Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

FOCUS

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le plan pour l'islam de France

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : Yellen promet une hausse progressive des taux, les marchés réagissent

En savoir plus

Afrique

L'Égyptien Khaled Saïd n'avait pas ingéré de drogue avant sa mort

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2011

L'icône de la contestation égyptienne, Khaled Saïd, n'avait pas ingéré de drogue avant son décès, selon un rapport médical présenté samedi au procès des deux policiers accusés de l'avoir battu à mort.

AFP - Un jeune homme de 28 ans, devenu une icône de la contestation en Egypte après avoir été battu à mort par deux policiers, n'avait pas ingéré de la drogue, selon les conclusions d'un rapport médical présenté samedi à leur procès devant un tribunal d'Alexandrie (nord).

Les policiers Mahmoud Salah Amin et Awad Ismaïl Souleimane sont accusés d'avoir battu à mort Khaled Saïd le 6 juin 2010. Son décès largement relayé sur internet, avait contribué à mobiliser la jeunesse égyptienne contre le régime d'Hosni Moubarak, renversé le 11 février.

Les experts médicaux ont indiqué dans leur rapport que Khaled Saïd était mort par asphyxie après avoir été battu et qu'un sac avait été placé dans sa bouche alors qu'il était inconscient, a rapporté l'agence officielle MENA.

La police affirmait jusque là que le jeune homme était décédé après avoir avalé de la drogue au moment de son arrestation, alors que les organisations des droits de l'Homme soutenaient que le jeune homme avait été tué par des policiers en civil qui l’avaient traîné hors d’un cybercafé puis battu à mort. Deux autopsies ordonnées par le procureur de l’État avaient conclu précédemment à une mort due à l’ingestion d’un sachet de stupéfiants.

La mort de Khaled Saïd le 20 juin 2010 avait provoqué des protestations des militants pro-démocratie sur Facebook. Une page du réseau social dédiée à sa mémoire avait lancé le premier appel à la révolte le 25 janvier.

Première publication : 24/09/2011

  • ÉGYPTE

    Les partis politiques en route pour les législatives prévues en novembre

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Procès Moubarak : report de la comparution du dirigeant égyptien par intérim

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)