Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

Economie

"Le prêt de Dexia ? Une arnaque pure et simple"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/10/2011

Rosny-sur-Seine est la première commune en France à avoir, lundi, porté plainte au pénal contre la banque Dexia pour un prêt accordé en 2000. L’avocat de la commune, Bernard Benaiem, accuse la banque d’"escroquerie en bande organisée et tromperie".

Les démêlés judiciaires de Dexia s’aggravent. Déjà visée par deux procédures au civil initiées cet été par la ville d’Angoulême et par le département de Seine-Saint-Denis, la banque franco-belge est désormais poursuivie au pénal. La commune de Rosny-sur-Seine, en région parisienne, a en effet, déposé une plainte pour “escroquerie en bande organisée et tromperie” contre l’établissement, lundi. Elle lui reproche de lui avoir dissimulé un taux d’intérêt dans un contrat de prêt d’un million d’euros souscrit en 2000, puis d’avoir renégocié cet emprunt par quatre fois, toujours en défaveur de la ville. En tout, Rosny-sur-Seine estime avoir payé 400 000 euros d’intérêts en trop à cause de ces frais cachés.

Cette procédure - une première en France - intervient alors que Dexia a été accusée par le quotidien Libération d’avoir octroyé plus de 5 000 prêts toxiques à des collectivités territoriales et que l’Assemblée nationale a voté, le 8 juin, la création d'une commission d'enquête parlementaire sur ces emprunts.

Contactée par FRANCE 24, la banque se dit “très étonnée par cette plainte découverte par voie de presse”. Elle assure par ailleurs que “le prêt souscrit par Rosny-sur-Seine est soumis à un taux fixe très bas”, qui n’aurait rien à voir avec les emprunts structurés à taux variables très en vogue au début des années 2000 – les fameux prêts toxiques – souscrits à l’époque par de nombreuses collectivités territoriales.

L’avocat de Rosny-sur-Seine, Bernard Benaïem, a accepté d’expliquer à FRANCE 24, ce qu’il reproche à Dexia.

FRANCE 24 : Pourquoi avez-vous déposé plainte au pénal contre Dexia ?

Bernard Benaiem : Rosny-sur-Seine veut d’abord que la justice pénale reconnaisse que la ville a été victime d’une escroquerie et qu’elle a été trompée par Dexia. Nous espérons obtenir, en outre, l’annulation du prêt et le remboursement des 400 000 euros d’intérêts en trop que la commune a dû payer.

F24 : N’auriez-vous pu avoir gain de cause devant un tribunal civil ?

B.B. : J’estime qu’à partir du moment où l’on décide de poursuivre quelqu’un, il faut que la plainte corresponde à la réalité du préjudice subi. Dans cette affaire, la réalité est que Dexia a trompé mon client. C’est de l’arnaque pure et simple qui relève donc du pénal.

En effet, dans le contrat de prêt initial souscrit entre Rosny-sur-Seine et Dexia en 2000, il existait un taux caché qui a fait exploser les intérêts à payer. Il était impossible, même pour un observateur averti, d’en déceler l’existence. Il a fallu l’intervention de plusieurs spécialistes de la question pour comprendre ce qu’il en retournait vraiment ! Ensuite, ce prêt a été renégocié quatre fois et, chaque fois, Dexia a fait en sorte qu’il soit défavorable à la ville. Pourtant, le métier de cette banque est de conseiller au mieux ses clients...

F24 : Le nom de Rosny-sur-Seine n’apparaît pas dans la liste des villes ayant souscrit à un prêt toxique révélée mercredi dernier par Libération. Dexia, en outre, affirme que le taux de l’emprunt que la ville a souscrit est fixe et très bas...

B.B. : Dexia est à côté de la plaque ! Il n’est pas seulement question ici d’une histoire de taux variables ou de prêts structurés, mais de tout un montage financier que nous dénonçons. Ainsi, par exemple, lorsque le prêt a été renégocié en 2002-2003 pour passer à un taux fixe, c’était exactement la période pendant laquelle mon client aurait été mieux loti en conservant un taux variable.

Quant à Libération, je ne sais pas pourquoi Rosny-sur-Seine n’est pas dans la liste des communes concernées.

F24 : N’est-ce pas un peu opportuniste de déposer plainte au moment où Dexia est au cœur de l’attention médiatique ?

B.B. : Rosny-sur-Seine avait déjà déposé une plainte simple en octobre 2010. Une enquête a été lancée par le procureur. Ses conclusions nous ont convaincus de nous constituer partie civile au pénal.

En outre, la commune négocie, sans succès, depuis plusieurs mois avec Dexia pour pouvoir sortir de ce prêt. Rosny-sur-Seine est même d’accord pour rembourser de manière anticipée l'intégralité du prêt mais Dexia n'accepte de mettre un terme au prêt qu'au prix d'importantes pénalités d'annulation de l'emprunt.

 

 

Première publication : 27/09/2011

  • FRANCE

    Dexia, ennemi public numéro 1 des communes françaises ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)