Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

FRANCE

Jean-Pierre Bel, premier socialiste au perchoir du Sénat

Vidéo par Marie NORMAND

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 01/10/2011

Le président du groupe socialiste au Sénat, Jean-Pierre Bel, est devenu samedi le premier président socialiste de la Chambre haute sous la Ve République. Portrait d'un homme discret mais "préparé".

Peu habitué à être sous le feu des projecteurs, Jean-Pierre Bel n'a pas pour autant boudé son plaisir quand ses pairs socialistes l’ont acclamé collectivement mardi pour le désigner unique candidat à la présidence du Sénat. Catherine Tasca, la vice-présidente du PS au Sénat, "dissuadée" de se présenter, le hollandiste Jean-Pierre Bel a donc, sans coup de théâtre, pris la tête de la Chambre haute à l’issue du vote des sénateurs par 179 voix contre 134 voix pour son prédecesseur Gérard Larcher.
 
Ce montagnard ariégeois ne visait pas particulièrement les sommets, mais à force de gravir un à un les échelons du PS, il y est parvenu. Élu samedi, cet homme méconnu du grand public est devenu le numéro deux de l’État français.
 
Si on lui reproche parfois son manque de notoriété, le poste ne lui fait pas peur. Président du groupe socialiste au Sénat depuis 2004, Bel a travaillé et se dit "préparé": "Quand on regarde les dix-sept présidents du Sénat, à peine un ou deux étaient véritablement connus. Je n’ai aucun complexe (…)  Ma légitimité, je la tire depuis sept ans maintenant", confiait-il au micro de Pascale Clark sur France Inter le 26 septembre.
 
Sous l'aile de Lionel Jospin
 
Ni énarque ni Parisien, Bel a fait ses classes politiques dans les montagnes ariégeoises d’où il tient son accent chantant. C’est à Mijanes, village pyrénéen de 91 habitants, où il s’est installé avec sa femme au début des années 1980 pour diriger un centre de vacances, qu’il prend goût à la politique locale. Acquis aux valeurs de la gauche par sa famille résistante et communiste, Bel devient militant trotskiste à la fac de droit de Toulouse pour finalement se laisser tenter par l’aventure socialiste. Il est élu maire de Mijanes en 1983 et prend la même année sa carte au PS.
 
Dès lors, il pratique l’appareil de l’intérieur : il rejoint, en 1986, le Conseil général de l’Ariège présidé à l’époque par son beau-père, Robert Naudy. Mais c’est sous l’aile de Lionel Jospin - maire de Cintegabelle, au pied de l’Ariège -, rencontré la même année, qu’il prend du galon. Jospin le nomme directeur de sa campagne aux régionales de 1992 ; en 1994, il le propulse secrétaire national aux Fédérations (1994-97) puis secrétaire national aux élections (1997-2000). En 2007, il est chargé d’élaborer le projet socialiste de réforme des institutions pendant la campagne présidentielle. Malgré ses responsabilités nationales croissantes, il ne délaisse pas son engagement local et ravit à la droite, en 1998, le canton de Lavelanet puis la municipalité en 2001.
 
Une politique consensuelle
 
Élu sénateur de l’Ariège en 1998, Jean-Pierre Bel prend la tête du groupe socialiste au Sénat en 2004, après le départ en retraite du jospiniste, Claude Estier. Il mène alors une présidence "de consensus", sans éclat ni fracas qui lui permet d’être renouvellé dans ses fonctions en 2008.  
 
"Il a bien conduit le groupe socialiste et n’est pas pour rien dans cette victoire, il a su rassembler, s’imposer et sera un leader incontesté, estime dans un communiqué enthousiaste, Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées. Un avis qu'Yvon Collin, président du groupe RDSE (Rassemblement démocratique et social européen) tempère, "les critiques les plus dures à son égard viennent de son parti".
 
Bel ne fait effectivement pas l’unanimité au sein de sa famille politique, certains lui reprochant son manque de charisme. "La politique de consensus, c’est un joli mot pour parler d’un homme qui manque d’envergure", confie un collaborateur socialiste à FRANCE 24. Un sénateur indiquait, de son côté, lundi à Libération : "Ce n’est pas Alexandre, mais ce n’est pas Pompée, il sait faire le job". Qualifié d’"opportuniste" par Martine Aubry, il joue la carte modeste du provincial :
 
"Je suis un montagnard qui vient de l’Ariège et je n’ai jamais joué des coudes pour être au milieu de la photo. (…) Nous qui venons de départements éloignés, nous sommes souvent regardés de façon un peu curieuse. J’ai toujours connu ça : on a à faire à une sorte de scepticisme mais c’est à nous de montrer que nous avons la capacité et l’autorité", ajoutait-il sur France Inter.
 
Habile politique, Bel a su s’effacer derrière le collectif pour en récolter finalement les faveurs. Samedi, le Sénat l'a propulsé sur le devant de la scène politique.

Première publication : 28/09/2011

  • FRANCE

    La gauche voit dans sa victoire au Sénat un premier pas vers 2012

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Sénat bascule à gauche pour la première fois sous la Ve République

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les déboires de Sarkozy à sept mois de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)