Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Moyen-orient

Hamid Karzaï va revoir sa stratégie de négociation avec les Taliban

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/10/2011

Le président afghan annoncera prochainement une nouvelle stratégie de paix et de réconciliation avec les Taliban. Les discussions sont au point mort depuis l'assassinat de l'ancien chef d'État Burhanuddin Rabbani le 20 septembre.

AFP - Le président afghan Hamid Karzaï va réviser sa stratégie dans ses tentatives de négociations avec les talibans, suspendues pour l'heure en raison de l'assassinat récent d'un ancien chef de l'Etat chargé de nouer des contacts avec les insurgés après dix ans de guerre.

M. Karzaï, encouragé par la communauté internationale, tente depuis plusieurs années de persuader les talibans de négocier, leur offrant même des responsabilités gouvernementales s'ils déposent les armes. Mais les leaders des rebelles islamistes, dont la guérilla gagne du terrain depuis 2007, n'ont jamais répondu favorablement à ce jour en dehors de quelques contacts préliminaires.

"Toutes les discussions de paix avec les talibans sont suspendues, le président va réviser la stratégie de paix et de réconciliation", a déclaré dimanche à l'AFP Siamak Herawi, porte-parole de la présidence.

Le chef de l'Etat annoncera sa nouvelle stratégie dans un discours télévisé à la nation "très prochainement", a-t-il ajouté.

Cette décision a été prise après l'assassinat, le 20 septembre, de l'ancien chef de l'Etat Burhanuddin Rabbani, président du Haut conseil pour la paix chargé par M. Karzaï de nouer des contacts avec les insurgés. Il a été tué par l'explosion de la bombe cachée dans le turban d'un homme qui se présentait comme un négociateur du conseil suprême des talibans du mollah Omar.

Les talibans, toujours prompts à revendiquer les attaques audacieuses qui se multiplient dans Kaboul, n'ont pas souhaité commenter celle-là pour l'heure.

"Le mollah Omar n'a pas d'adresse... Leur émissaire de paix était finalement un tueur, alors avec qui devrions nous parler ?", s'était déjà interrogé vendredi M. Karzaï lors d'une réunion avec des dignitaires religieux à Kaboul.

"La Nation afghane me demande avec quelle autre partie je négocie ? Je leur réponds: le Pakistan", avait-il alors déclaré.

L'Afghanistan accuse régulièrement son grand voisin d'abriter le Conseil suprême des talibans, ce que les Afghans et les médias internationaux appellent la "Choura de Quetta" (le Conseil de Quetta). Quetta est la grande ville du sud-ouest pakistanais dans les environs de laquelle se cacherait le mollah Omar et ses principaux lieutenants depuis la fin 2001, quand les talibans ont été chassés du pouvoir par une coalition militaire emmenée par les Etats-Unis après les attentats du 11-Septembre.

Par ailleurs, les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, frontalières, bastion des talibans pakistanais et principal sanctuaire dans le monde d'Al-Qaïda, sont devenues la base arrière du réseau Haqqani, le groupe de talibans afghans le plus redouté de Kaboul et des soldats américains.

Et, ces derniers temps, Washington reproche ouvertement à Islamabad, son allié-clé depuis fin 2001 dans sa "guerre contre le terrorisme", de ne pas en faire assez pour déloger les Haqqani des zones tribales. Certains hauts responsables américains accusent même les services de renseignements pakistanais de les soutenir.

"La seule solution, ce que tout le monde réclame aussi, c'est que des pourparlers se tiennent avec les Pakistanais, car tous les sanctuaires et les refuges de l'opposition sont situés dans ce pays", avait commenté M. Karzaï devant les dignitaires religieux.

Dans cinq jours, le 7 octobre marquera le dixième anniversaire de l'invasion de l'Afghanistan par la coalition militaire emmenée par Washington alors que les perspectives de paix s'éloignent selon les experts quasi-unanimes. Alors que les Etats-Unis et l'Otan ont entamé le processus de retrait de leurs troupes combattantes, les talibans ont intensifié leur insurrection et étendu leurs actions de guérilla à la quasi-totalité du pays ces dernières années, jusqu'au coeur de Kaboul, une capitale pourtant truffée de barrages et de forces de sécurité.

Première publication : 02/10/2011

  • AFGHANISTAN

    Aux funérailles de Rabbani, Karzaï s'engage à poursuivre les efforts de paix

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'ancien président Rabbani tué dans un attentat

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Afghanistan, Iran et Pakistan s'engagent à lutter ensemble contre le terrorisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)