Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

EUROPE

Sarkozy évoque une "obligation économique" à aider la Grèce

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/10/2011

Au sortir d'un entretien à l'Élysée avec le Premier ministre grec Georges Papandréou, le président français a martelé son intention de soutenir la Grèce coûte que coûte. Il estime que "l'échec de la Grèce serait l'échec de toute l'Europe".

AFP - Nicolas Sarkozy a affirmé vendredi qu'il y avait "une obligation morale" et "économique" à aider la Grèce car "son échec serait celui de toute l'Europe", en s'exprimant devant la presse après une rencontre avec le Premier ministre grec Georges Papandréou.

"Il y a une obligation morale de solidarité et il y a une obligation économique de solidarité" envers la Grèce, dont l'échec serait celui de "toute l'Europe", a déclaré le président.

"Nicolas Sarkozy va rencontrer Angela Merkel dans quelques jours"

Le chef de l'Etat a également assuré qu'il se rendrait "dans les prochains jours en Allemagne" pour "accélérer" le plan de secours de la monnaie unique.

"Il ne peut y avoir entre l'Allemagne et la France qu'une parfaite identité de vue pour résister à la spéculation, pour résister à l'emballement des marchés et pour protéger l'Europe", a dit M. Sarkozy.

Avec la chancelière allemande Angela Merkel, "nous discuterons des voies et des moyens pour accélérer l'intégration économique de la zone euro et pour mettre en place le plus rapidement possible les mesures qui ont été décidées le 21 juillet dernier".

Le président Sarkozy s'est également "réjoui du succès remporté par la chancelière lors du vote" jeudi au Bundestag, approuvant le plan d'aide à la Grèce.

Peu auparavant, le Premier ministre grec avait répété que son pays était "déterminé à faire les changements nécessaires" pour sortir de la crise, ajoutant qu'il était prêt à accueillir des experts pour le vérifier "en toute transparence".

"Je lui ai demandé (ndlr à M. Papandréou) qu'il mette en vigueur les efforts de réforme et d'économie" auxquels la Grèce s'est engagée, a affirmé M. Sarkozy. "Je sais que le peuple grec a beaucoup souffert ces derniers mois et ces dernières semaines. Mais pendant trop d'années, les réformes ont été différées et des mauvaises habitudes contractées", a-t-il ajouté.

M. Papandréou "m'a assuré de la détermination totale du gouvernement grec de mettre en oeuvre scrupuleusement la totalité des engagements" de son pays. "Il a même indiqué le souci de transparence des autorités grecques, celles-ci étant prêtes à accueillir les collaborateurs européens et d'autres pays de l'Europe pour vérifier pas à pas que les engagements demandés par l'Europe à la Grèce sont scrupuleusement tenus", a-t-il également affirmé.

"Nous avons une obligation morale à l'endroit des pays membres de la zone euro et membres de l'Union européenne", a-t-il insisté.

Selon M. Sarkozy, "l'Europe, c'est une civilisation, c'est une famille et c'est une solidarité. Lorsqu'un membre de la famille éprouve des difficultés, les autres membres de la famille doivent se mobiliser pour l'aider".

"L'échec de la Grèce serait l'échec de toute l'Europe, il n'y a pas d'autre alternative crédible", a-t-il martelé.

Première publication : 30/09/2011

  • DETTE GRECQUE

    Nicolas Sarkozy reçoit Georges Papandréou pour s'entretenir de la dette

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Reprise des entretiens entre la "troïka" et les autorités grecques

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Grèce et Argentine, des solutions identiques pour une même faillite ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)