Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

FRANCE

Le Sénat s'apprête à élire son premier président socialiste

Vidéo par Marie NORMAND

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/10/2011

Le premier président socialiste du Sénat depuis le début de la Ve République devrait être élu ce samedi, après la défaite historique de la droite à la deuxième chambre du Parlement dimanche. Jean-Pierre Bel est le candidat unique de la gauche.

AFP - Sauf énorme surprise, c'est Jean-Pierre Bel, un élu ariégeois de 59 ans, jusque là inconnu du grand public, qui devrait être élu samedi par ses pairs, premier président socialiste de l'histoire du Sénat.

Président du groupe socialiste du Sénat depuis 2004, il a fait irruption sur le devant de la scène avec le basculement inédit à gauche de la deuxième chambre du Parlement lors du renouvellement sénatorial de dimanche dernier.

Il affrontera comme candidat unique de la nouvelle majorité PS, communistes, PRG, Verts, le président sortant UMP Gérard Larcher et l'ancienne secrétaire d'Etat de François Fillon, Valérie Létard, concourant sous la bannière centriste.

La division de la droite devrait favoriser l'élection du socialiste dès le premier tour. Le nouveau sénateur Europe Ecologie-Les Verts, Jean-Vincent Placé a laissé planer la menace d'une candidature mais pour mieux négocier des postes de responsabilité pour son parti.

Les opérations de vote débuteront à 15h30 après un discours du doyen de la nouvelle assemblée, le président du parti communiste réunionnais Paul Vergès. Chaque sénateur, appelé nominativement, déposera son bulletin dans l'urne. Il faut la majorité absolue des suffrages exprimés aux premier et deuxième tours pour être élu puis relative si un troisième tour est nécessaire.

Le sixième président du Sénat depuis le début de la Ve République prononcera ensuite une allocution avant la passation de pouvoir qui se fera dans la foulée, au Petit Luxembourg, siège de la présidence qui jouxte le Palais du Luxembourg.

Jean-Pierre Bel a promis un "Sénat plus moderne, plus modeste, plus transparent" face à une droite encore sonnée mais qui va s'attacher à amoindrir les effets de cette défaite à sept mois de la présidentielle.

Le sénateur de l'Ariège va dès lundi s'atteler à organiser la nouvelle gouvernance de la Haute assemblée. Une tâche pas forcément aisée vu à l'étroitesse de sa majorité qui compte 177 élus, soit deux de plus que la majorité absolue. Aucun groupe politique ne la détient à lui seul.

Première publication : 01/10/2011

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Jean-Pierre Bel, premier socialiste au perchoir du Sénat

    En savoir plus

  • FRANCE

    La gauche voit dans sa victoire au Sénat un premier pas vers 2012

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Sénat bascule à gauche pour la première fois sous la Ve République

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)