Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

EUROPE

Sarkozy évoque une "obligation économique" à aider la Grèce

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/10/2011

Au sortir d'un entretien à l'Élysée avec le Premier ministre grec Georges Papandréou, le président français a martelé son intention de soutenir la Grèce coûte que coûte. Il estime que "l'échec de la Grèce serait l'échec de toute l'Europe".

AFP - Nicolas Sarkozy a affirmé vendredi qu'il y avait "une obligation morale" et "économique" à aider la Grèce car "son échec serait celui de toute l'Europe", en s'exprimant devant la presse après une rencontre avec le Premier ministre grec Georges Papandréou.

"Il y a une obligation morale de solidarité et il y a une obligation économique de solidarité" envers la Grèce, dont l'échec serait celui de "toute l'Europe", a déclaré le président.

"Nicolas Sarkozy va rencontrer Angela Merkel dans quelques jours"

Le chef de l'Etat a également assuré qu'il se rendrait "dans les prochains jours en Allemagne" pour "accélérer" le plan de secours de la monnaie unique.

"Il ne peut y avoir entre l'Allemagne et la France qu'une parfaite identité de vue pour résister à la spéculation, pour résister à l'emballement des marchés et pour protéger l'Europe", a dit M. Sarkozy.

Avec la chancelière allemande Angela Merkel, "nous discuterons des voies et des moyens pour accélérer l'intégration économique de la zone euro et pour mettre en place le plus rapidement possible les mesures qui ont été décidées le 21 juillet dernier".

Le président Sarkozy s'est également "réjoui du succès remporté par la chancelière lors du vote" jeudi au Bundestag, approuvant le plan d'aide à la Grèce.

Peu auparavant, le Premier ministre grec avait répété que son pays était "déterminé à faire les changements nécessaires" pour sortir de la crise, ajoutant qu'il était prêt à accueillir des experts pour le vérifier "en toute transparence".

"Je lui ai demandé (ndlr à M. Papandréou) qu'il mette en vigueur les efforts de réforme et d'économie" auxquels la Grèce s'est engagée, a affirmé M. Sarkozy. "Je sais que le peuple grec a beaucoup souffert ces derniers mois et ces dernières semaines. Mais pendant trop d'années, les réformes ont été différées et des mauvaises habitudes contractées", a-t-il ajouté.

M. Papandréou "m'a assuré de la détermination totale du gouvernement grec de mettre en oeuvre scrupuleusement la totalité des engagements" de son pays. "Il a même indiqué le souci de transparence des autorités grecques, celles-ci étant prêtes à accueillir les collaborateurs européens et d'autres pays de l'Europe pour vérifier pas à pas que les engagements demandés par l'Europe à la Grèce sont scrupuleusement tenus", a-t-il également affirmé.

"Nous avons une obligation morale à l'endroit des pays membres de la zone euro et membres de l'Union européenne", a-t-il insisté.

Selon M. Sarkozy, "l'Europe, c'est une civilisation, c'est une famille et c'est une solidarité. Lorsqu'un membre de la famille éprouve des difficultés, les autres membres de la famille doivent se mobiliser pour l'aider".

"L'échec de la Grèce serait l'échec de toute l'Europe, il n'y a pas d'autre alternative crédible", a-t-il martelé.

Première publication : 30/09/2011

  • DETTE GRECQUE

    Nicolas Sarkozy reçoit Georges Papandréou pour s'entretenir de la dette

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Reprise des entretiens entre la "troïka" et les autorités grecques

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Grèce et Argentine, des solutions identiques pour une même faillite ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)