Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Claude Guéant va suspendre le commissaire Michel Neyret

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 04/10/2011

Le numéro deux de la police judiciaire de Lyon, Michel Neyret, mis en examen et placé en détention provisoire, va être suspendu de la police à compter de ce jour, a annoncé sur France 2 le ministre de l'Intérieur.

AFP - Le N.2 de la PJ de Lyon Michel Neyret, qui a passé sa première nuit en prison après sa mise en examen notamment pour corruption et trafic de stupéfiants, va être suspendu "dès aujourd'hui", a annoncé mardi sur France 2 le ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

Michel Neyret "est mis en examen et nous en tirons les conséquences: Je vais le suspendre dès aujourd'hui", a déclaré le ministre, qui n'a pas exclu des mesures similaires à l'encontre des cinq autres policiers toujours en garde à vue.
              
M. Neyret a notamment été mis en examen pour corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs, trafic de stupéfiants, détournement de biens et violation de secret professionnel et placé en détention provisoire, ont annoncé ses avocats, au terme de quatre jours de garde à vue à Paris. Il a été écroué à la Santé à Paris.
              
Parmi les policiers entendus par l'Inspection générale des Services (IGS) susceptibles d'être à leur tour présentés mardi au juge, figurent deux autres commissaires, le patron de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Lyon et le chef de l'antenne grenobloise de la PJ.
              
Pour M. Guéant, cette mise en examen "est une affaire rarissime à ce niveau de responsabilité et de grade. C'est un véritable traumatisme pour la police nationale".
              
"M. Neyret était considéré comme un très grand flic, très efficace. La police nationale souffre, mais cela étant, elle est extrêmement exigeante en matière de déontologie, et toutes les fautes sont sanctionnées avec rigueur parce qu'elle a une mission, c'est de faire appliquer la loi", a-t-il déclaré.
              
Lundi soir, après la décision d'un juge de placer en détention Michel Neyret, l'avocat de celui qui était jusqu'alors considéré comme un "grand flic" a rendu hommage à "un grand serviteur de la République", "un homme de terrain".
              
Il "ne peut pas nier en bloc"
              
M. Neyret "n'a pas voulu déshonorer la police", a-t-il ajouté. Me Gabriel Versini-Bullara va faire appel du placement sous écrou de son client.
              
Lors de sa garde à vue de quatre jours, Michel Neyret a concédé des "imprudences" et reconnu avoir accepté des cadeaux, notamment des séjours payés à Marrakech et sur la Côte d'Azur. Deux hommes considérés comme proche du banditisme lyonnais ont été mis en examen, notamment pour corruption.
              
Mais Me Versini-Bullara a assuré que son client avait "la volonté réelle de démontrer qu'il n'est pas cet homme corrompu que d'aucuns ont voulu dépeindre, que certains délinquants de haut rang ont voulu stigmatiser".
              
Sur la base d'écoutes, les enquêteurs soupçonnent M. Neyret d'avoir détourné du cannabis avant son placement sous scellés ou sa destruction afin de rémunérer des informateurs ou pour le revendre, selon une source judiciaire.
              
M. Neyret "ne peut pas nier tout en bloc. Certaines choses sont inéluctables, il les reconnaît", notamment à propos du "traitement des sources, la capacité de financer le traitement de certains informateurs", a encore dit son défenseur, assurant que son client "n'était pas allé jusqu'à la connivence".
              
Pour son autre avocate Me Aurélie Sauvayre, sa mise en cause dans ce dossier "pose la question du traitement des informateurs".
              
"Les règles qui existent suffisent, cela étant, cette triste affaire est l'occasion d'un rappel à l'ensemble des services de la rigueur de la déontologie policière", a répondu Claude Guéant.
              
"Les policiers par leur métier fréquentent les truands, ils les observent avant de les arrêter, ils peuvent avoir des contacts. (Mais) il y a une ligne jaune qu'il ne faut jamais franchir, c'est celle de la compromission et il ne faut jamais faire quoi que ce soit d'illégal", selon le ministre.

Première publication : 04/10/2011

  • FRANCE

    Le commissaire Michel Neyret mis en examen et écroué

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un "super-flic" de Lyon soupçonné de corruption et de trafic de drogues

    En savoir plus

  • FRANCE

    Soupçonné de corruption, le commissaire Neyret concède des "imprudences"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)