Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quelle marge de manœuvre pour Tsipras ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tsipras, l'heure de vérité"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les travaux d'Hercule"

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

Economie

Le mouvement Occupy Wall Street commence à être pris au sérieux

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/12/2011

Lors d’une marche sur le Brooklyn Bridge, plusieurs centaines de manifestants du mouvement anti-capitaliste Occupy Wall Street ont été arrêtés samedi. Un incident qui a popularisé cette initiative active à l'origine sur l’Internet.

Il aura fallu l’interpellation, samedi, de centaines de manifestants par la police de New York sur le Brooklyn Bridge pour que le mouvement Occupy Wall Street commence à faire les gros titres des médias à travers le monde. Ces militants ont tous été relâchés depuis, mais l’attitude des forces de l’ordre à l’égard d’une initiative anti-capitaliste qui semblait anecdotique jusqu’à présent a marqué les esprits.

Pourtant, depuis trois semaines déjà, ces campeurs de Wall Street qui demandent des comptes à la

Les liens internet pour suivre la contestation

Le site officiel pour la campagne Occupy Wall Street.

Le compte Twitter officiel du mouvement

Le portail qui recense toutes les initiatives locales aux États-Unis en rapport avec le mouvement Occupy Wall Street.

L'entrée Wikipedia correspondant à Occupy Wall Street.

L'appel original à occuper Wall Street du mouvement anti-consumériste Adbusters.

“planète finance” ont planté leurs tentes en plein cœur du quartier des affaires de New York. Ils se sont installés à deux pas de la Bourse et occupent les lieux 24 heures sur 24.

Très actifs sur les réseaux sociaux, ils déclarent être les représentants des “99 %” en opposition au “1 % des Américains du nord” les plus riches. À l'instar du collectif d’hacktivistes Anonymous - qui soutient  par ailleurs “Occupy Wall Street” - ces militants ne se reconnaissent aucun leader et tiennent à une organisation aussi décentralisée que possible.

Conséquence : ce mouvement n’a ni unité ni mot d’ordre. Ces indignés du capitalisme sont aussi bien issus de la gauche revendicatrice qui demande une meilleure redistribution des richesses que des libertaires à l’américaine qui revendiquent l’abolition de la Réserve fédérale et ne veulent pas que l’État intervienne de quelque manière que ce soit dans leur vie.

Né de l’appel lancé en juillet à “occuper Wall Street” par le collectif anti-consumériste canadien Adbusters, le mouvement a débuté le 17 septembre avec un millier de manifestants pour atteindre plusieurs milliers de personnes lors de la marche sur le Brooklyn Bridge, le 1er octobre.

Surtout, cette contestation new-yorkaise a créé des émules à travers les États-Unis avec une dizaine de villes, telles que San Francisco ou Chicago pour l’instant. Selon le site OccupyTogether, qui recense toutes les initiatives locales inspirées par le mouvement d'origine, des activistes dans une cinquantaine d’autres localités américaines se préparent à occuper des lieux symboliques de la finance.

Les différents mouvements américain d'occupation des lieux symboliques de la finance

View Les "indignés" aux États-Unis in a larger map

Première publication : 03/10/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Des centaines de manifestants anti-Wall Street arrêtés à New York

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L’électorat afro-américain s’impatiente à l'égard de Barack Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama veut réduire le déficit américain de 3000 milliards de dollars

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)