Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

Asie - pacifique

La justice hong-kongaise accorde le statut de résident permanent aux domestiques étrangères

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2011

La justice de Hong Kong a donné raison aux milliers d'employées de maison philippines et indonésiennes à qui les autorités du pays avaient refusé un permis de séjour permanent.

AFP - La Haute Cour de Hong Kong a jugé vendredi "inconstitutionnelle" une loi interdisant aux milliers d'employées de maison philippines ou indonésiennes d'obtenir un permis de séjour permanent, dans une affaire qui a déchaîné les passions.

Dans son jugement, la Haute Cour estime que cette loi viole la Loi fondamentale de Hong Kong, qui fait office de constitution.

"Ma conclusion est que si l'on s'appuie sur l'interprétation de la loi, la disposition sous revue n'est pas cohérente" avec la Loi fondamentale, écrit le juge Johnson Lam dans son jugement publié vendredi.

Evangeline Banao Vallejos, qui travaille comme "helper" (femme de ménage) dans des familles à Hong Kong depuis 1986, a entamé en 2010 une action judiciaire, pour obtenir un statut de résident permanent. Ce statut permet de voter et d'avoir un meilleur accès à plusieurs services publics de Hong Kong.

Selon la Loi fondamentale, tout étranger ayant "résidé de manière ordinaire" pendant sept années consécutives à Hong Kong peut obtenir le statut de résident permanent.

Mais les lois sur l'immigration excluent de cet article les 292.000 aides domestiques étrangères, arguant qu'elles ne peuvent pas être reconnues comme "résidents ordinaires", une disposition contestée par les avocats de Mme Banao Vallejos.

Mark Daly, un des avocats, a qualifié ce jugement de "victoire pour l'esprit de la loi".

Cette affaire a suscité de vifs débats à Hong Kong. Les défenseurs des droits des employées de maison estiment que rien ne justifie une différence de traitement entre ces personnes et les étrangers venant travailler comme professeur ou banquier.

Les opposants affirment eux que la victoire de Mme Vallejos va inciter des dizaines de milliers d'employées venues des pays pauvres d'Asie du sud-est (Philippines et Indonésie notamment) à réclamer le permis de résident permanent.

Elles pourraient alors faire venir leur famille, mettant à rude épreuve les services publics de ce territoire de sept millions d'habitants et gonfler le taux de chômage, craint un parti politique proche du gouvernement.

Les avocats représentant le gouvernement de Hong Kong avaient indiqué qu'ils feraient appel en cas de victoire d'Evangeline Banao Vallejos.
 

Première publication : 30/09/2011

COMMENTAIRE(S)