Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

  • En direct : "Renforcer la France, c'est renforcer son économie", lance Valls

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

FRANCE

Claude Guéant va suspendre le commissaire Michel Neyret

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 04/10/2011

Le numéro deux de la police judiciaire de Lyon, Michel Neyret, mis en examen et placé en détention provisoire, va être suspendu de la police à compter de ce jour, a annoncé sur France 2 le ministre de l'Intérieur.

AFP - Le N.2 de la PJ de Lyon Michel Neyret, qui a passé sa première nuit en prison après sa mise en examen notamment pour corruption et trafic de stupéfiants, va être suspendu "dès aujourd'hui", a annoncé mardi sur France 2 le ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

Michel Neyret "est mis en examen et nous en tirons les conséquences: Je vais le suspendre dès aujourd'hui", a déclaré le ministre, qui n'a pas exclu des mesures similaires à l'encontre des cinq autres policiers toujours en garde à vue.
              
M. Neyret a notamment été mis en examen pour corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs, trafic de stupéfiants, détournement de biens et violation de secret professionnel et placé en détention provisoire, ont annoncé ses avocats, au terme de quatre jours de garde à vue à Paris. Il a été écroué à la Santé à Paris.
              
Parmi les policiers entendus par l'Inspection générale des Services (IGS) susceptibles d'être à leur tour présentés mardi au juge, figurent deux autres commissaires, le patron de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Lyon et le chef de l'antenne grenobloise de la PJ.
              
Pour M. Guéant, cette mise en examen "est une affaire rarissime à ce niveau de responsabilité et de grade. C'est un véritable traumatisme pour la police nationale".
              
"M. Neyret était considéré comme un très grand flic, très efficace. La police nationale souffre, mais cela étant, elle est extrêmement exigeante en matière de déontologie, et toutes les fautes sont sanctionnées avec rigueur parce qu'elle a une mission, c'est de faire appliquer la loi", a-t-il déclaré.
              
Lundi soir, après la décision d'un juge de placer en détention Michel Neyret, l'avocat de celui qui était jusqu'alors considéré comme un "grand flic" a rendu hommage à "un grand serviteur de la République", "un homme de terrain".
              
Il "ne peut pas nier en bloc"
              
M. Neyret "n'a pas voulu déshonorer la police", a-t-il ajouté. Me Gabriel Versini-Bullara va faire appel du placement sous écrou de son client.
              
Lors de sa garde à vue de quatre jours, Michel Neyret a concédé des "imprudences" et reconnu avoir accepté des cadeaux, notamment des séjours payés à Marrakech et sur la Côte d'Azur. Deux hommes considérés comme proche du banditisme lyonnais ont été mis en examen, notamment pour corruption.
              
Mais Me Versini-Bullara a assuré que son client avait "la volonté réelle de démontrer qu'il n'est pas cet homme corrompu que d'aucuns ont voulu dépeindre, que certains délinquants de haut rang ont voulu stigmatiser".
              
Sur la base d'écoutes, les enquêteurs soupçonnent M. Neyret d'avoir détourné du cannabis avant son placement sous scellés ou sa destruction afin de rémunérer des informateurs ou pour le revendre, selon une source judiciaire.
              
M. Neyret "ne peut pas nier tout en bloc. Certaines choses sont inéluctables, il les reconnaît", notamment à propos du "traitement des sources, la capacité de financer le traitement de certains informateurs", a encore dit son défenseur, assurant que son client "n'était pas allé jusqu'à la connivence".
              
Pour son autre avocate Me Aurélie Sauvayre, sa mise en cause dans ce dossier "pose la question du traitement des informateurs".
              
"Les règles qui existent suffisent, cela étant, cette triste affaire est l'occasion d'un rappel à l'ensemble des services de la rigueur de la déontologie policière", a répondu Claude Guéant.
              
"Les policiers par leur métier fréquentent les truands, ils les observent avant de les arrêter, ils peuvent avoir des contacts. (Mais) il y a une ligne jaune qu'il ne faut jamais franchir, c'est celle de la compromission et il ne faut jamais faire quoi que ce soit d'illégal", selon le ministre.

Première publication : 04/10/2011

  • FRANCE

    Le commissaire Michel Neyret mis en examen et écroué

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un "super-flic" de Lyon soupçonné de corruption et de trafic de drogues

    En savoir plus

  • FRANCE

    Soupçonné de corruption, le commissaire Neyret concède des "imprudences"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)