Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

Asie - pacifique

Imbroglio autour de la visite annulée du dalaï-lama en Afrique du Sud

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/10/2011

Faute de visa, le chef spirituel des Tibétains ne pourra assister, jeudi, au 80e anniversaire de Desmond Tutu. L'archevêque accuse Pretoria d'avoir cédé aux pressions de la Chine. L'Afrique du Sud assure pourtant qu'elle était prête à l'accueillir.

Retrouvez la revue de presse internationale d'Hélène Frade : "Le dalaï-lama interdit d'Afrique du Sud".

 

AFP - Le prix Nobel de la paix sud-africain Desmond Tutu, qui avait invité le dalaï lama pour son 80e anniversaire, a lancé mercredi un ultime appel aux autorités de Pretoria pour qu'elles délivrent un visa au chef spirituel tibétain, comme le vice-président s'y est engagé.


Mgr Tutu avait invité le chef spirituel tibétain, prix Nobel de la paix comme lui, mais traité en ennemi par Pékin. Le dalaï lama aurait dû quitter sa résidence en Inde mercredi, mais son visa n'était toujours pas arrivé mardi, et il avait finalement décidé d'annuler son voyage.

Interrogé pour savoir si le dalaï lama aurait obtenu son visa s'il n'avait pas annulé son voyage, le vice-président Kgalema Motlanthe, cité par le quotidien The Star, a répondu: "Bien sûr. Il est déjà venu ici. Je ne vois pas pourquoi on en fait tout une histoire".

Le bureau de Mgr Tutu a donc pris le vice-président au mot et lancé un appel de la dernière chance pour la venue du dalaï lama en vue de l'anniversaire vendredi de Mgr Tutu.

Après vos déclarations suggérant que "vous auriez autorisé sa Sainteté dans le pays, pouvez-vous s'il vous plait annoncer sans équivoque à la Nation qu'un visa sera donné à sa Sainteté et qu'il sera libre de voyager en Afrique du Sud immédiatement", a indiqué le président du bureau de Mgr Tutu.

"Nous vous appelons à corriger l'injustice et vous assurer que sa Sainteté ait un visa demain (jeudi) matin", a ajouté Dumisa Ntsebeza dans une lettre au vice-président.

Pour Mgr Tutu, son gouvernement est "pire qu'au temps de l'apartheid".

L'opposition et Mgr Tutu lui-même ont accusé Pretoria d'avoir cédé aux pressions de la Chine, qui s'oppose chaque fois qu'elle le peut aux voyages à l'étranger du prix Nobel de la paix 1989, considéré par Pékin comme le leader de la résistance tibétaine à la Chine.

Après avoir lancé un retentissant "je vous préviens, un jour nous allons commencer à prier pour la défaite de l'ANC", le parti de la lutte anti-apartheid, au pouvoir depuis 1994, qui a résonné sur toutes les chaînes sud-africaines, Desmond Tutu, le bouillonnant archevêque anglican, ne décolérait pas.

"L'apanage des gouvernement d'oppression"

"C'est inconcevable que ceux qui ont souffert sous un régime d'oppression puissent faire ce genre de choses qui sont vraiment l'apanage des gouvernements d'oppression", a dit dans une interview à l'AFP le vieil homme, qui fête ses 80 ans vendredi.

Le dalaï lama est en effet venu en Afrique du Sud, accueilli en 1996 par Nelson Mandela, alors président, puis à nouveau en 1999 et 2004, mais jamais depuis l'élection à la présidence de Jacob Zuma en 2009, qui a lui a refusé un visa la même année.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Clayson Moneyla, a réaffirmé pour sa part que l'Afrique du Sud prenaient ses décisions souverainement guidées par ses seuls intérêts.

"Nous ne sommes pas intimidés, nous ne sommes pas sous pression, nous ne sommes influencés par personne", a-t-il dit.

M. Moneyla a lui aussi insisté sur le fait que le dalaï lama avait lui-même annulé sa visite.

"Le processus d'attribution du visa était encore en cours lorsque il a pris la décision d'annuler (son voyage). La commission compétente à New Delhi, en Inde, allait prendre contact avec lui hier (mardi) soir ou ce (mercredi) matin pour lui signifier le résultat de sa demande", a affirmé M. Moneyla.

Tutu, premier archevêque noir d'Afrique du Sud et toujours virulent quand il s'agit de dénoncer le président Zuma, s'est alors montré peu convaincu.

"Pourquoi ont-ils laissé la chose tellement en suspens et mis tout le monde dans l'incertitude. Pourquoi?", avait-il réagi.

 

Première publication : 05/10/2011

  • TIBET

    Le successeur politique du dalaï-lama prête serment à Dharamsala

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Malgré les exhortations de Pékin, Barack Obama a rencontré le dalaï-lama

    En savoir plus

  • TIBET

    Le dalaï-lama persiste et signe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)