Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Economie

Après l'euphorie, la prudence gagne de nouveau les marchés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/09/2011

Hier revigorées par l'espoir d'une intervention des dirigeants européens contre la crise de la dette, les principales places financières du Vieux Continent se montraient plus hésitantes ce mercredi.

AFP - Après trois séances de rebond, l'espoir d'une avancée décisive dans la résolution de la crise de la dette en zone euro perdait de la vigueur, les Bourses européennes oscillant jeudi matin entre une légère baisse et un équilibre précaire.

 

Après une ouverture générale en baisse, de 1,09% à Paris, de 0,99% à Londres, de 1,21% à Francfort et de 1,46% à Milan, la tendance était très hésitante, Paris étant brièvement repassée dans le vert peu après et Francfort s'y maintenant difficilement.

La Bourse de Tokyo a terminé pour sa part la séance de mercredi quasiment inchangée, après avoir pourtant progressé en début de journée sous l'influence des places occidentales en forte hausse la veille, les investisseurs ayant agi prudemment à cause de la cherté persistante du yen.

"Les anticipations que le FESF (Fonds de secours européen, ndlr) verrait ses moyens décuplés dans le cadre de nouvelles décisions entre Européens la semaine prochaine (...), nous semblent très optimistes", ont averti les analystes du Crédit Mutuel-CIC.

"Tant qu'elles se maintiendront, les indices devraient rester bien orientés. Gare cependant au risque de déception si les Européens, contraints par leur gouvernance, voire simplement leur volonté, ne sont pas en mesure de répondre à ces attentes", ont-ils ajouté.

Face à la crise de la dette qui secoue la zone euro, plusieurs dirigeants politiques européens tentent de multiplier les signes volontaristes pour rassurer les marchés, alors que le Parlement allemand doit se prononcer jeudi sur le deuxième plan de sauvetage de la Grèce.

Parmi les pistes évoquées figure notamment la possibilité de muscler le FESF, censé aider les pays en difficulté, en augmentant sa force de frappe et ses ressources, jusqu'ici limitées à 440 milliards d'euros.

Selon une source gouvernementale française, des "décisions fortes sur la Grèce et les banques" pourraient être prises après le vote allemand de jeudi.

Mais des voix discordantes se sont déjà élevées. La chancelière allemande, Angela Merkel, a plaidé mardi pour un maintien en l'état du FESF, déjà jugé bien trop généreux par certains élus de son camp.

Mercredi matin, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a affiché son volontarisme devant le Parlement européen.

"La Grèce est et restera dans la zone euro", a-t-il affirmé, cherchant à couper court aux rumeurs récurrentes sur une sortie inévitable du pays. Les pays européens continueront de se montrer solidaires avec Athènes, a-t-il insisté.

 

 

Première publication : 28/09/2011

  • INTERNET

    Ces traders qui tweetent les soubresauts boursiers

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    L'ex-trader d'UBS soupçonné d'une fraude massive maintenu en détention

    En savoir plus

  • BANQUES

    Des investisseurs moyen-orientaux à la rescousse de BNP Paribas ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)