Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

asie

Le réseau taliban Haqqani affirme ne pas avoir tué l'ex-président Rabbani

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/10/2011

Dans une interview à la BBC, le chef opérationnel du réseau Haqqani, le groupe le plus actif des Taliban afghans, assure que son réseau n'est pas responsable de l'assassinat de Burhanuddin Rabbani, tué le 20 septembre à Kaboul dans un attentat.

AFP - Le réseau de talibans afghans Haqqani a assuré lundi à la BBC qu'il n'avait rien à voir avec l'assassinat de l'ex-président et négociateur de paix Burhanuddin Rabbani, tué le 20 septembre dans un attentat suicide à Kaboul, .

M. Rabbani, chargé en tant que président du Haut conseil pour la paix par le président Hamid Karzaï de tenter de nouer des contacts avec les insurgés islamistes en vue d'entamer des négociations de paix avait été tué par la bombe dissimulée dans le turban d'un homme qui se présentait comme un émissaire du commandement des talibans venu apporter un message important.

L'assassinat de Rabbani met en évidence le changement de stratégie des Talibans

Le Conseil suprême des talibans dirigé par le mollah Omar a refusé jusqu'alors de commenter l'assassinat.

"Nous n'avons pas tué Burhanuddin Rabbani et cela a été dit à maintes reprises par les porte-parole de l'Emirat Islamique" d'Afghanistan, a déclaré dans une interview Sirajuddin Haqqani, le chef opérationnel du réseau Haqqani, le groupe le plus actif des talibans afghans et véritable bête noire des soldats américains et de Kaboul.

La BBC a fait parvenir ses questions à l'écrit à Sirajuddin Haqqani, lequel a répondu par un message audio enregistré, selon le site internet de la BBC.

En se référant à l'Emirat islamique d'Afghanistan, le nom que se donne le Conseil suprême des talibans, Sirajuddin Haqqani confirme que son réseau est bien une composante de la nébuleuse des talibans et semble assurer que ces insurgés ne sont pas responsables de l'assassinat.

Mais le porte-parole officiel du commandement taliban, toujours prompt à revendiquer les attaques audacieuses perpétrées de plus en plus fréquemment à Kaboul, a toujours refusé de commenter celle-là.

Sirajuddin Haqqani a également confirmé sa "loyauté" au mollah Omar et à l'Emirat islamique d'Afghanistan. "Il est notre leader et nous lui obéissons totalement", a-t-il martelé selon la BBC.

Personne n'a ouvertement accusé les Haqqani d'avoir tué M. Rabbani, mais le ministre afghan de l'Intérieur avait dénoncé publiquement les services secrets du Pakistan voisin, l'ISI, d'avoir organisé l'attentat. Or Kaboul, mais aussi certains hauts responsables de Washington, accusent l'ISI d'utiliser les Haqqani, dont les bases arrières sont installées dans les zones tribales pakistanaises frontalières, dans des attaques en Afghanistan.

Selon la BBC, Sirajuddin Haqqani a "assuré que son réseau n'avait aucun lien avec l'ISI".

Sirajuddin a été nommé il y a plusieurs années chef opérationnel du réseau par son père Jalaluddin Haqqani, fondateur et leader spirituel du groupe dont l'âge ne lui permettait plus d'assurer cette charge. Jalaluddin est un héros de la résistance aux forces soviétiques dans les années 1980, quand son combat, comme nombre d'autres chefs moudjahidines, était financé et armé par la CIA par l'intermédiaire de l'ISI.

Les Haqqani "avaient des contacts avec le renseignement pakistanais et celui d'autres pays" pendant l'occupation soviétique, "mais après l'invasion (fin 2001) par les Américains, il n'y a jamais eu de contact avec aucun service de renseignement d'aucun pays qui ait pu nous être utile", a déclaré Sirajuddin à la BBC.

 

Première publication : 03/10/2011

  • AFGHANISTAN

    L'assassin de l'ex-président Rabbani était un Pakistanais

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Aux funérailles de Rabbani, Karzaï s'engage à poursuivre les efforts de paix

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'ancien président Rabbani tué dans un attentat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)