Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Economie

Merkel reçoit Papandréou pour peaufiner le plan de sauvetage de la Grèce

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/09/2011

À deux jours du vote des députés allemands sur le plan de sauvetage de l'euro, le Premier ministre grec est à Berlin afin de convaincre ses partenaires de sa détermination à mener des réformes dans son pays.

AFP - Le Premier ministre grec Georges Papandréou a mis en avant mardi à Berlin l'effort "surhumain" de son pays pour surmonter une crise financière qui a contaminé la zone euro et inquiète le monde entier.

Ces déclarations interviennent après de nouvelles critiques lundi du président américain Barack Obama, de plus en plus agacé par les atermoiements des Européens face à leurs problèmes de dettes.

"Je peux vous garantir que la Grèce va remplir tous ses engagements", a promis le chef du gouvernement grec, invité par la fédération allemande des industriels. Il doit dîner dans la soirée avec la chancelière Angela Merkel.

M. Papandréou s'est insurgé contre les "critiques permanentes" contre son pays et a invité son auditoire à mesurer l'effort politique "surhumain" d'Athènes et "les sacrifices" consentis par les Grecs.

A Athènes, complètement embouteillée pour cause de grève des transports en commun, son ministre des Finances Evangélos Vénizélos a assuré que la Grèce allait toucher "courant octobre" les 8 milliards d'euros dont elle a cruellement besoin.

Seul le versement de cette sixième tranche de l'aide consentie l'an dernier par ses partenaires européens et le Fonds monétaire international (FMI), conditionné à un avis positif des experts de la "troïka" (BCE, FMI, Commission européenne) sur l'avancement des réformes, lui permettra d'éviter la faillite.

Le monde entier craint un défaut de paiement grec qui pourrait déséquilibrer le système financier européen, plonger la zone euro dans une récession et par ricochet toucher l'économie mondiale, selon le pire des scénarios.

"Les Européens traversent une crise financière qui fait peur au monde", a affirmé lundi M. Obama, jugeant que les décisions des Européens pour enrayer la crise n'avaient "pas été aussi rapides qu'elles auraient dû".

A Berlin, la chancelière Angela Merkel a exprimé son "absolu respect" pour les efforts consentis par la Grèce. Et répété son appel à prendre les problèmes de la zone euro "à la racine", c'est-à-dire en combattant avec force les dérives des finances publiques.

Elle a encore opposé une fin de non-recevoir aux appels, des Etats-Unis notamment, à mettre sur pied de nouveaux programmes de relance pour faire face au ralentissement de la croissance mondiale, déjà perceptible en zone euro.

"Nous ne voulons pas de nouveaux plans de relance", a-t-elle dit, jugeant que c'était "une mauvaise idée de combattre des dettes par de nouvelles dettes".

Berlin est également opposé à un renflouement du fonds de secours de la zone euro, le FESF, a répété mardi le porte-parole du gouvernement, tandis que la ministre espagnole de l'Economie Elena Salgado a rejeté à son tour les spéculations sur un gonflement de l'enveloppe du fonds à 2.000 milliards d'euros, une hypothèse "pas sur la table", a-t-elle dit.

Les députés allemands devraient donner jeudi à une très large majorité leur feu vert à un premier élargissement de l'enveloppe et des compétences du FESF, décidé en juillet dernier, pour lui permettre de mieux venir en aide aux pays chahutés de la zone euro.

Le vote de l'Allemagne, première économie européenne et premier contributeur au fonds avec plus de 200 milliards d'euros de garanties, devrait lui donner une impulsion décisive. Même si la mise en oeuvre de ce mécanisme de sauvetage nécessite l'aval des 17 membres de la zone euro et que certains, comme la Slovaquie, se font encore prier.

Mais avant même l'entrée en vigueur du "FESF 2.0", tel que le surnomment les économistes, les discussions font déjà rage sur un prochain renforcement, pour protéger l'Italie et l'Espagne de la contagion de la crise. Ce renforcement serait toutefois à en croire les dernières déclarations des responsables européens plus qualitatif --sous forme de nouveaux instruments ou attributions-- que quantitatif.

Dossier

Première publication : 27/09/2011

  • DETTE GRECQUE

    La troïka des créanciers retournera à Athènes mercredi ou jeudi

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Grèce et Argentine, des solutions identiques pour une même faillite ?

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Les syndicats grecs appellent à la grève générale les 5 et 19 octobre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)