Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • 2e Division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

EUROPE

Quatre soldats de l'Otan blessés à la frontière avec la Serbie

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/09/2011

Au moins quatre soldats de la Kfor ont été blessés par une bombe artisanale dans le nord du Kosovo. Six civils serbes ont également été blessés lors de violences au poste-frontière de Jarinje.

AFP - Le nord du Kosovo, peuplé majoritairement de Serbes, a été mardi le théâtre d'une nouvelle flambée de violences, qui a fait quatre blessés, dont un grièvement, victimes d'une bombe artisanale, dans les rangs de la Force de l'Otan au Kosovo, a-t-on appris auprès de la Kfor.

Cette nouvelle éruption de violences, au cours de laquelle six Serbes ont également été blessés, s'est produite à la suite du démantèlement par la Kfor, dans la matinée, d'une barricade érigée par des Serbes à proximité du poste de Jarinje, à la frontière avec la Serbie.

Les Serbes du nord du Kosovo refusent d'admettre le contrôle depuis vendredi dernier de ce poste frontière, ainsi que celui de Brnjak, par la police kosovare et celle de la Mission européenne au Kosovo (Eulex).

Ils redoutent que cela ne les isolent de la Serbie et ne veulent en aucun cas dépendre des autorités de Pristina, qu'ils ne reconnaissent pas.

Plusieurs barricades ont été érigées ces derniers jours dans le nord du Kosovo par les Serbes.

Le démantèlement de l'une de ces barricades, mardi matin, a suscité leur colère. Quelque 1.500 manifestants ont encerclé des transporteurs de troupes de la Kfor, lançant des pierres contre les soldats de l'Otan, qui ont dû répliquer par des gaz lacrymogènes, a constaté l'AFP sur place.

A Pristina, un porte-parole de la Kfor, Kai Gudenoge, a confirmé à l'AFP qu'"un soldat allemand de la Kfor avait été touché" par un jet de pierre et que la Force de l'Otan avait été "contrainte de riposter en faisant usage de munitions non-létales".

Selon le directeur de l'hôpital de Kosovska Mitrovica, Milan Jakovljevic, cité par l'agence serbe Beta, six Serbes blessés par balles ont été hospitalisés dans son établissement.

Kosovska Mitrovica est la principale localité du nord du Kosovo, partagée au nord par la population serbe et au sud par la population albanaise.

Quelques heures plus tard, l'explosion d'une bombe artisanale a fait quatre blessés dans les rangs de la Kfor.

Selon Kai Gudenoge, l'un des soldats, grièvement atteint, a été évacué par hélicoptère.

Un calme tendu règne depuis dans le secteur.

Le nord du Kosovo avait déjà connu plusieurs semaines de très vive tension fin juillet et début août après l'initiative des autorités de Pristina de vouloir prendre le contrôle des deux postes frontaliers de Jarinje et de Brnjak.

Les autorités de Belgrade et de Pristina étaient toutefois parvenues début septembre à un accord, dans le cadre de leurs rencontres sous les auspices de l'Union européenne à Bruxelles, qui avait sensiblement fait baisser la tension.

Les violences de mardi sont intervenues précisément au moment où négociateurs serbes et kosovars se retrouvaient à Bruxelles.

Le président serbe, Boris Tadic, a lancé un appel au calme.

"Le maintien de la paix et le dialogue sont la seule manière de résoudre le problème" du Kosovo, a déclaré M. Tadic dans un communiqué.

"Les forces internationales sont là pour défendre les citoyens non armés et non pas pour les affronter", a-t-il ajouté en appelant la Kfor au "maximum" de retenue.

Mais M. Tadic a également invité les Serbes du Kosovo à la pondération. "Aucun problème ne peut être résolu par les violences et la mise en danger de vies humaines ne contribue pas à la défense de nos intérêts", a-t-il relevé.

Le responsable de l'équipe des négociateurs serbes, Borko Stefanovic, a critiqué implicitement la Kfor, redoutant l'impact des incidents de mardi sur les discussions avec le Kosovo.

"Certaines forces" sont disposées à "tirer sur des personnes non armées", a-t-il déclaré à l'agence Beta.

"Cela est fait avec pour objectif d'inciter la Serbie à abandonner le dialogue, pour l'accuser ensuite de ne pas vouloir de solutions pacifiques", a-t-il estimé, en invitant également au calme les Serbes du Kosovo.

 

Première publication : 27/09/2011

  • DIPLOMATIE

    Le Kosovo et la Serbie parviennent à un accord temporaire sur le contrôle des frontières

    En savoir plus

  • KOSOVO-SERBIE

    L'Otan va déployer des troupes supplémentaires au Kosovo

    En savoir plus

  • SERBIE - KOSOVO

    La réconciliation serbo-kosovare se heurte à la question des frontières

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)