Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Simple appareil"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le gazoduc "Force de Sibérie" : l'appel de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

SUR LE NET

Les hommages à Michael Brown se multiplient sur Internet

En savoir plus

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • Le siège du parti de l'ex-président Gbagbo mis à sac

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

asie

Le réseau taliban Haqqani affirme ne pas avoir tué l'ex-président Rabbani

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/10/2011

Dans une interview à la BBC, le chef opérationnel du réseau Haqqani, le groupe le plus actif des Taliban afghans, assure que son réseau n'est pas responsable de l'assassinat de Burhanuddin Rabbani, tué le 20 septembre à Kaboul dans un attentat.

AFP - Le réseau de talibans afghans Haqqani a assuré lundi à la BBC qu'il n'avait rien à voir avec l'assassinat de l'ex-président et négociateur de paix Burhanuddin Rabbani, tué le 20 septembre dans un attentat suicide à Kaboul, .

M. Rabbani, chargé en tant que président du Haut conseil pour la paix par le président Hamid Karzaï de tenter de nouer des contacts avec les insurgés islamistes en vue d'entamer des négociations de paix avait été tué par la bombe dissimulée dans le turban d'un homme qui se présentait comme un émissaire du commandement des talibans venu apporter un message important.

L'assassinat de Rabbani met en évidence le changement de stratégie des Talibans

Le Conseil suprême des talibans dirigé par le mollah Omar a refusé jusqu'alors de commenter l'assassinat.

"Nous n'avons pas tué Burhanuddin Rabbani et cela a été dit à maintes reprises par les porte-parole de l'Emirat Islamique" d'Afghanistan, a déclaré dans une interview Sirajuddin Haqqani, le chef opérationnel du réseau Haqqani, le groupe le plus actif des talibans afghans et véritable bête noire des soldats américains et de Kaboul.

La BBC a fait parvenir ses questions à l'écrit à Sirajuddin Haqqani, lequel a répondu par un message audio enregistré, selon le site internet de la BBC.

En se référant à l'Emirat islamique d'Afghanistan, le nom que se donne le Conseil suprême des talibans, Sirajuddin Haqqani confirme que son réseau est bien une composante de la nébuleuse des talibans et semble assurer que ces insurgés ne sont pas responsables de l'assassinat.

Mais le porte-parole officiel du commandement taliban, toujours prompt à revendiquer les attaques audacieuses perpétrées de plus en plus fréquemment à Kaboul, a toujours refusé de commenter celle-là.

Sirajuddin Haqqani a également confirmé sa "loyauté" au mollah Omar et à l'Emirat islamique d'Afghanistan. "Il est notre leader et nous lui obéissons totalement", a-t-il martelé selon la BBC.

Personne n'a ouvertement accusé les Haqqani d'avoir tué M. Rabbani, mais le ministre afghan de l'Intérieur avait dénoncé publiquement les services secrets du Pakistan voisin, l'ISI, d'avoir organisé l'attentat. Or Kaboul, mais aussi certains hauts responsables de Washington, accusent l'ISI d'utiliser les Haqqani, dont les bases arrières sont installées dans les zones tribales pakistanaises frontalières, dans des attaques en Afghanistan.

Selon la BBC, Sirajuddin Haqqani a "assuré que son réseau n'avait aucun lien avec l'ISI".

Sirajuddin a été nommé il y a plusieurs années chef opérationnel du réseau par son père Jalaluddin Haqqani, fondateur et leader spirituel du groupe dont l'âge ne lui permettait plus d'assurer cette charge. Jalaluddin est un héros de la résistance aux forces soviétiques dans les années 1980, quand son combat, comme nombre d'autres chefs moudjahidines, était financé et armé par la CIA par l'intermédiaire de l'ISI.

Les Haqqani "avaient des contacts avec le renseignement pakistanais et celui d'autres pays" pendant l'occupation soviétique, "mais après l'invasion (fin 2001) par les Américains, il n'y a jamais eu de contact avec aucun service de renseignement d'aucun pays qui ait pu nous être utile", a déclaré Sirajuddin à la BBC.

 

Première publication : 03/10/2011

  • AFGHANISTAN

    L'assassin de l'ex-président Rabbani était un Pakistanais

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Aux funérailles de Rabbani, Karzaï s'engage à poursuivre les efforts de paix

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'ancien président Rabbani tué dans un attentat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)