Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Economie

Merkel somme les députés de voter le plan de sauvetage à la Grèce

Vidéo par AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/09/2011

Malgré la fronde de plusieurs élus issus de sa coalition, la chancelière allemande invite les députés à approuver, ce jeudi, le second plan d'aide à la Grèce ainsi que le renforcement des pouvoirs du Fonds européen de stabilité financière.

REUTERS  - Angela Merkel s'est employée mercredi à convaincre les députés frondeurs de sa majorité de voter jeudi le deuxième plan de sauvetage de la Grèce pour éviter de devoir s'appuyer sur l'opposition et subir ainsi un camouflet politique.

Le risque d'un défaut de paiement des intérêts de la dette grecque, hypothèse évoquée de plus en plus ouvertement, y compris en Allemagne, est "proche de zéro", a assuré la chancelière allemande, s'adressant aux membres de sa coalition, selon certains membres de son auditoire.

"Nous essayons d'éviter une faillite de la Grèce, mais je ne peux pas l'exclure", a-t-elle toutefois ajouté.

Si elle devait se concrétiser, l'hypothèse ramènerait le plan de sauvetage au rang d'investissement à fonds perdus, ce qui effraie une partie de la majorité gouvernementale allemande, de plus en plus sceptique à l'égard des plans de sauvetage.

"Le gouvernement table secrètement sur une faillite de la Grèce", titre le quotidien Bild, malgré les assurances du gouvernement.

La chancelière elle-même a laissé transparaître ses doutes, en déclarant mardi sur l'antenne d'une chaîne de télévision grecque que les termes du second plan de sauvetage adopté en juillet pourraient être ajustés en fonction des capacités d'Athènes à tenir ses engagements.

Angela Merkel a dit compter sur les conclusions de la troïka pour voir "si nous aurons à renégocier ou non". Des représentants de cette troïka formée par le Fonds monétaire international, l'Union européenne et la Banque centrale européenne sont attendus jeudi à Athènes.

Le gouvernement pas menacé

Le ministre de l'Economie, Philipp Rösler, chef de file d'un Parti libéral (FDP) en chute libre dans les intentions de vote, a déclaré récemment qu'une faillite "bien ordonnée" de la Grèce n'était plus un sujet tabou.

Le Parti social démocrate (SPD) et les Verts voteront jeudi en faveur du second plan d'aide et du renforcement des pouvoirs du Fonds européen de stabilité financière (FESF), ce qui garantit son adoption.

Mais la fronde d'une partie des élus de l'Union chrétienne démocrate (CDU), dont la chancelière est issue, et de plusieurs députés du FDP, la mettrait toutefois dans une situation embarrassante à deux ans des élections législatives.

La coalition au pouvoir dispose de 330 des 620 sièges du Bundestag, ce qui lui laisse une marge de 19 voix. Lors d'un vote interne organisé mardi, 11 députés de la CDU et de la CSU, son aile bavaroise, se sont prononcés contre le projet et deux se sont abstenus. Au FDP, on table sur deux à cinq "non" et jusqu'à six abstentions.

Karl-Georg Wellmann, l'un des frondeurs de la CDU, a accepté de rentrer dans le rang à condition que se tarisse le flot de "ces choses perturbatrices qui viennent de Washington, de Paris, de Francfort ou d'ailleurs" sur les moyens de renforcer les pouvoirs du FESF.

D'autres pourraient encore changer d'avis, mais Angela Merkel semble avoir renoncé à obtenir l'adoption du projet sans l'appoint de l'opposition. La majorité simple suffit, a-t-elle souligné, ajoutant que son gouvernement ne serait pas en péril même s'il n'obtenait pas les 311 voix nécessaires.

Première publication : 29/09/2011

  • DETTE GRECQUE

    La troïka des créanciers retournera à Athènes mercredi ou jeudi

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Grèce et Argentine, des solutions identiques pour une même faillite ?

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Les syndicats grecs appellent à la grève générale les 5 et 19 octobre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)