Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Six morts dans l'incendie d'un squat de migrants tunisiens et libyens à Pantin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/09/2011

Au moins six personnes ont trouvé la mort dans l'incendie d'un squat de Pantin (Seine-Saint-Denis), où vivait, selon la préfecture, une trentaine de migrants tunisiens et libyens. Le bâtiment devait être démoli.

AFP - Au moins six personnes ont péri mercredi matin dans l'incendie d'un squat occupé par des migrants tunisiens et libyens à Pantin (Seine-Saint-Denis), où s'est rendu le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a annoncé la préfecture à l'AFP.

Quatre victimes sont mortes brûlées et deux sont décédées par asphyxie dans ce squat, qui se trouvait dans un immeuble d'un étage. Le bâtiment abritait des migrants tunisiens et libyens et devait être démoli, selon la préfecture, qui estime qu'environ une trentaine de personnes y vivaient.

Les pompiers cherchent toujours dans les décombres d'autres victimes éventuelles, a précisé la même source.

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, s'est rendu sur les lieux du drame, tout comme le préfet de la Seine-Saint-Denis Christian Lambert, a ajouté la préfecture.

Le squat se situe dans l'impasse Roche à Pantin. Un immeuble mitoyen a été touché par l'incendie.
 

Première publication : 28/09/2011

COMMENTAIRE(S)