Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

FRANCE

Trois permis de recherche de gaz de schiste en passe d'être abrogés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/10/2011

Le gouvernement a décidé d'abroger les trois seuls permis pour la recherche dans le domaine du gaz de schiste dans le sud de la France par crainte de voir Total et Schuepbach utiliser la technique interdite de la fracturation hydraulique.

AFP - Le gouvernement a décidé lundi d'abroger les trois permis de recherche de gaz de schiste accordés à Total et à l'Américain Schuepbach dans le sud de la France, une victoire pour les opposants mobilisés depuis des mois contre la technique contestée de la fracturation hydraulique.
              
"Dans les deux rapports Schuepbach, était explicitement mentionné le projet d'utiliser la fracturation hydraulique" pourtant interdite depuis juillet, a dit à l'AFP la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet.
              
Dans le rapport de Total, "ce n'était pas le cas" mais "j'ai fait valoir l'argument que ce rapport n'était pas crédible", a-t-elle ajouté.
              
Le géant pétrolier français s'est dit "très surpris" par l'abrogation dont il a été informé "par voie de presse". Il a demandé des explications "pour comprendre sur quelles bases légales" a eu lieu l'annulation de son permis dit de Montélimar, grand de plus de 4.000 km2.
              
Dans son rapport remis aux ministères concernés le 12 septembre, Total s'est engagé "sans aucune ambiguité" à n'utiliser aucune technique interdite, rappelle le pétrolier.
              
Le chef de file des anti-schiste José Bové a lui fait part de sa "satisfaction", tout en demandant plus de garanties en ce qui concerne d'autres permis.
              
Pour les 61 autres permis d'exploration toujours en vigueur, dont 12 concernent des hydrocarbures non conventionnels, toutes les compagnies "ont pris l'engagement formel de ne pas recourir à la fracturation hydraulique", a dit le ministère.
              
Des "inspections" seront menées pour s'assurer du non-recours à cette technique, selon le gouvernement.
              
Après le vote d'une loi en juin interdisant la technique controversée de la fracturation hydraulique, la seule permettant aujourd'hui d'exploiter les hydrocarbures de schiste, les industriels avaient deux mois pour déclarer la technique qu'ils comptaient utiliser.
              
Les trois permis en passe d'être annulés couvrent une surface de 9.672 km2 répartis sur sept départements dans le sud de la France.

Sarkozy dans le Gard mardi
              
En dépit des assurances de Total, la ministre a insisté sur le manque de "crédibilité" du projet.
              
"Total déclare vouloir maintenant chercher des hydrocarbures classiques, donc non gaz de schiste, dans une zone où le potentiel est très limité et alors même que Total se désintéresse de la recherche du conventionnel sur le territoire terrestre français depuis des années", a dit Nathalie Kosciusko-Morizet.
              
"Et Total annonce aussi vouloir continuer à rechercher du gaz de schiste avec des techniques qui ne sont pas la fracturation hydraulique, or on sait aujourd'hui que ces techniques ne sont pas opérationnelles", a-t-elle ajouté.
              
Le Parlement avait voté une loi cet été sous la pression d'élus locaux et à la suite de plusieurs manifestations dans le sud de la France pour dénoncer la fracturation hydraulique, technique notamment accusée de polluer les nappes phréatiques.
              
Cette dernière consiste à "fracturer" la roche en grande profondeur (1.000 à 3.000 mètres) avec un mélange d'eau, de sédiments et de produits chimiques projeté à haute pression, afin de libérer les hydrocarbures.
              
L'annonce a été faite alors que le président Nicolas Sarkozy se rend dans le Gard mardi, dans l'un des départements concernés par ces permis exclusifs de recherche de gaz de schiste.
              
Jeudi, l'Assemblée nationale doit également discuter d'un texte déposé par le PS et les Verts visant à interdire l'exploitation des gaz et huiles de schiste "quelle que soit la technique".

 

Première publication : 04/10/2011

  • FRANCE

    Gaz de schiste : l’industrie gazière contre-attaque

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les opposants au gaz de schiste font reculer le gouvernement

    En savoir plus

  • FRANCE

    Gaz de schiste : l'Assemblée vote contre l'exploitation par fracturation hydraulique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)