Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Des milliers de Portugais manifestent contre les mesures d'austérité

Vidéo par Valériane GAUTHIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/10/2011

À Lisbonne et Porto, les deux plus grandes villes du Portugal, des milliers de manifestants ont défilé pour protester contre les mesures d'austérité du gouvernement. Il s'agit du premier grand rassemblement organisé depuis la rentrée.

AFP - Des milliers de personnes ont défilé samedi après-midi à Lisbonne et Porto pour protester contre les mesures d'austérité du gouvernement, confronté à la première grande manifestation nationale depuis qu'il a pris ses fonctions en juin.

D'après les organisateurs, ils étaient quelque 130.000 fonctionnaires et salariés du privé à Lisbonne et plus de 50.000 à Porto à avoir répondu à l'appel de la CGTP, la principale confédération syndicale qui avait convoqué cette journée d'action.

La police portugaise a pour règle de ne pas communiquer ses estimations mais, d'après les médias locaux, ces chiffres étaient surestimés.

"Il est temps de changer de cap", a lancé Manuel Carvalho da Silva le secrétaire général de la CGTP lors d'un discours prononcé à la fin du défilé à Lisbonne.

"La démocratie est aujourd'hui fortement affectée (...). Il faut un projet politique alternatif", a-t-il affirmé.

M. Carvalho da Silva a par ailleurs annoncé une "semaine d'action" pour poursuivre la lutte contre "l'appauvrissement et les injustices", conformément aux mots d'ordre des manifestations de samedi, avec plusieurs grèves du 20 au 27 octobre prochain.

Troisième pays après la Grèce et l'Irlande à bénéficier d'une assistance financière, le Portugal s'est engagé auprès de l'Union européenne (UE) et du Fonds monétaire international (FMI) sur un rigoureux programme d'austérité afin de réduire son déficit, assainir les finances publiques et relancer l'économie.

Pour y parvenir le gouvernement de droite de Pedro Passos Coelho, issu des élections de juin dernier, a mis en oeuvre une série de mesures: une taxe extraordinaire sur les revenus, diverses hausses d'impôts, une baisse des prestations sociales, des privatisations ou encore le maintien du gel des salaires et des embauches des fonctionnaires.

Si la politique du gouvernement de droite, au pouvoir depuis juin, était la première visée par les slogans des manifestants, les créanciers du Portugal de l'UE et du FMI étaient également fortement critiqués.

"Assez de Troïka" et "Non à l'ingérence du FMI", proclamait une banderole en lettres rouges portée par les manifestants à Lisbonne arborant des autocollants portant l'inscription: "Nous disons non à ce programme d'agression".

"Le programme du gouvernement est une attaque frontale contre les droits des salariés", a expliqué à l'AFP Rafael Louro, un fonctionnaire du ministère des Finances un mégaphone à la main, rappelant notamment le projet de ramener les indemnités de licenciement de 30 à 20 jours de salaire par année travaillée.

"Je lutte non seulement pour mes droits mais également pour les droits de mes enfants et de mes petits-enfants", a confié un peu plus loin une retraitée qui s'est rendue à Lisbonne dans l'un des nombreux bus affrétés par les organisateurs pour acheminer les manifestants des différentes régions du pays.

La manifestation de la CGTP intervient au lendemain de la publication de mauvaises nouvelles macroéconomiques faisant état d'un déficit au premier semestre plus important qu'escompté (à 8,3% du PIB) et loin encore de l'objectif du gouvernement de le ramener à 5,9% à la fin de l'année, en raison notamment de la découverte de dettes non déclarées de l'archipel de Madère.

Ce dérapage met à mal les efforts du Portugal pour assainir ses finances et risque de durcir davantage le programme d'austérité du gouvernement.

"Cette situation devra nécessairement être corrigée par des mesures permanentes et structurelles en 2012", qui seront dévoilées dans le projet de budget de l'année prochaine, avait indiqué vendredi soir le ministre des Finances Victor Gaspar.

 

Première publication : 01/10/2011

  • ZONE EURO

    Le FMI accorde un prêt de 26 milliards d'euros au Portugal

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Les ministres des Finances donnent le feu vert au plan de sauvetage du Portugal

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le Portugal recevra une aide de 78 milliards d'euros sur trois ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)