Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'assassin de l'ex-président Rabbani était un Pakistanais

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/10/2011

L'ancien président afghan Burhanuddin Rabbani a été tué le 20 septembre à Kaboul par un kamikaze pakistanais, a annoncé la présidence. Rabbani avait été chargé par le gouvernement de négocier la paix avec les Taliban.

AFP - Le kamikaze qui a tué l'ex-président et négociateur de paix afghan Burhanuddin Rabbani était un Pakistanais, a annoncé dimanche la présidence afghane en citant un rapport d'enquête.

Le 20 septembre, un homme qui s'était présenté comme un émissaire porteur d'un message des talibans pour négocier avait fait exploser la bombe qu'il cachait dans son turban au moment où il donnait l'accolade à M. Rabbani dans la maison de ce dernier dans la capitale afghane. Kaboul avait immédiatement publiquement soupçonné les services du renseignement pakistanais d'être derrière les talibans qu'ils accusaient d'avoir perpétré l'attentat.

Selon le rapport d'une commission d'enquêteurs, "des documents et des preuves saisies, mais aussi les aveux d'un complice arrêté (sur les lieux au moment de l'attentat) montrent que l'assassinat de M. Rabbani a été planifié à Quetta (sud-ouest du Pakistan) et que l'assassin était un citoyen du Pakistan", précise la présidence dans un communiqué.

Selon ce texte, le kamikaze vivait dans la ville pakistanaise de Chaman, à la frontière entre les deux pays.

Ces affirmations n'impliquent pas nécessairement que Kaboul considère que des institutions pakistanaises soient à l'origine de l'attentat, le Conseil suprême des talibans afghans étant réputé se cacher dans les environs de la grande ville de Quetta et les talibans pakistanais étant très proches de leurs homologues afghans.

Dimanche, le porte-parole du président afghan Hamid Karzaï a annoncé que le chef de l'Etat avait suspendu les efforts de négociations en cours avec les talibans depuis l'assassinat de M. Rabbani et qu'il envisageait désormais de se tourner vers le Pakistan pour tenter de percer dans ces pourparlers de paix.

"Ces preuves et documents saisis, ainsi que des éléments d'identification, les adresses et les numéros de téléphones de suspects impliqués dans l'attentat ont été remis au gouvernement du Pakistan afin qu'il les fasse arrêter et les remette" aux autorités afghanes.

Les talibans, toujours prompts à revendiquer les attaques audacieuses qui se multiplient dans Kaboul, n'ont pas souhaité commenter celle qui a tué M. Rabbani.

L'Afghanistan accuse régulièrement son grand voisin d'abriter le Conseil suprême des talibans, ce que les Afghans et les médias internationaux appellent la "Choura de Quetta". Quetta est la grande ville du sud-ouest pakistanais dans les environs de laquelle se cacherait le mollah Omar et ses principaux lieutenants depuis la fin 2001, quand les talibans ont été chassés du pouvoir par une coalition militaire emmenée par les Etats-Unis après les attentats du 11-Septembre.

Par ailleurs, les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, le long d'une frontière extrêmement montagneuse et donc poreuse, bastion des talibans pakistanais et principal sanctuaire dans le monde d'Al-Qaïda, sont devenues la base arrière du réseau Haqqani, le groupe de talibans afghans le plus redouté de Kaboul et des soldats américains.

 

Première publication : 02/10/2011

  • AFGHANISTAN

    L'ancien président Rabbani tué dans un attentat

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les forces afghanes mettent fin aux attaques des Taliban à Kaboul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)