Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

Le nord-est du Kenya, un eldorado touristique devenu cible des ravisseurs ?

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/10/2011

En un mois, trois Européens ont été enlevés, dont la Française Marie Dedieu (photo) dans l'archipel de Lamu, au nord-est du Kenya. La menace qui pèse sur cette zone touristique, très prisée des Occidentaux, pourrait coûter cher à l'économie du pays.

L'enlèvement de Marie Dedieu, une Française invalide de 66 ans, a eu lieu sur l'archipel de Lamu, situé sur la côte est kenyane, à environ 350 km au nord de Mombasa. Cette zone, qui attire un tourisme très haut de gamme depuis plusieurs décennies, pourrait perdre de son aura. Au grand dam des touristes et au détriment de l'économie locale...

L’archipel de Lamu, région très touristique

"Marie Dedieu vit dans cette région depuis plus de quinze ans", commente Stéphanie Braquehais, correspondante de FRANCE 24. Comme nombre d’étrangers, cette Française avait choisi de s’installer dans l’archipel. Elle réside à Shela, situé au sud de l’île de Lamu, un des sites de peuplement swahilis d’Afrique orientale les mieux préservés

L'archipel composé de deux îles, Lamu et Manda, est aujourd’hui une région touristique très réputée. S’il s’est développé dans les années 1970 avec l'arrivée des hippies, il prend son essor dans les années 1980 avec une clientèle très huppée, à l’image de la princesse Caroline de Monaco. Quand la vieille ville de Lamu est classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 2001, de nombreux étrangers décident de s’y établir  en réhabilitant des maisons -à Shela ou Lamu-, ou en bâtissant des maisons -à Manda. On recense un nombre important de Français mais aussi des Espagnols, des Italiens, des Anglais et des Américains.

L’archipel de Lamu, cible des ravisseurs ?

Les autorités kenyanes tentent de déterminer si les ravisseurs de Marie Dedieu sont des pirates somaliens, des Shebab -insurgés islamistes qui contrôlent la partie centrale et sud de la Somalie- ou encore un groupe crapuleux. Selon la police locale, l'otage français serait déjà "en Somalie". 

Elle n'est pas la seule victime de rapt dans cette région. Début septembre, un couple de Britanniques, Judith et David Tebbutt, ont également été kidnappés alors qu’ils étaient en vacances à Kiwayu, à proximité de l'île de Lamu. La femme de 56 ans est actuellement détenue par des pirates, selon l'AFP, tandis que son mari, 58 ans, a été abattu par le gang.

Pourquoi cette région attire-t-elle tant les ravisseurs ? Avant tout, en raison de sa frontière poreuse avec le sud de la Somalie. L'instabilité politique et l'abondance d'armes dans le sud de la Somalie provoque une insécurité dans le nord-est du Kenya. La ville de Kismayo, port stratégique proche de la frontière kenyane, est considérée comme le fief des Shebab, qui participent régulièrement depuis environ deux ans à des actes de piraterie maritime au large des côtes somaliennes.

Quel impact pour le tourisme ?

L'économie du Kenya repose à 90 % sur le tourisme. L'enlèvement pourrait s'avérer désastreux pour la région : Dès l'annonce du kidnapping, les touristes ont déserté les hôtels de Lamu. 
Une très mauvaise nouvelle pour la région puisque le pays connaît depuis le début de l’année un rebond de la fréquentation touristique après les violences post-électorales de 2008. Depuis janvier 2011, le pays avait enregistré une hausse de 30 % de ses recettes touristiques (par rapport à 2010), qui ont atteint 300 millions d'euros. Pour l’heure, seul l’archipel de Lamu devrait être affecté. Le Quai d’Orsay indique qu'il "est formellement déconseillé de séjourner dans l’archipel de Lamu et dans sa région" mais précise "qu’à l'exception de Lamu, aucun lieu touristique au Kenya n'est affecté".

Première publication : 03/10/2011

  • KENYA

    La DGSE tente d'établir le contact avec les ravisseurs de la Française

    En savoir plus

  • KENYA

    Nairobi envoie des émissaires en Somalie pour négocier la libération de l'otage français

    En savoir plus

  • KENYA

    Les Shebab soupçonnés d'être derrière l'attaque de deux touristes britanniques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)