Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré meilleur joueur européen de l’année ?

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Dix ans après l'intervention de l'Otan, les Afghans aspirent à une vie meilleure

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 08/10/2011

Dix ans après la chute du régime taliban grâce à l'intervention de l'Otan, certains Afghans reconnaissent une amélioration de leurs conditions de vie. Un constat que ne partagent pas les ONG qui s'alarment d'une situation humanitaire critique.

Il y a dix ans jour pour jour, le 7 octobre 2001, Américains et Britanniques lançaient en Afghanistan l'opération "Liberté immuable", une série de frappes massives contre le régime taliban. Dans ce nouveau chapitre de la guerre afghane - qui fait rage depuis 30 ans - des milliers de civils se retrouvent à nouveau pris entre les feux des deux camps.

Dix années après l’intervention occidentale, les ONG, sur place, dressent un constat accablant de la situation humanitaire. L’insécurité et la difficulté de l’accès aux soins - notamment dans les zones rurales les plus isolées - restent, selon eux, des préoccupations majeures dans ce pays classé parmi les plus pauvres au monde. Résumer pour autant cette décennie à une succession d’espoirs déçus et de grandes souffrances serait une erreur. Sans nier le long chemin qu’il reste à parcourir avant de sortir le pays du bourbier politique et économique dans lequel il se trouve, certains Afghans - dans les zones urbaines notamment - notent une nette amélioration de leurs conditions de vie depuis la chute, en 2001, du régime des Taliban.

"À Kaboul, je me sens en sécurité"

"Ici, à Kaboul, je me sens en sécurité. Je peux marcher dans la rue sans trop de craintes, je peux aussi me rendre à mon travail sans avoir une boule au ventre. C’est déjà beaucoup." Isna, une habitante de la capitale afghane contactée par France24.com, refuse de dresser un tableau noir de la situation humanitaire de son pays. Sans être dupe pour autant. Cette jeune femme de 32 ans a conscience "comme beaucoup de gens" que la désorganisation du pays qui résulte de longues années d’affrontements a suscité d’énormes besoins dans tous les domaines. "Ici, les choses vont beaucoup mieux. Vous devriez voir la différence avec l’avant-2001 ! Mais ailleurs, je sais que les choses se passent mal", ajoute-t-elle.

Après la mort de Rabbani, la nouvelle stratégie de paix de Karzaï

Hors des murs de la capitale, en effet, le constat sécuritaire est nettement plus inquiétant. La faute principalement à l’amplification des combats entre les forces de la coalition et les Taliban - qui ont intensifié leur insurrection depuis 2007. Les islamistes n’hésitent plus à frapper des cibles officielles de poids, comme l’ambassade des États-Unis à Kaboul, le 26 septembre. Autant d’attaques talibanes et de frappes de l’Otan qui continuent à faire régulièrement de nombreuses victimes dans les rangs de la population civile. 

"Nous sommes particulièrement inquiets pour les Afghans qui se trouvent sur la ligne de feu. Leurs conditions de sécurité restent alarmantes", souligne Jacques de Maio, chef des opérations du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour l'Asie du Sud, dans un communiqué publié le 3 octobre. Rien que pour le premier semestre 2011, plus de 1 460 civils ont été tués, dont 80% dans des actions imputables aux Taliban, selon l'ONU.

Recevoir une aide étrangère, c’est signer son arrêt de mort

Ces dernières années, cette insécurité s’est gravement accentuée en raison des campagnes d’intimidation menées par les islamistes. Sur le terrain, certains groupes radicaux mènent une politique active de terreur, envoient des lettres de menace pour dissuader les femmes de travailler, attaquent les filles allant à l'école. Et ce, malgré la présence de quelque 140 000 soldats étrangers. "Dans certaines provinces - loin de la capitale très protégée -, certains habitants disent redouter les pressions des Taliban. Ils les menacent, les obligent à prendre parti", explique Aziz, un professeur de Kaboul contacté par France24.com. "Ici, [dans la capitale], on ne voit pas de telles choses."

Une situation "d’angoisse" qui se répercute, de facto, sur le domaine de la santé. Certains Afghans n’osent plus se rendre dans des centres de soins des ONG, qui sont aussi régulièrement harcelés. Car recevoir une aide étrangère, c’est parfois signer son arrêt de mort. "Se faire soigner dans une clinique dirigée par l'Otan engendre un risque de représailles de la part des Taliban", ajoute Aziz.

A cette vulnérabilité s’ajoute la difficulté des déplacements. D’un côté, "les routes sont minées et bloquées par des points de contrôle", explique dans son rapport le CICR, de l’autre "de nombreux habitants n’ont tout simplement pas les moyens de couvrir les frais de transport des malades". La pauvreté contraint de nombreux Afghans à rester chez eux, faute de moyens pour transporter les blessés.

L’amélioration des droits des femmes

Outre la noirceur de ce constat médical et sécuritaire, des progrès notoires sont à noter dans le domaine social, notamment en matière de scolarisation, de développement du commerce... et de l’amélioration du statut de la femme. Dix ans après l’arrivée des forces occidentales en Afghanistan, elles sont "près de 2,7 millions de jeunes Afghanes actuellement sur les bancs de l’école contre quelques milliers sous le régime taliban", souligne l’association de solidarité internationale Oxfam, dans un rapport publié le 3 octobre. Une réussite dont se félicite également Isna. "Il reste des progrès à faire mais de plus en plus de femmes lisent et écrivent dans le pays. Ma cousine qui a 7 ans et qui vit à Kandahar [dans le sud du pays; ndlr] a appris à écrire l’année dernière. C’est vraiment épatant", s’enthousiasme-t-elle.

Reste à savoir si ces progrès perdureront à l’approche du retrait définitif des troupes de la coalition en 2014, s’inquiète l’ONG internationale. "Nous avons acquis énormément de choses au cours des dix dernières années. Mais qu’en sera-t-il dans dix ans ?", s’interroge Orzala Ashraf Nemat, co-auteur du rapport, et qui s’inquiète d’un accord de paix négocié à la va-vite entre pouvoir afghan et Taliban. Le président Hamid Karzaï a, en effet, appelé à de nombreuses reprises ces dernières années les islamistes à négocier la paix. Mais ceux-ci répètent qu’ils n’entameront aucune négociation tant que l'ensemble des soldats étrangers n’aura pas quitté le pays.

"Il faut être confiant pour l’avenir, estime pourtant Aziz. Il y a encore de nombreuses étapes à franchir, de nombreuses institutions à mettre sur pied, mais nous avons pris un bon chemin, je préfère miser positivement sur le futur et espérer des jours meilleurs pour mon pays."

Première publication : 05/10/2011

  • AFGHANISTAN

    Hamid Karzaï va revoir sa stratégie de négociation avec les Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Fusillade dans les locaux de la CIA à Kaboul

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Washington accuse l'allié pakistanais de soutenir l'insurrection

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)