Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

FRANCE

Claude Guéant va suspendre le commissaire Michel Neyret

©

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 04/10/2011

Le numéro deux de la police judiciaire de Lyon, Michel Neyret, mis en examen et placé en détention provisoire, va être suspendu de la police à compter de ce jour, a annoncé sur France 2 le ministre de l'Intérieur.

AFP - Le N.2 de la PJ de Lyon Michel Neyret, qui a passé sa première nuit en prison après sa mise en examen notamment pour corruption et trafic de stupéfiants, va être suspendu "dès aujourd'hui", a annoncé mardi sur France 2 le ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

Michel Neyret "est mis en examen et nous en tirons les conséquences: Je vais le suspendre dès aujourd'hui", a déclaré le ministre, qui n'a pas exclu des mesures similaires à l'encontre des cinq autres policiers toujours en garde à vue.
              
M. Neyret a notamment été mis en examen pour corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs, trafic de stupéfiants, détournement de biens et violation de secret professionnel et placé en détention provisoire, ont annoncé ses avocats, au terme de quatre jours de garde à vue à Paris. Il a été écroué à la Santé à Paris.
              
Parmi les policiers entendus par l'Inspection générale des Services (IGS) susceptibles d'être à leur tour présentés mardi au juge, figurent deux autres commissaires, le patron de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Lyon et le chef de l'antenne grenobloise de la PJ.
              
Pour M. Guéant, cette mise en examen "est une affaire rarissime à ce niveau de responsabilité et de grade. C'est un véritable traumatisme pour la police nationale".
              
"M. Neyret était considéré comme un très grand flic, très efficace. La police nationale souffre, mais cela étant, elle est extrêmement exigeante en matière de déontologie, et toutes les fautes sont sanctionnées avec rigueur parce qu'elle a une mission, c'est de faire appliquer la loi", a-t-il déclaré.
              
Lundi soir, après la décision d'un juge de placer en détention Michel Neyret, l'avocat de celui qui était jusqu'alors considéré comme un "grand flic" a rendu hommage à "un grand serviteur de la République", "un homme de terrain".
              
Il "ne peut pas nier en bloc"
              
M. Neyret "n'a pas voulu déshonorer la police", a-t-il ajouté. Me Gabriel Versini-Bullara va faire appel du placement sous écrou de son client.
              
Lors de sa garde à vue de quatre jours, Michel Neyret a concédé des "imprudences" et reconnu avoir accepté des cadeaux, notamment des séjours payés à Marrakech et sur la Côte d'Azur. Deux hommes considérés comme proche du banditisme lyonnais ont été mis en examen, notamment pour corruption.
              
Mais Me Versini-Bullara a assuré que son client avait "la volonté réelle de démontrer qu'il n'est pas cet homme corrompu que d'aucuns ont voulu dépeindre, que certains délinquants de haut rang ont voulu stigmatiser".
              
Sur la base d'écoutes, les enquêteurs soupçonnent M. Neyret d'avoir détourné du cannabis avant son placement sous scellés ou sa destruction afin de rémunérer des informateurs ou pour le revendre, selon une source judiciaire.
              
M. Neyret "ne peut pas nier tout en bloc. Certaines choses sont inéluctables, il les reconnaît", notamment à propos du "traitement des sources, la capacité de financer le traitement de certains informateurs", a encore dit son défenseur, assurant que son client "n'était pas allé jusqu'à la connivence".
              
Pour son autre avocate Me Aurélie Sauvayre, sa mise en cause dans ce dossier "pose la question du traitement des informateurs".
              
"Les règles qui existent suffisent, cela étant, cette triste affaire est l'occasion d'un rappel à l'ensemble des services de la rigueur de la déontologie policière", a répondu Claude Guéant.
              
"Les policiers par leur métier fréquentent les truands, ils les observent avant de les arrêter, ils peuvent avoir des contacts. (Mais) il y a une ligne jaune qu'il ne faut jamais franchir, c'est celle de la compromission et il ne faut jamais faire quoi que ce soit d'illégal", selon le ministre.

Première publication : 04/10/2011

  • FRANCE

    Le commissaire Michel Neyret mis en examen et écroué

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un "super-flic" de Lyon soupçonné de corruption et de trafic de drogues

    En savoir plus

  • FRANCE

    Soupçonné de corruption, le commissaire Neyret concède des "imprudences"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)