'allié pakistanais d'exporter la violence en Afghanistan, désignant devant le Sénat les insurgés afghans du réseau Haqqani comme le bras armé des services secrets pakistanais.

Devant les sénateurs de la commission de la Défense, le chef d'état-major interarmées ne s'est pas embarrassé de langage diplomatique, signe de l'exaspération de Washington vis-à-vis du double jeu joué selon les Américains par le Pakistan, pourtant considéré comme un allié dans la lutte contre le terrorisme.

"En choisissant d'utiliser l'extrémisme violent comme instrument politique, le gouvernement du Pakistan -- et plus spécifiquement l'armée pakistanaise et l'ISI (les puissants services secrets pakistanais, ndlr) -- compromet non seulement la perspective d'un partenariat stratégique avec nous mais aussi l'opportunité pour le Pakistan d'être une nation respectée jouissant d'une influence régionale légitime", a-t-il asséné.

Selon lui, "le réseau Haqqani agit comme le véritable bras de l'ISI pakistanais", a déclaré l'amiral Mullen, qui quittera ses fonctions fin septembre.

Les responsables de l'administration Obama ont multiplié ces derniers jours les mises en cause publiques d'Islamabad, laissant planer la menace de "mesures appropriées".

"S'ils continuent de tuer nos troupes, nous ne resterons pas les bras croisés à regarder", a encore prévenu le haut gradé à propos du réseau Haqqani.

Ce groupe est très actif dans l'est de l'Afghanistan, l'une des zones où l'insurrection est la plus virulente. Il utilise comme base arrière les zones tribales du Waziristan dans le Nord-Ouest du Pakistan où il est l'une des cibles des attaques de drones, un programme secret de la CIA.

Le réseau Haqqani est accusé par Washington d'être à l'origine de l'attaque la semaine passée contre le quartier général de l'Otan et l'ambassade américaine à Kaboul et de l'attentat au camion piégé contre une base de l'Otan qui avait fait plus de 100 blessés, dont 77 soldats américains.

L'amiral Mullen a réitéré cette accusation jeudi, ajoutant qu'ils avaient bénéficié du "soutien de l'ISI".

Le gouvernement pakistanais a nié jeudi la présence sur son sol du réseau Haqqani tout en promettant aux Américains de prendre les mesures nécessaires s'ils lui fournissent la preuve du contraire.

Malgré les milliards de dollars d'aide américaine au Pakistan, les Etats-Unis reprochent depuis 2001 à Islamabad de ne pas agir avec assez de détermination contre les groupes terroristes et insurgés installés sur son territoire.

La situation entre les deux pays est au plus bas depuis l'opération commando américaine menée début mai au Pakistan pour éliminer Oussama Ben Laden.

Pour l'amiral Mullen, le Pakistan commet une erreur s'il croit préserver un équilibre régional face à l'Inde en soutenant Haqqani: "en exportant la violence, le Pakistan sape sa sécurité intérieure et sa position dans la région. Il mine sa crédibilité internationale et menace son bien-être économique".

Mais malgré les problèmes posés par le groupe Haqqani, "la situation sur le plan de la sécurité s'améliore continuellement" en Afghanistan, selon lui.

"Le niveau général de violence en Afghanistan diminue", a de son côté affirmé le secrétaire à la Défense Leon Panetta, qui voit dans les spectaculaires attaques et assassinats, dont celui mardi de l'ex-président Burhanuddin Rabbani, un "signe de faiblesse" des talibans.

"Comme les talibans ont perdu le contrôle de territoires l'an dernier", les insurgés mènent moins d'attaques d'envergure contre les troupes de la coalition mais se focalisent plus sur les "attaques qui font la Une des journaux" afin de provoquer un "impact psychologique" maximal, a estimé le ministre.

 

Première publication : 23/09/2011

  • AFGHANISTAN

    La communauté internationale condamne l'assassinat de l'ex-président afghan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les combats entre Taliban et forces de l'Otan se poursuivent à Kaboul

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)