Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Economie

Le FMI promet de stopper "l'emballement" de la crise

Vidéo par Valériane GAUTHIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/09/2011

"Nos économies et systèmes financiers sont étroitement liés. Par conséquent, nous agirons collectivement afin de restaurer la confiance et la stabilité financière" ont indiqué dans une déclaration commune les États membres du FMI.

AFP - Les Etats membres du Fonds monétaire international se sont efforcés samedi de mettre de côté leurs divergences manifestes face à la crise économique et financière mondiale, en promettant de faire le nécessaire pour arrêter "l'emballement".
"Les circonstances pour chacun d'entre nous varient, mais nos économies et systèmes financiers sont étroitement liés. Par conséquent, nous agirons collectivement afin de restaurer la confiance et la stabilité financière, et raviver la croissance mondiale"
, ont indiqué ces 187 pays dans une déclaration commune.

"Dette publique", "fragilité du système financier", "affaiblissement de la croissance économique" et "chômage élevé": autant les problèmes énumérés par les Etats membres sont profonds, autant la marge de manoeuvre des gouvernements est faible.

"Nous ferons ce qu'il faudra pour empêcher l'emballement de la crise", a déclaré lors d'une conférence de presse Tharman Shanmugaratnam, le président du Comité monétaire et financier international (CMFI), instance qui définit les orientations politiques du Fonds.

"Il n'y a pas eu de déni, ni personne de pointé du doigt", a ajouté la directrice générale du Fonds, Christine Lagarde.

La zone euro a pourtant été au centre de l'attention.

Le communiqué du CMFI rapporte un engagement ferme qu'elle a pris devant le reste du monde: "Les pays de la zone euro feront tout le nécessaire pour résoudre la crise de la dette publique et assurer la stabilité financière de cette zone dans son ensemble et de ses Etats membres".

Il contient d'autres promesses. Dans les pays développés: des banques suffisamment capitalisées et financées, le soutien de la politique monétaire à l'activité, et des réformes structurelles pour améliorer croissance et emploi. Dans les pays émergents, un rééquilibrage du modèle de croissance en faveur de la demande intérieure dans les pays émergents.

Mais en dehors de ce cadre général, les Etats membres ont plutôt étalé leurs divergences.

Pour la zone euro, tout repose sur la mise en oeuvre de l'accord trouvé le 21 juillet entre chefs d'Etat et de gouvernements à Bruxelles pour rendre plus efficace le dispositif de lutte contre la crise (Fonds européen de stabilité financière). Les parlements nationaux doivent le ratifier d'ici à mi-octobre.

Pour les Etats-Unis, cela ne suffit pas. "Des mesures supplémentaires pour accroître la capacité effective de ces engagements sont toujours nécessaires afin de créer un pare-feu contre une contagion plus grave", a estimé le secrétaire au Trésor Timothy Geithner.

La Chine rejoint ce diagnostic. "La crise de la dette dans la zone euro a besoin d'une solution rapide pour stabiliser la confiance sur les marchés", a dit le gouverneur de la Banque centrale Zhou Xiaochuan.

Mais il a souligné qu'il n'y a pas de problème de dette qu'en zone euro: Pékin souhaite "des plans de rééquilibrage budgétaire de moyen clairs et crédibles" dans "les grandes économies développées".

Le Brésil a laissé entendre qu'il donnait peu de chances de réussite à une proposition américaine préconisant une plus grande intervention de la Banque centrale européenne.

"Des politiques monétaires obstinément prodigues dans les pays qui émettent les monnaies de réserve ont peu fait pour soutenir leur reprise économique", a rappelé le ministre des Finances Guido Mantega.

Au milieu de ces joutes mondiales, Christine Lagarde a présenté un "plan d'action". Elle veut aussi "discuter, bientôt, des besoins" de son institution, trouvant que ses ressources "font pâle figure au regard des besoins de financement potentiels des pays vulnérables et des victimes collatérales de la crise".

Première publication : 25/09/2011

  • DETTE GRECQUE

    Les syndicats grecs appellent à la grève générale les 5 et 19 octobre

    En savoir plus

  • FMI

    Lagarde appelle à des mesures radicales pour enrayer la crise

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Christine Lagarde critiquée après ses propos sur la fragilité des banques européennes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)