Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Macronomics" : les réformes d'Emmanuel Macron pour la France

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute du prix du pétrole : bonne ou mauvaise nouvelle ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michel Hazanavicius, la vie après "The Artist"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au cœur de la centrale nucléaire de Téhéran

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L'Égypte étudie la possibilité de gracier les journalistes d’Al-Jazira

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Passer en force sur l'immigration aux États-Unis : l'amnésie des républicains

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Diplômés français : "Le rêve d'un job à l'étranger"

En savoir plus

Afrique

Le ministre de l'Information de Moubarak condamné à sept ans de prison

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/09/2011

L'ex-ministre de l'Information égyptien, Anas el-Fekki, a été condamné mercredi par le tribunal du Caire à sept ans de prison ferme. Ancien homme fort de la propagande pro-Moubarak, il a été reconnu coupable d'avoir dilapidé de l'argent public.

AFP - Un tribunal du Caire a condamné mercredi un ministre de l'Information de l'ex-président Hosni Moubarak, Anas el-Fekki, à sept ans de prison pour "dilapidation d'argent public", a rapporté la télévision d'Etat.

M. el-Fekki, avait présenté sa démission du gouvernement le 12 février, au lendemain de la chute de M. Moubarak sous la pression d'une révolte populaire.

L'ancien ministre était particulièrement honni des manifestants anti-régime, qui lui reprochaient notamment d'être un homme-clé de la propagande pro-Moubarak.

La cour a également condamné à cinq ans de prison l'ancien chef de la télévision d'Etat Oussama el-Cheikh, pour une affaire d'achat de séries télévisées à des prix jugés exagérés.

L'annonce de la condamnation de M. el-Cheikh a provoqué des scènes de tumulte, ses partisans jetant des bouteilles et se ruant vers le juge Aboul Achem, qui a dû être évacué de la salle par mesure de sécurité.

Ces deux condamnations entrent dans le cadre d'une longue série de procès et d'enquêtes judiciaires engagée après la chute de M. Moubarak contre de nombreux anciens ministres, responsables politiques et hommes d'affaires proches de son régime.

M. Moubarak lui-même est en cours de jugement depuis le 3 août dernier, ainsi que ses deux fils Alaa et Gamal, devant un tribunal du Caire. L'ancien chef d'Etat est jugé pour des accusations de corruption, et pour sa responsabilité présumée dans des ordres d'ouvrir le feu sur les manifestants hostiles à son régime. Il plaide non-coupable.

Le procès de M. Moubarak a été ajourné au 30 octobre après une comparution samedi à huis-clos du chef de l'armée et désormais premier dirigeant du pays, le maréchal Hussein Tantaoui.

Une procédure est en cours pour examiner une demande des avocats des parties civiles de remplacer le président du tribunal.

Première publication : 28/09/2011

  • ÉGYPTE

    Les premières législatives depuis la chute de Moubarak prévues pour le 28 novembre

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'Égyptien Khaled Saïd n'avait pas ingéré de drogue avant sa mort

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)