Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

asie

Le réseau taliban Haqqani affirme ne pas avoir tué l'ex-président Rabbani

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/10/2011

Dans une interview à la BBC, le chef opérationnel du réseau Haqqani, le groupe le plus actif des Taliban afghans, assure que son réseau n'est pas responsable de l'assassinat de Burhanuddin Rabbani, tué le 20 septembre à Kaboul dans un attentat.

AFP - Le réseau de talibans afghans Haqqani a assuré lundi à la BBC qu'il n'avait rien à voir avec l'assassinat de l'ex-président et négociateur de paix Burhanuddin Rabbani, tué le 20 septembre dans un attentat suicide à Kaboul, .

M. Rabbani, chargé en tant que président du Haut conseil pour la paix par le président Hamid Karzaï de tenter de nouer des contacts avec les insurgés islamistes en vue d'entamer des négociations de paix avait été tué par la bombe dissimulée dans le turban d'un homme qui se présentait comme un émissaire du commandement des talibans venu apporter un message important.

L'assassinat de Rabbani met en évidence le changement de stratégie des Talibans

Le Conseil suprême des talibans dirigé par le mollah Omar a refusé jusqu'alors de commenter l'assassinat.

"Nous n'avons pas tué Burhanuddin Rabbani et cela a été dit à maintes reprises par les porte-parole de l'Emirat Islamique" d'Afghanistan, a déclaré dans une interview Sirajuddin Haqqani, le chef opérationnel du réseau Haqqani, le groupe le plus actif des talibans afghans et véritable bête noire des soldats américains et de Kaboul.

La BBC a fait parvenir ses questions à l'écrit à Sirajuddin Haqqani, lequel a répondu par un message audio enregistré, selon le site internet de la BBC.

En se référant à l'Emirat islamique d'Afghanistan, le nom que se donne le Conseil suprême des talibans, Sirajuddin Haqqani confirme que son réseau est bien une composante de la nébuleuse des talibans et semble assurer que ces insurgés ne sont pas responsables de l'assassinat.

Mais le porte-parole officiel du commandement taliban, toujours prompt à revendiquer les attaques audacieuses perpétrées de plus en plus fréquemment à Kaboul, a toujours refusé de commenter celle-là.

Sirajuddin Haqqani a également confirmé sa "loyauté" au mollah Omar et à l'Emirat islamique d'Afghanistan. "Il est notre leader et nous lui obéissons totalement", a-t-il martelé selon la BBC.

Personne n'a ouvertement accusé les Haqqani d'avoir tué M. Rabbani, mais le ministre afghan de l'Intérieur avait dénoncé publiquement les services secrets du Pakistan voisin, l'ISI, d'avoir organisé l'attentat. Or Kaboul, mais aussi certains hauts responsables de Washington, accusent l'ISI d'utiliser les Haqqani, dont les bases arrières sont installées dans les zones tribales pakistanaises frontalières, dans des attaques en Afghanistan.

Selon la BBC, Sirajuddin Haqqani a "assuré que son réseau n'avait aucun lien avec l'ISI".

Sirajuddin a été nommé il y a plusieurs années chef opérationnel du réseau par son père Jalaluddin Haqqani, fondateur et leader spirituel du groupe dont l'âge ne lui permettait plus d'assurer cette charge. Jalaluddin est un héros de la résistance aux forces soviétiques dans les années 1980, quand son combat, comme nombre d'autres chefs moudjahidines, était financé et armé par la CIA par l'intermédiaire de l'ISI.

Les Haqqani "avaient des contacts avec le renseignement pakistanais et celui d'autres pays" pendant l'occupation soviétique, "mais après l'invasion (fin 2001) par les Américains, il n'y a jamais eu de contact avec aucun service de renseignement d'aucun pays qui ait pu nous être utile", a déclaré Sirajuddin à la BBC.

 

Première publication : 03/10/2011

  • AFGHANISTAN

    L'assassin de l'ex-président Rabbani était un Pakistanais

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Aux funérailles de Rabbani, Karzaï s'engage à poursuivre les efforts de paix

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'ancien président Rabbani tué dans un attentat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)