Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'assassin de l'ex-président Rabbani était un Pakistanais

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/10/2011

L'ancien président afghan Burhanuddin Rabbani a été tué le 20 septembre à Kaboul par un kamikaze pakistanais, a annoncé la présidence. Rabbani avait été chargé par le gouvernement de négocier la paix avec les Taliban.

AFP - Le kamikaze qui a tué l'ex-président et négociateur de paix afghan Burhanuddin Rabbani était un Pakistanais, a annoncé dimanche la présidence afghane en citant un rapport d'enquête.

Le 20 septembre, un homme qui s'était présenté comme un émissaire porteur d'un message des talibans pour négocier avait fait exploser la bombe qu'il cachait dans son turban au moment où il donnait l'accolade à M. Rabbani dans la maison de ce dernier dans la capitale afghane. Kaboul avait immédiatement publiquement soupçonné les services du renseignement pakistanais d'être derrière les talibans qu'ils accusaient d'avoir perpétré l'attentat.

Selon le rapport d'une commission d'enquêteurs, "des documents et des preuves saisies, mais aussi les aveux d'un complice arrêté (sur les lieux au moment de l'attentat) montrent que l'assassinat de M. Rabbani a été planifié à Quetta (sud-ouest du Pakistan) et que l'assassin était un citoyen du Pakistan", précise la présidence dans un communiqué.

Selon ce texte, le kamikaze vivait dans la ville pakistanaise de Chaman, à la frontière entre les deux pays.

Ces affirmations n'impliquent pas nécessairement que Kaboul considère que des institutions pakistanaises soient à l'origine de l'attentat, le Conseil suprême des talibans afghans étant réputé se cacher dans les environs de la grande ville de Quetta et les talibans pakistanais étant très proches de leurs homologues afghans.

Dimanche, le porte-parole du président afghan Hamid Karzaï a annoncé que le chef de l'Etat avait suspendu les efforts de négociations en cours avec les talibans depuis l'assassinat de M. Rabbani et qu'il envisageait désormais de se tourner vers le Pakistan pour tenter de percer dans ces pourparlers de paix.

"Ces preuves et documents saisis, ainsi que des éléments d'identification, les adresses et les numéros de téléphones de suspects impliqués dans l'attentat ont été remis au gouvernement du Pakistan afin qu'il les fasse arrêter et les remette" aux autorités afghanes.

Les talibans, toujours prompts à revendiquer les attaques audacieuses qui se multiplient dans Kaboul, n'ont pas souhaité commenter celle qui a tué M. Rabbani.

L'Afghanistan accuse régulièrement son grand voisin d'abriter le Conseil suprême des talibans, ce que les Afghans et les médias internationaux appellent la "Choura de Quetta". Quetta est la grande ville du sud-ouest pakistanais dans les environs de laquelle se cacherait le mollah Omar et ses principaux lieutenants depuis la fin 2001, quand les talibans ont été chassés du pouvoir par une coalition militaire emmenée par les Etats-Unis après les attentats du 11-Septembre.

Par ailleurs, les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, le long d'une frontière extrêmement montagneuse et donc poreuse, bastion des talibans pakistanais et principal sanctuaire dans le monde d'Al-Qaïda, sont devenues la base arrière du réseau Haqqani, le groupe de talibans afghans le plus redouté de Kaboul et des soldats américains.

 

Première publication : 02/10/2011

  • AFGHANISTAN

    L'ancien président Rabbani tué dans un attentat

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les forces afghanes mettent fin aux attaques des Taliban à Kaboul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)