Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, le capitaine mis en cause

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

Asie - pacifique

Koudrine, ministre des Finances, démissionne à la demande de Medvedev

©

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/09/2011

Le président russe Dmitri Medvedev a accepté la démission du ministre des Finances Alexeï Koudrine (photo), qu'il avait demandée. Ce dernier avait déclaré dimanche qu'il ne participerait pas un nouveau gouvernement sous sa direction.

AFP - L'influent ministre russe des Finances Alexeï Koudrine a été contraint à la démission par le Kremlin lundi après s'être publiquement rebellé contre le président Dmitri Medvedev.

"Le président de Russie a signé un décret concernant la démission du vice-Premier ministre et ministre des Finances Alexeï Koudrine", a annoncé le site officiel du Kremlin.

Que se passe-t-il au Kremlin ?

Interrogé pour savoir s'il avait donné sa démission, M. Koudrine, qui fait figure de vétéran parmi les ministres des Finances du G8 et qui est considéré comme un proche de Vladimir Poutine, a laconiquement répondu au téléphone à l'agence Ria Novosti: "Oui".

Le scandale a éclaté dimanche lorsque M. Koudrine a déclaré en marge d'un sommet aux Etats-Unis qu'il refuserait de participer à un nouveau gouvernement sous la direction de M. Medvedev en raison de désaccords sur la politique économique et l'augmentation des dépenses militaires.

Samedi, M. Poutine a annoncé qu'il serait candidat à la présidence russe lors du scrutin de mars 2012 et proposé que M. Medvedev devienne alors son Premier ministre.

Ministre russe des Finances depuis 2000, après l'élection de Vladimir Poutine pour un premier mandat à la présidence, Alexeï Koudrine est un libéral respecté en Occident et adepte de la rigueur budgétaire.

Gorbatchev met en garde contre la stagnation

L'ex-dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a mis en garde lundi Vladimir Poutine contre le risque d'une stagnation et l'"impasse" du pouvoir personnel, après l'annonce samedi du retour au Kremlin de l'actuel Premier ministre et homme fort du pays.

"Si le futur président ne procède à aucun changement et pense uniquement à conserver le pouvoir (...), ce sera son erreur", a averti M. Gorbatchev dans les pages du journal d'opposition Novaïa Gazeta, après l'annonce samedi de la candidature de Vladimir Poutine à la présidentielle de mars.

"Nous sommes habitués à ce que tout soit décidé à l'avance, mais nous avons tout de même l'ambition de la démocratie...", a ajouté M. Gorbatchev, initiateur dans les années 1980 de la perestroïka qui leva la chappe de plomb qui pesait sur la société soviétique.

Dans une rare saute d'humeur, le président Medvedev a posé lundi un ultimatum à son ministre: démissionner dans la journée ou confirmer sa loyauté.

"Si vous n'êtes pas d'accord avec la politique du président, que met en pratique le gouvernement, vous avez une possibilité: démissionner. Si vous estimez qu'il y a des désaccords, vous pouvez signer votre démission ici et maintenant", a déclaré lundi M. Medvedev lors d'une intervention retransmise par la télévision russe.

"De telles déclarations, d'autant plus si elles sont faites depuis les Etats-Unis sont indécentes et injustifiables", a ajouté le président qui s'exprimait lors d'une réunion à Dmitrovgrad (Volga) en présence de M. Koudrine.

"Vous pouvez prendre conseil auprès de qui vous voulez, mais tant que je suis président, c'est moi qui prend ce genre de décisions", a-t-il lancé, après que M. Koudrine eut répondu avoir l'intention d'évoquer cette question avec le Premier ministre Vladimir Poutine.

M. Medvedev avait été propulsé en 2008 à la présidence par M. Poutine (président de 2000 à 2008), qui ne pouvait briguer, selon la Constitution, un troisième mandat consécutif, et auquel il doit toute sa carrière.

La démission de Koudrine est "sans aucun doute une décision commune prise par le tandem au pouvoir", estime le politologue Dmitri Orlov.

L'ex-ministre des Finances Mikhaïl Zadornov a "profondément regretté" la démission de Koudrine l"un des membres les plus compétents du gouvernement (...) qui jouissait de la confiance des investisseurs".

"Le pays est privé de son ministre des Finances sur fond de crise économique mondiale à six mois de la présidentielle. C'est affligeant", a-t-il poursuivi.

Pour le chef du parti d'opposition Iabloko, Sergueï Mitrokhine, il pourrait s'agir d'une manoeuvre de Vladimir Poutine pour faire de M. Koudrine son futur Premier ministre.

"Poutine laisse entendre que Dmitri Medvedev n'est pas le seul candidat à la fonction de Premier ministre et s'il le faut, Alexeï Koudrine peut occuper ce poste", a-t-il déclaré à l'agence Interfax.
"Koudrine était une figure clé dans la configuration du pouvoir russe."

Première publication : 26/09/2011

  • RUSSIE

    Medvedev et Poutine échangeraient bien leurs rôles en 2012

    En savoir plus

  • Etat des lieux à la veille de la présidentielle de 2012

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Le président Medvedev fixe la tenue des législatives au 4 décembre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)