Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Tunisie : Le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

EUROPE

Des fonctionnaires protestent à Athènes contre les mesures d'austérité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/10/2011

À la veille d'une nouvelle grève générale de 24 heures à l'appel des syndicats du public et du privé, des fonctionnaires bloquent, ce mardi à Athènes, les entrées de plusieurs ministères pour protester contre les mesures d'austérité.

REUTERS - Des fonctionnaires grecs ont bloqué mardi les entrées de plusieurs ministères pour protester contre les mesures d'austérité qui, disent-ils, étouffent l'économie du pays.

Le gouvernement, qui enchaîne actuellement les discussions avec ses bailleurs de fonds, a annoncé dimanche un nouveau tour de vis budgétaire et validé la création d'une "réserve de travail" où 30.000 fonctionnaires seront placés pendant un an avec une allocation avant d'être licenciés.

Il a cependant affirmé mardi qu'il n'était pas nécessaire d'annoncer des mesures supplémentaires, tandis que des inspecteurs de la "troïka" (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne) suggèrent de baisser le salaire minimum.

A la veille d'une nouvelle grève générale de 24 heures à l'appel des syndicats du public et du privé, les manifestants ont barré les accès aux ministères des Finances, de l'Agriculture, du Travail, de la Culture et du Développement, a dit un responsable de la police.

Ils avaient fait de même en fin de semaine dernière, à l'arrivée des inspecteurs de la "troïka".

"Il y a un grand trouble et une colère très profonde dans la société", a déclaré Ilias Iliopoulos, secrétaire général du syndicat du secteur public Adedy, venu prendre part au rassemblement devant le ministère des Finances.

"Les manifestations d'aujourd'hui sont principalement liées à la réserve de travail et aux mises à pied. Mais il y a aussi le nouveau budget qui prévoit de nouvelles mesures contre le peuple", a-t-il ajouté.

Salaire minimum

Les ministres des Finances de la zone euro ont annoncé lundi qu'Athènes pouvait attendre jusqu'à la mi-novembre pour toucher la prochaine tranche de son plan d'aide (huit milliards d'euros).

Ce délai devrait être mis à profit par la "troïka" pour accentuer encore la pression sur la Grèce afin qu'elle règle ses problèmes d'endettement.

Lors d'un entretien avec le ministre du Travail, George Koutroumanis, des inspecteurs de la "troïka" ont évoqué la possibilité de baisser le salaire minimum, actuellement de 740 euros par mois, pour améliorer la compétitivité des entreprises.

Cette proposition n'a fait qu'accroître la colère des syndicats. "Ils agissent comme des croisés de l'obsession néolibérale", a dit Yannis Panagopoulos, président du syndicat du secteur privé GSEE à la radio Net.

"Ils auront du travail bon marché mais avec ça (...) le pays plongera dans une récession plus profonde encore", a dénoncé le dirigeant syndical.

Le ministre des Finances, Evangelos Venizelos, a estimé lors d'une conférence de presse que le pays n'avait pas besoin de nouvelles mesures pour atteindre ses objectifs budgétaires.

Il a promis que la Grèce rattraperait en 2012 le retard pris cette année dans la réduction du déficit. Ce retard s'explique par la récession, plus marquée que prévue en 2011, a dit Evangelos Venizelos.

Le gouvernement socialiste prévoit dans son budget 2012 une quatrième année consécutive de récession l'an prochain, avec une contraction de 2,5% du produit intérieur brut.

La crainte d'un défaut de la Grèce a fait à nouveau chuter la Bourse d'Athènes mardi à un plus bas de 18 mois. Le ministre des Finances a assuré qu'il n'avait pas été question d'un défaut dans ses rencontres avec les bailleurs de fonds.

 

Première publication : 04/10/2011

  • ZONE EURO

    L'Eurogroupe reporte le sauvetage de la Grèce

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Athènes n'atteindra pas ses objectifs de déficit public en 2011 et 2012

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    Grèce et Argentine, des solutions identiques pour une même faillite ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)