Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Référendum en Grèce : le saut dans l'inconnu

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Référendum en Grèce : "Respectez le 'non' du peuple grec"

En savoir plus

FOCUS

Exclusif : en Libye, l'éprouvante détention de migrants subsahariens

En savoir plus

FOCUS

Zhongguancun, laboratoire de l'économie chinoise de demain

En savoir plus

TECH 24

Les nouveaux innovateurs

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : les touristes algériens très attendus

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

François Hollande achève sa tournée africaine au Cameroun

En savoir plus

REPORTERS

La Libye en quête d'unité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Grèce en défaut de paiement : dette, déficit, faillite... et "grexit" ?

En savoir plus

Economie

Quand François Hollande "spamme" sur Twitter

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/09/2011

À peine le deuxième débat de la primaire socialiste était-il fini que l'équipe de campagne de François Hollande inondait Twitter d'un même message. Une technique de comm' qui n'est pas sans risques...

C’est le bug numérique du deuxième débat entre les candidats à l’investiture socialiste pour l’élection présidentielle de 2012. Quelques minutes après la fin de l’émission sur iTélé mercredi, @fhollande envahit le fil Twitter d’un grand nombre d’internautes français, à l’insu - ou presque - du plein gré de ceux qui ont re-posté un message écrit par l’équipe de communication du favori actuel du Parti socialiste (PS).

“Au lendemain des primaires, il faudra rassembler les socialistes, rassembler la gauche, et rassembler les Français”, peut-on lire des centaines de fois sur le célèbre réseau de microblogging. Cet art de la répétition à outrance qui confine au spam est le résultat d’une fonction particulière du site toushollande.fr.

"Faux pas"

Il est en effet possible depuis ce site de rejoindre le comité de soutien numérique du candidat Hollande en enregistrant son compte Twitter. Une démarche qui comporte un dommage collatéral de taille : l’équipe de campagne de l’ex-secrétaire du PS reçoit le droit d'utiliser ces comptes Twitter pour poster des messages, comme l’explique Vincent Glad, journaliste à Slate.fr, qui a levé, mercredi soir, ce lièvre 2.0. C’est ce que les “hollandistes” ont fait après le débat, transformant tous ces "e-sympathisants" en robots relayant automatiquement le message de leur candidat.

“C’est clairement un faux pas de François Hollande, juge David Réguer, directeur de l'agence de communication digitale RCA et auteur de “E-reputation, manager sa réputation à l’heure du digital” (éd. Dunod, 2011). Les personnes qui utilisent Twitter ne sont pas comme les spectateurs de TF1, ils vont décrypter très vite ce genre de manipulation et y réagir”, assure ce spécialiste qui souligne que sur les réseaux sociaux, il faut avant tout savoir se montrer authentique et humain.

Hollande, UMP, même combat ?

Seul avantage de cette opération matraquage : “Tout le monde est au courant que François Hollande essaie d’utiliser Internet pour faire passer son message, c’est déjà ça”, reconnaît David Réguer.

Mais, dans cette affaire, le candidat a surtout brouillé son image politique. “François Hollande essaie de se présenter comme l’anti-Sarkozy aussi bien dans le message que dans la construction de son personnage politique, et là il utilise les mêmes techniques que les jeunes UMP”, rappelle David Réguer.

Les Jeunes Populaires utilisent depuis cette été une technique similaire, comme l’a révélé en août le site de l’hebdomadaire français Le Nouvel Observateur. De leur côté, les gourous du Web du parti présidentiel ont mis au point l'outil Twitpop qui “peut utiliser le compte Twitter de ceux qui s’y inscrivent pour tweeter des messages mis au pot commun par les 'twitpopeurs'", explique Le Nouvel Observateur.

Première publication : 29/09/2011

  • PRIMAIRE SOCIALISTE

    Les six candidats affichent leurs divergences lors du deuxième débat

    En savoir plus

  • PRIMAIRE SOCIALISTE

    Six candidats à l’investiture socialiste pour la présidentielle de 2012

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)