Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Le procès de Ioulia Timochenko ajourné au 11 octobre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2011

Le procès de l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko a été ajourné au 11 octobre. Incarcérée depuis le 5 août pour abus de pouvoir, l'ex-Premier ministre devrait être fixée sur son sort peu après la reprise des débats.

AFP - Le tribunal de Kiev a mis vendredi en délibéré au 11 octobre le jugement du procès pour abus de pouvoir de l'opposante et ancien Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko, contre laquelle ont été requis sept ans de prison malgré les avertissements de l'UE.

"Le tribunal va délibérer jusqu'au 11 octobre", a déclaré le juge Rodion Kireev. Il énoncera ensuite le jugement.

Au moment où il prononçait ces mots, des partisans de Mme Timochenko dans la salle d'audience ont scandé "Honte! Honte!". Et Mme Timochenko a crié "Gloire à l'Ukraine!".

L'égérie de la Révolution orange pro-occidentale de 2004 avait demandé auparavant au juge de lui accorder une demi-journée pour préparer les derniers mots qu'elle devait prononcer devant le tribunal, mais celui-ci a refusé.

A l'issue du procès entamé le 24 juin, le parquet a requis sept ans de prison contre Mme Timochenko, incarcérée depuis le 5 août. La défense a plaidé la relaxe, dénonçant un procès "politique" en l'absence de tout délit.

L'ex-Premier ministre est jugée pour avoir signé en 2009, sans l'autorisation du gouvernement qu'elle dirigeait, des accords gaziers avec la Russie considérés comme défavorables à son pays.

Au cours de sa dernière intervention à l'audience de vendredi, Mme Timochenko s'en est prise vivement au président Viktor Ianoukovitch, qu'elle accuse de vouloir l'écarter de la scène politique.

"Le jugement montrera si Ianoukovitch veut vraiment l'intégration européenne de l'Ukraine", a déclaré Mme Timochenko.

"Dans l'hypothèse d'une condamnation prononcée en dépit de l'absurdité évidente de cette affaire, ce sera la preuve à cent pour cent que Ianoukovitch ne veut sciemment pas voir l'Ukraine dans la famille européenne", a-t-elle estimé.

"Ce qui se passe ici est un parfait exemple de la dictature en Ukraine", a poursuivi Mme Timochenko, accusant les procureurs d'être des "bourreaux" ayant eu ordre de "lyncher et torturer une opposante politique".

Ces déclarations sont intervenues alors que le président Ianoukovitch participait en Pologne à un sommet sur le Partenariat oriental de l'Union européenne.

L'UE a souligné qu'il s'agissait d'une "affaire grave" qui pourrait avoir des conséquences sur des négociations commerciales en cours avec Kiev.

"Nous avons exprimé notre préoccupation au sujet du sort réservé à l'ancien Premier ministre Ioulia Timochenko et nous avons rejeté toute éventuelle utilisation sélective du code pénal à l'encontre des membres de l'ancienne administration" ukrainienne, a déclaré le président de l'UE, Herman Van Rompuy, devant des journalistes à Varsovie.

L'UE a accentué ces derniers jours la pression sur Kiev pour demander la remise en liberté de Mme Timochenko et lié la conclusion d'un accord d'association avec l'Ukraine à une issue du procès respectueuse des principes démocratiques.

Première publication : 30/09/2011

  • UKRAINE

    Atmosphère tendue à Kiev pour le vingtième anniversaire de l'indépendance

    En savoir plus

  • UKRAINE

    L'Union européenne s'inquiète de l'état de santé de Ioulia Timochenko

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Les partisans de Ioulia Timochenko maintiennent leur sit-in à Kiev

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)